Les prix bas ne suffisent pas à couvrir les coûts de production et de récolte des citrons argentins dans le NOA

« Près de 200 000 tonnes ne seront pas récoltées, ce qui représente entre 10 et 15 % du total »

Le secteur du citron de l'ACNOA est confronté à une crise majeure, en raison des augmentations de plus de 100 % des engrais et des coûts élevés du fret international, qui ont augmenté depuis la pandémie, a averti Pablo Padilla, président de l'Association des Agrumes du Nord-Ouest de l'Argentine (ACNOA), dans une interview accordée à Perfil.

« À cela s'ajoutent la dévaluation de l'euro et les augmentations de salaire de plus de 70 % pour la main-d'œuvre. De plus, la production de citrons a augmenté dans le monde entier et, avec elle, les prix internationaux ont baissé. » 

Pablo Padilla souligne que les prix payés par les industries de transformation sont inférieurs aux coûts de production des producteurs d'agrumes, de sorte qu'ils ne les récoltent pas. « Nous estimons qu'environ 200 000 tonnes ne seront pas récoltées, ce qui représente entre 10 et 15 % du total. » 

L'association cherche à développer des produits à base de citron, comme l'acide citrique, qui est utilisé dans la production de boissons et qui était jusqu'à présent importé. « Nous constatons que certains producteurs abandonnent l'activité. Nous estimons qu'à Tucumán, entre 3 000 et 5 000 hectares passeront à la production de sucre-alcool. » 

Il convient de rappeler que la NOA concentre 95,6 % de la production totale de citron. Tucumán en produit 87,5 %, Salta 5,7 % et Jujuy 2,4%.

 

Source : perfil.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)