Kees van den Bosch, de Freeland :

« La sécheresse entraîne déjà une bonne demande de légumes de plein champ »

La sécheresse qui sévit aux Pays-Bas et ailleurs en Europe affecte considérablement le marché des légumes de plein champ. C'est ce qu'affirme Kees van den Bosch de Freeland. « Il y a une demande supplémentaire de la part de différents pays. Le Royaume-Uni est particulièrement présent sur le marché. Les producteurs ne peuvent pas irriguer partout et de nombreux champs se sont asséchés. Cela a entraîné une demande et des prix élevés pour des produits comme le brocoli, le chou et la laitue iceberg », explique-t-il.


Les cultures au Royaume-Uni

« La nouvelle récolte de choux blancs se vend entre 0,55 et 0,60 € environ. C'est le double du prix habituel. La laitue iceberg est également rare, avec juste assez de produit pour répondre à la demande. Cela signifie un niveau de prix compris entre 7 € et 7,50 € par cageot. Mais, désormais, les producteurs de laitue iceberg peuvent compenser les deux premiers mauvais mois. Les prix du brocoli se sont quelque peu normalisés, mais il y a trois semaines, il était encore deux fois plus cher. »

« La sécheresse affecte aussi gravement les poireaux. L'offre limitée de produits phytosanitaires entraîne de nombreux problèmes de qualité, avec une pression de thrips particulièrement élevée. Cela n'a pas encore conduit à une augmentation des prix, qui sont à un niveau beaucoup trop bas. La nouvelle récolte de céleri-rave a également commencé et ce marché suit son cours avec une demande normale », poursuit Kees.

« De nombreux producteurs sont en difficulté. Ils doivent arroser beaucoup et certains sont limités par des interdictions d'irrigation. De plus, on ne prévoit pas beaucoup de précipitations pour les deux prochaines semaines. Traditionnellement, la demande de légumes commence commence à augmenter légèrement avec la fin des vacances, mais sinon, le marché est calme. On a l'impression que nous essayons seulement de combler les pénuries. »

« La sécheresse qui sévit ailleurs en Europe offre la perspective de prix élevés, cependant. Par exemple, notre fournisseur allemand a déjà communiqué qu'il ne pourrait pas tout fournir. Les transformateurs achètent également des quantités supplémentaires car leurs fournisseurs habituels ne peuvent pas remplir leurs obligations. Il est toujours difficile de faire des prédictions dans notre secteur, mais il y aura une bonne demande pour les légumes de plein champ ; il suffit d'attendre et de voir », conclut Kees.

Pour plus d'informations :
Kees van den Bosch
Freeland B.V.
Nijbracht 126
7821 CE Emmen - Pays Bas
Tél. : +31 (0) 591 670 570
+31 (0) 651 406 694
kees@freeland.nl    
www.freeland.nl   


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)