Smarta AS

« Nous avons commencé à exporter vers le Moyen-Orient au printemps dernier »

Smarta AS, basée dans la partie nord de la Moldavie, près de la frontière avec l'Ukraine, a deux points communs avec Vilora et SV Fruct : sa spécialisation dans la culture des pommes - sans surprise puisque la pomme représente les trois quarts de la culture fruitière du pays - et parce qu'il s'agit d'une entreprise familiale, fondée au début du siècle, avec d'anciens vergers de l'ère soviétique. 


Valeria Caduc, responsable export

Anatolii Caduc, le premier président de la société, a créé Smarta AS en 1999. « Lorsque son fils et sa fille ont rejoint la direction, l'entreprise a commencé à se moderniser », explique Valeria Caduc, responsable marketing, fille d'Anatolii et épouse de l'actuel propriétaire. « Ils ont progressivement remplacé les anciennes variétés de pommes, comme l'Idared, par de nouvelles. Ils ont également couvert les arbres, mis en place une culture super-intensive avec des systèmes d'irrigation, installé des chambres froides et commencé à rechercher des certifications telles que la GlobalGAP. J'ai moi aussi rapidement trouvé ma place dans l'entreprise (dans le marketing et la comptabilité). Je me souviens encore de notre première participation à un salon professionnel et de nos vacances studieuses aux Pays-Bas. En bref, nous avons transformé un vieux verger en une entreprise professionnelle. »

Un large éventail de variétés
Sur une superficie de 60 hectares, de nombreuses variétés de pommes sont cultivées, dont la Gala Must, la Gala Royal, la Golden Delicious, la Super Chief, la Florina, la Jonagold, l'Idared, la Champion et la Fuji. Smarta AS cultive des prunes Stanley. La récolte se fait manuellement et le fruit est stocké dans des entrepôts réfrigérés de 2 500 tonnes. Le tri par poids, taille, couleur et qualité est également effectué en interne.

« Nos entrepôts frigorifiques ont des conditions contrôlées de manière dynamique, si bien que les pommes conservent leur goût frais et leur texture croquante jusqu'en mai. Nous sommes situés dans une région au climat continental tempéré et au sol fertile. C'est ce qui donne aux pommes moldaves leur excellent goût, leur Brix élevé et leur belle couleur. Notre entreprise contrôle précisément la qualité du produit, en gérant chaque étape du processus de production, de la culture des arbres au conditionnement des pommes », explique Valeria.


Fruits disposés en étages, sur un matériau écologique

Les exportations ont également été prises en charge récemment
Jusqu'au début de l'année 2022, Smarta AS vendait aux commerçants qui collectaient personnellement les pommes dans les entrepôts réfrigérés de l'entreprise. La plupart des pommes ont fini sur les marchés russe, biélorusse et roumain, explique Valeria. Mais lorsqu'il est devenu difficile d'atteindre le marché russe au printemps, pour des raisons connues, l'entreprise n'a eu d'autre choix que de réagir et a décidé de commencer à exporter directement vers d'autres marchés.

« En avril, nous nous sommes rendus au salon Fruit Logistica. Nous avons pris contact avec des négociants et des importateurs. À notre retour, nous nous sommes mis au travail et avons commencé à exporter vers Dubaï, l'Arabie saoudite et la Malaisie. Mais, c'est plus compliqué que de faire acheter et ramasser le produit par des commerçants. De plus, nous ne savons pas encore si c'est vraiment plus rentable. Après tout, il y a de nombreux coûts à supporter, comme l'emballage et la logistique. Nous devons donc investir beaucoup avant de voir enfin l'argent de nos livraisons. Mais jusqu'à présent, nous avons été payés sans aucun problème. »


La récolte bat son plein

Opportunités au Moyen-Orient
La société voulait expédier un chargement au Moyen-Orient à la fin du mois d'août, mais n'a pas pu obtenir l'emballage approprié dans les délais. En outre, elle ne disposait pas des fonds nécessaires pour mener à bien les opérations logistiques requises à l'époque. L'accord a été annulé, ce qui, selon Valeria, a entraîné une perte d'élan. « Maintenant, ils nous proposent un prix beaucoup plus bas. C'est dommage, mais c'est comme ça. »

« Mais je pense que lorsque les tarifs du transport frigorifique baisseront et que nous serons bien préparés en matière d'emballage, nous pourrons certainement faire des affaires au Moyen-Orient. » Les exportations vers Dubaï se font via le port roumain de Constanta et durent un mois : une semaine pour le trajet entre la station d'emballage et le navire, puis 24 jours en mer. Comme Odessa n'était (et n'est) pas une option, les pommes ukrainiennes ont également atteint les marchés via le port roumain au printemps sans le moindre problème. « C'était une période très chargée à Constanta », explique la responsable du marketing.


Tous les vergers sont protégés par des filets contre la grêle et les coups de soleil.

Les prix des pommes étant trop bas sur le marché international, Valeria espère que les exportations s'amélioreront en février, comme l'année dernière. « À ce moment-là, les conditions de marché seront sans doute meilleures car l'Europe aura déjà vendu une grande partie de ses stocks. Toutefois, même dans ce cas, la concurrence sera forte, notamment de la part de nos collègues moldaves. Tout le monde doit trouver des alternatives maintenant que le marché russe est fermé. »

« Sans compter que les pommes indiennes sont moins chères au Moyen-Orient. Quand je me suis rendu à un salon professionnel à Dubaï en 2018, j'ai remarqué qu'ils veulent surtout des pommes à bandes rouges comme la Royal Gala. Les pommes rouges s'y prêtent également bien. Parmi les pommes vertes, ils préfèrent les Granny Smiths. Au printemps dernier, nous y avons même envoyé un lot de Florina. Cette variété n'est pas du tout vendue dans les magasins, mais elle est très populaire. Il existe donc bel et bien des opportunités pour nous dans cette région. »


Belle boîte télescopique

Renverser la tendance
Pour l'instant, il n'y a pas de variétés club dans les vergers de Smarta AS. « Les droits d'auteur les rendent trop chers pour nous », explique Valeria. « Il semble que les titulaires de licences préfèrent ne pas entrer sur le marché moldave », ajoute Andrei, propriétaire de la société et mari de Valeria. « Ils craignent que leur produit soit propagé et planté dans des vergers illégaux ici, pour lesquels ils ne recevront aucune redevance. Ils craignent que leurs droits ne soient pas correctement respectés ici. C'est bien sûr regrettable et pas totalement réaliste. »

Piet Schotel, du Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement (CBI) aux Pays-Bas, était présent lors de l'entretien. Il a brièvement résumé ce point : « La Moldavie, de manière injustifiée, ne jouit pas toujours de la meilleure réputation qui soit dans d'autres domaines, comme la qualité des produits. Et ceci, bien sûr, affecte les ventes sur le marché international. C'est pourquoi Moldova Fruct, l'association du secteur fruitier du pays, s'efforce de promouvoir les fruits moldaves dans les foires commerciales et par d'autres canaux, en mettant l'accent sur leur bon goût. Ils veulent inverser la tendance ».

Valeria ajoute « les pommes moldaves ont une saveur particulière et nos producteurs et commerçants sont des partenaires très fiables ». 

Pour plus d'informations :
Smarta AS
Valeria Caduc - responsable marketing
Grimăncăuți, Briceni, Moldavie
Tél. : + 373 698 75 768
srl.smarta@gmail.com
www.smarta-as.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)