Aperçu de l'évolution de la situation avec Ilenia Nordera

« Dans cette phase de crise climatique et géopolitique, la production biologique s'avère être le bon choix »

« Dans un contexte marqué par l'incertitude des conséquences de la guerre en Ukraine, la hausse des coûts des matières premières et un niveau d'inflation de 8 % après 13 ans de progression, même un secteur à fort potentiel comme le bio ralentit (-1,9 % en valeur, -2,9 % en volume) », a déclaré Ilenia Nordera, spécialiste du secteur et membre du conseil d'administration de Fruitimprese Veneto.

« Son rôle politique et environnemental s'accroît, l'offre augmente, mais la consommation et la valeur du marché restent en retrait.
Dans un climat de méfiance générale, avec la diminution de leur pouvoir d'achat, les consommateurs sont obligés de revoir leurs habitudes et leurs priorités, modifiant la quantité et parfois la qualité de ce qu'ils achètent. »

La situation a évolué rapidement, et aujourd'hui, le secteur exige une réaction rapide de la part de tous les opérateurs concernés pour suivre l'évolution de la situation.

« Comme il est évident, il a quitté son statut de niche privilégiée et son petit nombre de consommateurs fidèles avec une disponibilité économique et une philosophie de vie cohérente, servis par des magasins spécialisés, pour passer à la distribution moderne (qui représente aujourd'hui 56 % des ventes) et en faveur des magasins discount et des points de vente alternatifs (e-commerce, marchés locaux, etc.). »

Pour ne pas risquer que le produit bio en sorte déqualifié, peu différencié et excessivement affecté par les prix, il est important de créer des solutions de vente différentes, plus d'espaces dédiés au bio en s'attachant à valoriser ses caractéristiques originales et ses particularités, tout en maintenant des prix soutenables pour les producteurs.

« Avec l'augmentation des ventes dans la grande distribution, le nombre de clients potentiels a augmenté, et donc leurs attentes et leurs besoins en information ont changé. L'achat de produits biologiques est lié à un certain style de vie, et les consommateurs montrent une attitude proactive de plus de respect de l'environnement, pour contrer la crise climatique, plus d'attention à la sécurité alimentaire et à leur propre bien-être et à celui des travailleurs ; mais cela ne signifie pas qu'ils sont prêts à payer plus cher, et s'ils ne sont pas suffisamment informés sur les garanties offertes par le bio, par rapport à d'autres produits, ils peuvent capter un message non informé et rester dans la confusion. »

« Ce qui interfère avec le marché biologique, ce sont les produits partiellement durables mais qui ne sont pas clairement identifiés, ni réglementés, où l'engagement en faveur de la durabilité n'est que partiel, comme les produits à zéro résidu, la production intégrée, la production à émissions réduites, l'absence d'OGM ; sans parler de la concurrence provoquée par le phénomène désormais répandu du greenwashing. »

« Il convient de mentionner, que le concept de durabilité est né dans le secteur biologique, alors que l'inverse n'est pas vrai. Ce n'est pas la demande de durabilité qui a stimulé et soutenu un type de production biologique. Au contraire, sans l'expérience acquise grâce à ce mode de production, de nombreux objectifs de durabilité n'auraient pas été atteints. À la lumière de ces faits, je crois que notre secteur et les opérateurs qui, comme nous, ont contribué à sa croissance jusqu'à présent, ont la tâche de réagir avec un sens encore plus aigu des responsabilités, surtout en ce qui concerne la communication », a ajouté Nordera. 

Il devient aujourd'hui absolument nécessaire de pouvoir défendre la marque originale de la durabilité qui touche tous les objectifs définis par les Nations Unies.

Outre les attentes des consommateurs, la prise de conscience des agriculteurs a également évolué, et il est important qu'ils soient soutenus par les distributeurs en adoptant un style de communication en accord avec les valeurs non seulement du commerce, mais aussi de la philosophie de l'agriculture fruitière biologique.

« Paradoxalement, le moment historique même que nous vivons peut être un moment décisif pour le secteur. Dans cette phase de crise climatique et géopolitique, en pleine transition culturelle, la production biologique s'avère être le bon choix. En renonçant à une agriculture basée sur la dépendance des combustibles fossiles, par une utilisation responsable des ressources, en réduisant la pollution, en apportant une contribution importante à la sécurité alimentaire, en créant de nouvelles opportunités pour les producteurs, les transformateurs et les travailleurs, tout en générant un apport bénéfique pour l'ensemble du secteur agroalimentaire, l'environnement et la société. »

Pour plus d'informations : 
BIO TRADING SRL
Via Canesella, 1 – 37060 Erbè – VR
Tél. : 045.6674315 
office@bio-trading.it  
www.bio-trading.it  


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)