Dommages dus à des températures extrêmes et augmentation constante des coûts

La saison des brocolis et des choux-fleurs à Murcie, l'une des plus complexes depuis des années

Le secteur de la culture du brocoli et du chou-fleur dans la région de Murcie a été particulièrement touché au cours de la dernière saison et les prévisions pour la prochaine prennent un point de départ négatif. La production de Murcie est essentiellement destinée à l'exportation, avec environ 335 000 tonnes de brocoli et de chou-fleur expédiées depuis la région en 2021. À cela s'ajoute la production croissante que les entreprises murciennes envoient sur le marché intérieur et la quantité importante que reçoit également l'industrie des surgelés.

Juan Marín, président du Comité Sectoriel Brocoli et Chou-fleur de l'Association des Producteurs-Exportateurs de Fruits et Légumes de la Région de Murcie (Proexport), évalue la situation dans laquelle se trouvent les producteurs à ce stade de la saison : « Nous sortons de quelques mois marqués par de fortes pluies printanières et une augmentation imparable des coûts de production. Bien que nous ayons commencé avec de bonnes perspectives de prix à la source, nous n'avons pas pu atteindre l'équilibre nécessaire pour compenser les augmentations brutales des coûts qui ont commencé avant même le conflit en Ukraine. Le secteur dresse un bilan négatif et inquiétant de cette saison en raison de la difficulté qu'ont tous les producteurs à répercuter ces coûts sur les intermédiaires et la distribution et à obtenir des prix minimalement décents à la source. » 

Il prévient également que « Nous sommes confrontés à l'une des saisons les plus complexes de ces dernières années. Si le manque d'intrants ou l'escalade des prix de l'énergie se poursuit, la production de denrées alimentaires deviendra une activité à haut risque pour les entreprises et les agriculteurs. » 

En ce qui concerne la situation actuelle, Felipe López, porte-parole du secteur des légumes de la Fédération des Coopératives Agricoles de Murcie (Fecoam), explique : « En ce moment, les producteurs cultivent dans des zones de haute altitude, mais nous sommes confrontés à une saison conditionnée par l'un des étés les plus chauds de l'histoire. Les conditions climatiques extrêmes, avec des vagues de chaleur inhabituelles, ont directement affecté les plants de brocoli et de chou-fleur, qui ont subi un arrêt végétatif dès leur transplantation, réduisant le rendement des plantations et diminuant leur volume, comme nous ne l'avons jamais connu auparavant. » 

« Nous expliquons tous à nos clients, en toute transparence, que les températures élevées, de jour comme de nuit, signifient que les cultures seront sévèrement affectées au cours des trois prochaines semaines. La racine de la plante étant incapable d'assimiler les nutriments à des températures aussi élevées, nous subirons une réduction considérable de la production attendue et de graves dommages économiques. » 

Demande de flexibilité dans les contrats
Les producteurs sont incertains quant à la saison automne-hiver, qui devrait commencer dans les premières semaines d'octobre-novembre, car elle sera sans doute conditionnée par les résultats obtenus en juillet et août.

Selon les producteurs, certains clients, notamment au Royaume-Uni, mais aussi en Espagne et en Allemagne, exercent des pressions inappropriées pour fixer des conditions inéquitables dans les contrats de fourniture.

Les producteurs espagnols demandent à juste titre une plus grande flexibilité pour pouvoir s'adapter à l'incertitude des marchés, en établissant des clauses qui permettent des ajustements hebdomadaires ou mensuels, en fonction de l'évolution des coûts, des taux de change et d'autres facteurs. Cela résume la phrase que l'on entend ces jours-ci dans la campagne murcienne : « Cultiver, oui ; faire faillite en cultivant, non. » 

Marín et López partagent la même vision : « La production espagnole affronte la saison automne-hiver comme un véritable défi en raison de la hausse des coûts et des difficultés de planification dans lesquelles nous entraînent certains clients. Il s'agit d'une saison incertaine et difficile qui nous obligera à revoir les relations commerciales établies jusqu'à présent entre les producteurs et les clients, car si nous ne sommes pas capables de trouver un équilibre, il sera impossible d'obtenir un bilan positif. »

Pour plus d'informations : 
Proexport
www.proexport.es 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)