Pieter de Ruiter, 4Fruit Company :

« Il pourrait y avoir un déficit de l'offre en tomates »

Comment la réduction drastique de la culture sous litière affectera-t-elle l'approvisionnement en légumes de serre néerlandais l'été prochain ? « Je prévois un certain nombre de défis », répond Pieter de Ruiter. « Avec le prix actuel du gaz, l'intérêt pour l'éclairage est naturellement minime. Très peu de supermarchés seront prêts à payer ces prix élevés ».

L'approvisionnement en provenance de pays comme l'Espagne ne comblera pas non plus immédiatement ces pénuries, affirme le commerçant. « Ils aimeraient bien sûr le faire, mais, par exemple, Almeria a connu un été caniculaire cette année. Pas plus tard qu'hier, j'ai parlé à un producteur qui avait planté une bonne superficie de poivrons mais qui connaît de nombreux échecs à cause de la chaleur. » 

« Les prix des poivrons néerlandais se situent entre 7 et 8 € pour le rouge, 7 € pour le vert, 11 à 12 € pour le jaune et 9 € pour l'orange. Ce ne sont pas des prix alarmants qui vous poussent à vous rapprocher immédiatement de l'Espagne » , poursuit Pieter.

« Hier, les tomates néerlandaises de catégorie A se sont vendues entre 9 et 10 €/5 kg, les tomates de catégorie B à 11 € et les tomates TOV entre 11 et 11,50 €. Ce sont des prix attractifs, et les tomates espagnoles ne seront pas sur le marché avant octobre. Il n'y a pas encore de quantités folles de tomates turques sur le marché, et la saison marocaine n'a pas encore commencé non plus. Il se pourrait donc bien qu'il y ait un manque général dans l'offre de tomates » .

« Les concombres hollandais ont été très bien valorisés cet été. On aimerait donc en obtenir rapidement d'Espagne, mais les premiers concombres espagnols sont toujours de couleur claire et ne constituent donc pas une menace pour le produit néerlandais » , explique Pieter. « Le passage à un temps sombre et nuageux avec des nuits froides ne va pas non plus favoriser la consommation. Ce sera un drôle de début de saison. Et pour certaines entreprises, comme celles de l'horticulture en serre, mais aussi les entrepôts frigorifiques, les conséquences seront véritablement dramatiques. »

« En plus de cela, il faut prendre en compte l'inflation. Les gens ont un mois de salaire en moins sur un an. En bref, vous devrez obtenir plus d'argent pour vos marchandises. La question est de savoir si les consommateurs peuvent se le permettre. Aux Pays-Bas et en Scandinavie, ce sera encore possible dans la plupart des cas. Mais je crains qu'en Europe de l'Est, la consommation ne soit nettement plus faible. Ce qui, à son tour, créera une plus grande offre sur le marché ici. Mais personne ne sait vraiment ce qui se passera. »

Pour plus d'informations : 
Pieter de Ruiter
4 Fruit Company
30 Handelsweg
2988 DB, Ridderkerk, NL
Tél. : +31 (0) 180 641 902
pr@4fc.nl       
www.4fruitcompany.nl 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)