Arie Middelburg, GreenMatch :

« Campagne de légumes de serre néerlandaise : les concombres performants, les poivrons décevants »

Les coûts élevés sont actuellement une préoccupation majeure pour le marché néerlandais des légumes de serre. Les prix varient considérablement d'un produit à l'autre. Les prix des tomates, par exemple, ont considérablement baissé récemment. Les prix des poivrons ont été les plus décevants cette saison, mais ceux des concombres sont exceptionnellement élevés. Arie Middelburg de GreenMatch, dont le travail consiste notamment à développer les ventes et la formation des prix, fait le point.

« La récolte de tomates au mètre a été élevée, grâce à un bon été. Cela a mis beaucoup de pression sur les ventes du mois dernier, qui étaient encore excellentes au printemps. Nous entrons progressivement dans l'automne, et la lumière faiblit, donc la production diminue, et les prix remontent un peu. C'est surtout vrai pour les tomates en grappe et les variétés spéciales. Mais, comme prévu, les prix des tomates en vrac se redressent aussi un peu », commence Arie.

« Cette année, le marché des poivrons a été très volatile. Les poivrons ont été abondants pendant l'été. L'offre a légèrement diminué ces dernières semaines, et les prix ont finalement recommencé à augmenter. Ils sont toutefois loin des moyennes des dernières années, et encore moins suffisants pour couvrir les coûts plus élevés. Il y a également eu pas mal de mauvaises récoltes. Les surfaces cultivées vont donc diminuer quelque peu. »

« Il pourrait donc y avoir davantage de pénuries au cours de la période à venir, alors qu'il n'y a toujours pas d'offre significative en provenance d'Espagne. Néanmoins, l'Europe de l'Est reste assez compétitive sur le marché du poivron. Espérons que le marché continuera à se redresser dans les semaines à venir. Mais pour l'instant, les prix des poivrons sont les plus décevants parmi les légumes de serre de cette saison », poursuit Arie.

Les ventes de concombres de cette année sont une toute autre histoire. « Une histoire à succès. Mis à part une brève baisse de 0,20 € au printemps, les prix ont pour la plupart été systématiquement plus élevés que les années précédentes. Ils sont restés entre 0,30 et 0,60 € pendant un long moment ; ce qui est quelque chose de très exceptionnel. Il y a eu beaucoup moins de cultures éclaircies, mais les productions des cultures conventionnelles, elles aussi, ont commencé plus tard ce printemps. »

« Ajoutez à cela une superficie plus faible cette saison, et cela affecte considérablement une pénurie persistante. Les producteurs de concombres sont, naturellement, également confrontés à des coûts élevés, mais compte tenu des bons rendements par m² de cet été, il s'agit d'une bonne saison pour eux », déclare Arie. « Les prix des aubergines ont, malheureusement, été très ordinaires cette saison. Ils remontent un peu maintenant, mais cela fait aussi cruellement défaut. »

Il n'ose pas faire trop de prédictions pour la saison à venir. « Il y a déjà beaucoup moins de culture éclairée, qui devrait encore baisser. Avec les prix du gaz tels qu'ils sont, il est impossible de déterminer l'ensemble des cultures éclairées. L'Europe du Sud va évidemment essayer de réagir, mais elle aussi a des limites et ne peut pas tout absorber, comme ça. Globalement, il se passera beaucoup de choses cet hiver et au début du printemps 2023, avec des livraisons (plus faibles) aux détaillants et donc aux consommateurs. Les productions ne vont pas baisser seulement de quelques % », conclut Arie.

Pour plus d'informations :
Arie Middelburg
GreenMatch
middelburg@greenmatch.nl
www.greenmatch.nl


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)