Marché mondial : la pomme

En tant que fruit de base, la pomme reste toujours aussi populaire dans les foyers du monde entier. Mais de nombreuses zones de production ont été affectées par des conditions météorologiques inhabituelles pendant la saison de croissance de cette année. Au Royaume-Uni, le temps chaud récent a avancé la saison de plus d'une semaine pour certaines variétés, tandis que la même chaleur en France et en Italie a entraîné une baisse de la production dans ces pays. La période de gel au printemps en Espagne et en Serbie a également causé des pertes, tandis qu'en Amérique du Nord, des conditions similaires ont provoqué la présence de fruits de maturité différente sur le même arbre, rendant la récolte plus difficile que d'habitude.

Pays-Bas : bonne demande pour la Elstar, pas encore pour la Jonagold
En raison du temps chaud, la récolte de pommes néerlandaise, estimée à 245 000 tonnes, sera malgré tout inférieure, selon les spécialistes du marché néerlandais des fruits à chair ferme. Le soleil et la chaleur ont affecté la croissance et la qualité, faisant de la rusticité et de la couleur un problème de taille cette année. La qualité des pommes des parcelles les plus arrosées semble bonne, mais là où il n'a pas été possible d'irriguer, les fruits sont plus difficiles à calibrer. Les dégâts causés par les coups de soleil sont considérables. La demande en Elstar est structurellement bonne. Sur le terrain, la Elstar a été vendue cette année à 45-50 centimes. Ce prix reste assez stable. Par contre, la demande pour les variétés de type Jonagold est faible, voire nulle. Cela est lié à la récolte disponible de la saison dernière et au début de la récolte en Pologne.

Allemagne : les fruits européens de la campagne 2022 ont dominé le marché
L'offre issue de l'ancienne récolte a presque totalement disparu du marché allemand. Les fruits européens de la campagne 2022 ont dominé, selon les statistiques. La présence de Delbarestivale et Jonagold s'est fortement développée, la variété Elstar gagnant également en importance. L'Italie a fourni de plus en plus de Royal Gala et de Golden Delicious. La France a fourni principalement des Granny Smith. Les Akane étaient trop petits à Munich et n'ont donc pas attiré une grande attention. La Jerseymac française a complété la gamme, tout comme la Granny Smith espagnole. Des approvisionnements en provenance de Pologne et des Pays-Bas ont complété le tableau. Il arrivait que les apports soient trop importants et que la demande soit trop faible, de sorte que les négociants ne pouvaient guère éviter les baisses de prix. Les augmentations de prix étaient très rares. La situation était similaire pour les importations d'outre-mer. Les articles néo-zélandais et chiliens dominaient dans ce secteur. Leur pertinence était limitée, mais cela n'a pas eu d'impact fondamental sur les valorisations.

Royaume-Uni : début précoce de la saison des pommes 
La saison britannique de la pomme a commencé 7 à 10 jours plus tôt que l'année dernière pour la plupart des variétés. Ce n'est pas inhabituel, car la saison dernière était tardive. Cela dit, les producteurs constatent une accélération de la maturité en raison du temps chaud. « Il est clair que la sécheresse et la chaleur ont eu un certain effet. La précocité de la saison est principalement due au moment de la floraison au printemps, plutôt qu'au temps chaud soutenu actuel, bien qu'il s'agisse d'un facteur d'accélération de la maturité. Cela varie d'une variété à l'autre et d'un verger à l'autre », a déclaré un producteur anglais.

La couleur semble bien se développer, mieux que la saison dernière. Cela est dû en partie aux niveaux de lumière plus élevés, mais aussi à la différence entre les températures nocturnes et diurnes. Avec les températures diurnes très élevées, la différence entre le jour et la nuit est bonne, même si les nuits ont été chaudes. Dans certains cas, la taille des fruits semble avoir été limitée par le manque d'eau lorsque l'irrigation n'est pas disponible, ou que le type de sol ne retient pas aussi bien l'eau souterraine. Les coups de soleil sur certaines variétés réduisent la qualité. D'autres variétés, comme la Bramley, ont été affectées par une longue période de floraison dans certains endroits. La taille des fruits varie donc beaucoup, ce qui affecte le classement. Là où le calibre ne s'est pas développé, les producteurs vont éclaircir les plus petits fruits, réduisant ainsi le rendement. La Cox, bien qu'en déclin, est le premier volume significatif récolté, suivie de la Gala. Des variétés telles que la Discovery sont en déclin rapide et ne sont plus vraiment importantes.

Le contraste entre cette année et l'année dernière est remarquable. L'année passée a été très humide et cette année a été extrêmement chaude et sèche.

Selon le producteur, certains détaillants ont très bien compris l'inflation à laquelle les producteurs et les fournisseurs ont été confrontés. Bien qu'ils n'en aient peut-être pas accepté toute l'ampleur, ils ont augmenté les prix pour refléter une part raisonnable de l'inflation à laquelle les producteurs sont confrontés. Il est conscient que d'autres détaillants trouvent le marché plus compétitif et que, comme les producteurs, ils ont la responsabilité envers les consommateurs de maintenir des prix abordables. Mais il a ajouté que les augmentations des prix de détail dans les rayons des supermarchés doivent être répercutées sur les producteurs.

France : des prévisions en baisse et un marché calme
Dans de nombreuses régions de France, la récolte de pommes a commencé tôt en raison de différents événements climatiques. Les variétés précoces ont été particulièrement touchées par la sécheresse. La semaine dernière, l'ANPP a indiqué une réévaluation des prévisions de récolte à la baisse : entre 1 300 000 et 1 350 000 tonnes, soit 4 % de moins que la récolte de l'année dernière. Une réévaluation qui touche particulièrement la Gala « surtout si l'on parle de récolte commercialisable dans le frais car les températures chaudes affectent la coloration. Il y aura donc une proportion plus importante que d'habitude de Gala destinée à la transformation et par conséquent un marché du frais plus faible. Si les récoltes sont plus faibles, les taux de sucre sont, en revanche, très élevés. »

Du côté de la production, le secteur, déjà fortement impacté par l'augmentation généralisée des coûts, dénonce l'explosion du prix de l'électricité (une augmentation de 1 000 % en deux ans) et prévient : « si rien n'est fait, cette situation entraînera la mort économique d'un tiers des arboriculteurs français. »

En termes de commercialisation, le marché est calme : « Nous sommes arrivés sur un marché qui n'est pas encore totalement développé. Le marché n'est pas encore vide. Il y a encore des pommes de l'hémisphère sud et dans quelques pays des pommes de l'ancienne récolte. De plus, avec la chaleur qui règne dans toute l'Europe, il y a davantage de demande pour les fruits d'été que pour les pommes », a déclaré cette semaine un opérateur.

Italie : un début mitigé de la saison des pommes est attendu
La saison de pommes italienne 2022/23 est dans les starting-blocks. La production devrait légèrement diminuer, avec une augmentation des variétés plus innovantes ainsi que des pommes biologiques. Après les calibres légèrement inférieurs de l'année dernière, on assistera à un retour aux niveaux standard moyens à grands, ce qui devrait mieux répondre aux demandes de certains marchés que lors de la campagne précédente.

Dans les zones Sud-Tyrol et Trentin, ainsi qu'au Piémont, la récolte de la variété Gala a commencé à la mi-août. Dans le Tyrol du Sud, on s'attend à une baisse significative, en raison de la forte chute du printemps, mais aussi des vagues de chaleur extrême de ces derniers mois, qui ont eu un impact sur la couleur des fruits dans certains cas, créant ainsi plus de déchets. Les ventes ont également débuté le 29 août pour le cultivar club SweeTango™, une pomme récoltée depuis la mi-août, au goût très frais, croquant et juteux, et qui présente tous les attributs d'une bonne saison.

De manière générale, on s'attend à un début de saison de la pomme mitigé, selon les consortiums et coopératives italiennes. Un équilibre devra être recherché, au moins pour les premiers mois. En ce moment, par exemple, les températures sont encore très élevées et les marchés regorgent de pommes qui peinent à se vendre en raison de la disponibilité de fruits d'été.

Au niveau de la récolte, la qualité, le calibre et l'assortiment des pommes sont les points forts pour faire face au contexte actuel. En effet, le secteur est préoccupé par les augmentations des coûts de l'énergie et des matières premières, qui peuvent difficilement être entièrement absorbées au niveau de la production. De plus, la gestion des produits, à la lumière du changement climatique, sera la nouvelle inconnue de l'avenir.

En Campanie, l'année est moins bonne que la précédente : en effet, rien que dans la province de Caserta, en termes de production, on est à -30 % par rapport à l'année dernière. La qualité n'est pas la meilleure en raison de la sécheresse excessive de ces derniers mois. Quant aux pommes d'été, les volumes sont à -15 % de ceux de l'année dernière.

Espagne : baisse de 16 % de la production prévue en raison des gelées
La récolte des pommes a commencé à Girona, l'une des zones de production les plus importantes d'Espagne, où 20 % de la production a déjà été récoltée. Pour l'instant, c'est la variété Royal Gala qui est récoltée, plus tôt que d'habitude en raison des températures élevées, bien que cela donne également aux fruits des niveaux de sucre plus élevés. Dans l'ensemble, l'Espagne s'attend à une baisse de production de 16 % par rapport à la moyenne des trois dernières années, en raison des effets des gelées d'avril.

Pour l'instant, les prévisions annoncent une production similaire à celle de l'année dernière à Gérone, ce qui est déjà visible pour la variété Gala, bien que les producteurs attendent de voir comment évolue la production des variétés suivantes et si une légère réduction pourrait se produire en raison des vagues de chaleur. La sécheresse et les températures élevées provoquent un manque de calibre dans toute l'Europe, ainsi que la difficulté d'obtenir de la couleur dans les pommes Gala. Cela entraîne une baisse commerciale considérable, qui pourrait profiter aux pommes catalanes.

Bien que les prix des pommes aient été catastrophiques au cours d'une année commercialement difficile, les prix de la nouvelle récolte sont supérieurs d'environ 15 centimes compte tenu de l'augmentation exorbitante des coûts de production.

Serbie : baisse de rendement attendue de 10 %
La Serbie produit annuellement plus de 500 000 tonnes de pommes, avec une superficie totale d'environ 27 000 ha. Cependant, cette saison, le pays s'attend à un rendement inférieur d'environ 10 %, en raison du gel qu'a connu la Serbie au printemps. Au cours de la saison précédente, un total d'environ 160 000 tonnes de pommes a été exporté de Serbie.

Pour les pommes conventionnelles, comme la Royal Gala, la Granny Smith et la Red Delicious, les principaux marchés de la Serbie seront le Moyen-Orient et l'Extrême-Orient, ainsi que le Royaume-Uni, qui est le deuxième plus grand marché d'Europe pour les pommes serbes, après la Russie.

La guerre en Ukraine a apporté aux exportateurs de pommes serbes de nombreuses incertitudes. En premier lieu, la chaîne d'approvisionnement a été endommagée et les coûts de transport vers Moscou ont triplé. Les taux de change sont restés instables, ce qui a fortement influencé les activités d'import-export. En outre, il y a eu de nombreuses situations où le transfert d'argent a pris beaucoup plus de temps que d'habitude.

Pologne : volume de pommes en hausse de 10 %, mais les producteurs sont confrontés à des problèmes de main-d'œuvre
La Pologne aura un bon volume de pommes cette saison, jusqu'à 10 % de pommes en plus par rapport à l'année dernière, avec des fruits de bonne qualité. Avec l'absence de gelée au printemps, un été doux et seulement quelques orages de grêle, les récoltes seront bonnes. Le volume total de pommes en Pologne est estimé à 4,5 millions de tonnes, soit le double de la France ou de l'Italie. Les exportateurs polonais voient des volumes plus importants de variétés Gala, Golden et Red Delicious cette saison déjà. Obtenir toute la main-d'œuvre nécessaire est un défi. Les prix des travailleurs sont élevés et ils sont difficiles à trouver. Cela n'est pas impossible, mais la tâche est difficile.

Turquie : excellente qualité de la récolte de pommes turque
La récolte des pommes turques a commencé, la Gala étant la variété la plus précoce. Les conditions météorologiques étaient bonnes, et l'eau suffisante pour les pommes. Les exportateurs turcs s'attendent à des pommes de très bonne qualité pour la prochaine récolte. Un exportateur a déclaré qu'il pourrait s'agir de la meilleure qualité de pommes que les producteurs turcs aient vue au cours des dix dernières années. La récolte devrait se terminer en octobre avec les dernières variétés.

Afrique du Sud : exportations vers les États-Unis en hausse de 140 %
Sur le marché intérieur, les pommes de classe 1 en Afrique du Sud se vendent actuellement à 7,65 R (0,45 euro) sur les marchés municipaux.

Les exportations de pommes ont montré quelques tendances intéressantes cette saison, avec une augmentation de 140 % vers les États-Unis et le Canada (à partir d'une base faible), une croissance de 42 % des exportations de pommes vers le Moyen-Orient ainsi qu'une augmentation de 18 % vers l'Extrême-Orient et l'Asie à la fin de la semaine 34, par rapport à l'année dernière.

En revanche, les exportations de pommes vers le Royaume-Uni sont en baisse de 13 % et les exportations vers la Russie en baisse de 15 % jusqu'à présent cette année. Les négociants notent toutefois que les exportations vers la Chine en particulier se sont très bien passées cette année.

« Nous avons eu une très bonne année pour les pommes destinées à la Chine, dont l'offre intérieure était limitée. Les débouchés sont assez importants pour nous. Nous avons vendu beaucoup directement à des détaillants qui, en raison des blocages, ont pu pivoter vers la vente en ligne. »

Les inspections à l'exportation de la nouvelle variété sud-africaine Bigbucks (vendue sous le nom de Flash Gala) ont augmenté de 121 %, tandis que les inspections de Pink Lady sont en hausse de 10 %, alors que les inspections à l'exportation de Golden delicious sont la seule catégorie de pommes à avoir baissé, de 17 %.

Dans l'ensemble, l'estimation des exportations de pommes pour 2022 est supérieure de 1 % à celle de l'année dernière. Les exportations se poursuivront jusqu'à la fin de l'année.

C'est l'hiver au Cap, la saison des pluies qui a été tardive et les précipitations sont donc bien inférieures à celles espérées. Dans la Ceres Valley, principale zone de production de pommes, les producteurs sont déjà en mode sécheresse et multiplient les forages. « Nous avons 30 % de retard sur la quantité d'eau nécessaire pour que les barrages soient pleins », explique un producteur, qui fait remarquer qu'après la grave sécheresse récente, les producteurs de pommes sont très prompts à tenir compte des alertes précoces. Selon les climatologues, le Cap occidental est sur le point de connaître un assèchement général.

Amérique du Nord : des perspectives encourageantes pour les pommes malgré une saison de croissance difficile
Selon la U.S. Apple Association, la production totale de pommes a diminué de près de 2 % cet automne. (Bien qu'il s'agisse d'une augmentation de 3,5 % par rapport à la moyenne de 5 %).

À Washington, la récolte de pommes est difficile à prévoir. « L'estimation initiale est de 108 millions de cartons. Cela semble correspondre à ce que prévoit le personnel sur le terrain », déclare une productrice-expéditrice.

Le défi fait suite au temps froid et à la neige qui se sont produits pendant la floraison plus tôt cette année. Comme elle le fait remarquer, on trouve sur le même arbre des fruits qui ont été pollinisés avant le gel/la neige et d'autres qui ont fleuri 10 jours plus tard lorsque les choses se sont réchauffées. « Cela va créer quelques défis en matière de maturité, de cueillette, etc. En plus de cela, nous avons eu un printemps froid et un été chaud », dit-elle.

Collectivement, cela a également repoussé le début de la récolte d'environ deux semaines. La combinaison de jours et de nuits chauds a ralenti le développement de la couleur que les producteurs recherchent. « De plus, à ce stade, les fruits semblent plus petits que la normale. Cependant, comme nous avons deux semaines de retard, toutes ces choses peuvent changer dans les deux prochaines semaines », ajoute la productrice-expéditrice.

En termes de variétés, les pommes Wildfire Gala viennent de commencer à être récoltées et emballées. Les Premier Honeycrisp commenceront dans une semaine environ. Les pommes Gala ordinaires commenceront, au plus tôt, vers la fin de la semaine prochaine. « Nous sortons également d'une récolte courte de la dernière saison. Avec le retard de deux semaines, nous constatons que certaines variétés présentent des lacunes notamment les Fuji, Golden et Pink Lady », dit-elle.

Dans le même temps, à l'autre bout du pays, des rapports indiquent que les États du Michigan et de New York ont de bonnes récoltes de pommes pour la saison 2022-2023. Les pomiculteurs du Michigan prévoient qu'ils vont produire leur meilleure récolte en trois ans avec une prévision de près de 30 millions de boisseaux, soit presque le double de l'année dernière.

D'autres régions comme la Pennsylvanie et le Canada (plus précisément les provinces de la Colombie-Britannique, de l'Ontario et du Québec) produisent également des pommes. « La circulation des pommes a été très bonne ce mois-ci », indique la productrice-expéditrice. « Avec le coût élevé du fret, nous verrons certains acheteurs se tourner vers ces zones de production locales afin de limiter les coûts. »

En ce qui concerne les prix, l'écart sur certaines variétés est à l'origine des prix forts pour ces variétés particulières étant donné la forte demande et la faible offre à ce stade.

Chili : la superficie de pommes baisse dans les principales régions productrices
Dans son rapport semestriel sur les fruits à feuilles caduques du Chili publié en juin dernier, l'USDA a estimé la production de pommes chiliennes pour la période 2021/22 à 1 036 000 tonnes, ce qui représenterait une baisse de 4,8 % par rapport à 2020/21 en raison d'une diminution de la superficie plantée dans le pays, que l'agence américaine calcule à 4,2 % pour un total de 30 097 hectares.

Les régions de Maule et d'O'Higgins, dans le centre-sud du pays, représentent respectivement 63,4 % et 20,6 % de la superficie plantée, totalisant ensemble 84 % de la superficie totale de production de pommes. « Cependant, comme les producteurs de fruits continuent de se tourner vers des cultures plus rentables, telles que les cerises ou les noix, la superficie plantée dans les régions de Maule et d'O'Higgins a diminué au cours des trois dernières saisons », détaille l'USDA dans son rapport. En fait, selon les données de l'Odepa, elles ont enregistré des baisses de 11 % et 17,4 % respectivement.

En juin dernier, l'USDA prévoyait que les exportations devraient s'élever à un total de 610 000 tonnes au cours de cette période, soit une baisse de 5,2 % par rapport à la même période de 2020/21. Bien que les données jusqu'en mars indiquent une baisse de 24,1 % des exportations de pommes chiliennes par rapport au même mois de la période 2020/21, pour un total de 45 552 tonnes, les exportations de pommes auraient dû connaître un essor plus important à l'approche des mois d'exportation les plus importants, à savoir mai, juin et juillet.

« Au début de la période analysée en 2021/22, l'un des principaux problèmes de l'industrie chilienne des exportations de fruits frais était l'augmentation des coûts de fret et la forte demande dans les ports chiliens, ce qui a entraîné des retards dans les exportations », a expliqué l'USDA.

Bien que les retards ne soient pas seulement une perte de temps. Une enquête menée par un organisme industriel chilien sur l'impact de la crise logistique et de la hausse des coûts sur la saison des producteurs de fruits a permis de conclure que 9 producteurs sur 10 pensaient qu'ils ne seraient pas en mesure de faire face aux prochains chantiers de la prochaine campagne 2022-2023.

« La situation montre un manque de financement très grave. De nombreux producteurs n'ont aucun moyen de commencer la campagne 2022-2023, car ils n'ont pas reçu les revenus attendus avant toute cette crise », a déclaré un représentant de l'organisme sectoriel. « Depuis le mois de mars, nous mettons en garde contre l'impact des retards logistiques. La consultation que nous avons menée a révélé que 64 % des producteurs voyaient l'état de leurs fruits sérieusement compromis en raison des retards dans l'arrivée aux ports de destination. » En fait, la moitié des producteurs ont vu leur production destinée à être vendue perdre entre 30 et 60 % de ses conditions.

Toutefois, note l'USDA, l'un des principaux avantages des exportateurs de pommes par rapport aux autres fruits est que celles-ci peuvent supporter des temps de stockage plus longs que les autres fruits. Les exportateurs peuvent donc stocker leurs produits et attendre de meilleures conditions de marché ou de logistique.

Le Chili exporte des pommes vers 70 marchés différents. En 2020/21, le Chili a envoyé 74 348 tonnes de pommes en Colombie, ce qui représentait 11,5 % des exportations totales de pommes. La Colombie a toujours été un marché principal pour les pommes chiliennes et en 2021/22 (avec les données jusqu'en mars), tout indique qu'elle restera dans cette position.

Les États-Unis ont été la deuxième destination des pommes chiliennes pendant la saison 2020/21, avec l'acquisition de 60 496 tonnes, ce qui représente 9,4 % du total des exportations. L'Inde a occupé la troisième place avec la réception de 56 297 tonnes, ce qui a représenté 8,7% des exportations, enregistrant une croissance remarquable de 172,7 % par rapport aux mêmes mois de 2019/20. Toutefois, au cours du premier trimestre de 2022, les expéditions auraient diminué de -82,3 %.

Chine : rendements plus faibles, prix plus élevés
La célèbre région chinoise productrice de pommes LuoChuan, dans le Shaanxi, est confrontée à une baisse de 20 à 40 % de la récolte de pommes de cette année, en raison notamment de mauvaises conditions météorologiques. En outre, la production diminue progressivement car les producteurs échangent les pommiers contre d'autres cultures agricoles. D'autres grandes régions productrices de pommes en Chine, notamment le Gansu et le Shandong, s'attendent également à une baisse de la production de pommes. L'industrie de la pomme de LuoChuan a subi des dommages dus à la grêle et au gel au début du printemps.

En raison de la baisse du volume de production, les prix devraient augmenter par rapport à la saison dernière. Selon un négociant régional, les prix des pommes de LuoChuan sont actuellement 65 % plus élevés que ceux de l'année dernière à la même époque. Par ailleurs, la qualité et la saveur de la production sont également plus élevées, car le nombre réduit de pommes sur les arbres a permis une meilleure répartition des nutriments parmi les pommes restantes.


La semaine prochaine : aperçu du marché mondial des ananas !


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)