Damien Daubenton, Ugpban - Fruidor

Cet été, la Banane de Guadeloupe & Martinique a connu une belle progression en termes de consommation

A l’aube de la rentrée 2022, Damien Daubenton, Directeur Opérationnel de l’entreprise Ugpban – Fruidor, partage ses connaissances sur l’évolution du marché de la banane depuis le début de l’année : « L’approvisionnement du marché européen reste nettement en retrait au 1er semestre 2022 avec un recul de 2 % par rapport à 2021. La bonne dynamique en mai (+ 3.1 %) et juin (+ 1.3 %) n’a pas suffi à renverser la tendance baissière du début d’année. 
L’origine $ est en recul en raison de l’Equateur qui observe le plus gros déficit depuis maintenant quatre mois. L’Afrique maintient quant à elle ses volumes tirés par l’augmentation de la production camerounaise. Quant à la banane européenne (Antilles + Canaries), elle décroit, affectée par l’éruption du volcan de La Palma aux Canaries.

En ce qui concerne nos volumes de Bananes de Guadeloupe & Martinique, ils sont pour leur part en légère augmentation, soit au-dessus des moyennes des 2 dernières années. On note également une bonne qualité de produit, appuyée par un plan filière dynamique et des conditions climatiques favorables ».

Côté consommation, la demande française reste à un niveau très soutenu. Elle est même en augmentation par rapport à 2017 (730 KT vs 590 KT). « Une croissance qui néanmoins marque le pas à l’image du marché européen. La Banane de Guadeloupe & Martinique a quant à elle eu une belle progression sur l’été. Dans ce contexte d’offre modérée, le marché a été équilibré et fluide durant toute la période estivale. Les stocks sont donc bas à l’approche de la rentrée ».

Quant aux prix, bien qu’ils aient été relativement soutenus compte tenu d’une offre limitée, ils ne permettent pas de compenser l’augmentation des coûts de production pour les producteurs : « La disponibilité réduite de l’offre spot a contribué au maintien de prix supérieurs aux moyennes saisonnières. Néanmoins, ces prix ne compensent toujours pas les hausses des intrants (fertilisants, cartons), hausses ininterrompues depuis le début de l’année et qui ont atteint des records fin mai. Par ailleurs, le fret demeure un facteur limitant. Le prix du pétrole et les congestions portuaires réduisant les exportations au départ de certaines origines ».

Pour plus d’informations :
Damien Daubenton
Ugpban - Fruidor
service.commercial@ugpban.com

 


Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)