« Nous avons décidé de créer notre propre verger »

La ferme de pommes Miorita se trouve près de Balti, la quatrième plus grande ville de Moldavie, et contrairement aux autres entreprises, elle ne s'appuie pas sur d'anciens vergers de l'ère soviétique. Les premières parcelles ont été plantées en 2011, dont certaines ont immédiatement avec des variétés club.


Le verger est situé au bord d'un lac avec la possibilité de s'étendre. Cliquez ici pour agrandir l'image.

Mais pour la création de l'entreprise, il faut remonter deux ans en arrière. « Nous avons commencé en 2010 en tant que chambre froide pour les pommes que nous achetions à d'autres producteurs », explique Valeriu Matcovschii, directeur de Miorita. « Mais nous avons rencontré des problèmes de qualité. Nous avons eu du mal à trouver les bonnes variétés, alors nous avons décidé de créer notre propre verger. Nous avons acheté un terrain et commencé à planter des variétés italiennes et françaises. »


L'équipe de Miorita

Variétés club
Miorita a mis l'accent sur les variétés clubs dès son lancement, afin d'être une entreprise moderne et de pouvoir éventuellement diversifier ses marchés. Outre les variétés clubs Braeburn Aporo, Granny Challenger, Superchief, Gala Buckeye, Crimson Crisp, Dalinette et Story Inored, cette entreprise cultive également des pommes Golden Delicious, Galaval, Dalinette et Jeromine. Jusqu'à récemment, elle vendait toutes ces pommes, y compris les variétés club, sur le marché russe. Ce marché était le plus facile à atteindre d'un point de vue logistique. Il offrait également les marges bénéficiaires les plus élevées.


Pommes fraîchement cueillies

Mais l'embargo décrété à la mi-août fait que les dernières récoltes ne peuvent plus partir pour l’Est. Il leur faut donc trouver de nouveaux débouchés. « C'est actuellement notre plus grand défi, même si nous avons l'avantage de disposer de six variétés club. L'inconvénient est que nous n'avons pas d'équipe marketing dédiée. Cela n'était pas indispensable, car notre modèle de vente était tel que les exportateurs venaient nous voir pour acheter les pommes qu'ils expédiaient en Russie. Nous cultivions et stockions les pommes ; nous laissions l'exportation à d'autres. Maintenant, bien sûr, nous sommes obligés de nous tourner aussi vers la vente. Nous avons déjà vendu de petites quantités sur d'autres marchés, notamment au Moyen-Orient », poursuit Matcovschii.


Murs de Golden Delicious sous filets

Une réputation entachée
En Europe occidentale, les entreprises moldaves doivent entamer des efforts concertés pour convaincre les acheteurs de la qualité exceptionnelle de leurs fruits. L'image du pays est entachée. Les producteurs italiens reçoivent 20 € par boisseau pour leurs variétés club. Les producteurs moldaves reçoivent 14 euros, et pourtant ils ont du mal à pénétrer le marché d'Europe occidentale. De nombreux producteurs moldaves ne réalisent toujours pas de ventes dans la mesure où les importateurs font davantage confiance aux produits provenant de pays plus connus.

Pour changer cette situation, le secteur veut se concentrer entièrement sur la promotion de ses fruits, tandis que les entreprises individuelles devront renforcer leurs équipes de marketing. La plupart des entreprises fruitières moldaves sont d'excellents producteurs mais elles ont longtemps négligé l'aspect commercial puisque la Russie achetait tous les fruits, de la catégorie Premium à la catégorie II. Désormais, le secteur devra dépenser de l'argent, même en dehors des vergers, pour des lignes de tri avancées, des installations de conditionnement modernes, le marketing, et surtout les installations de conditionnement ainsi que les bureaux. L'année dernière, par exemple, les pommes moldaves n'étaient pratiquement jamais emballées en boisseaux. 


Chemin central est couvert

Entrepôts frigorifiques divisés par variété
Miorita ne conserve plus les produits d'autres producteurs dans ses entrepôts frigorifiques. Elle cultive toutes les pommes dans ses propres vergers. Elle n'utilise pas encore de système de refroidissement modifié dynamiquement. Les ventes ne se font pas par contrat pour une livraison à des moments précis mais par l'intermédiaire d'acheteurs qui viennent choisir leurs pommes sur place. Cela signifie que les chambres froides étaient fréquemment ouvertes, permettant à l'oxygène de pénétrer. « Nous espérons pouvoir établir des relations avec les clients grâce à des ventes prévisibles et structurées. Cela sera également bénéfique pour le stockage des pommes. »


Miorita a commencé comme entreprise de réfrigération pour des tiers

Ils ne peuvent pas non plus encore pré-trier les pommes par calibre avant de les mettre en chambre froide. « Il y a deux raisons à cela. D'abord, nous avons encore une capacité de tri trop faible pour les énormes quantités de pommes qui arrivent dans l'entrepôt depuis nos vergers sur une période courte. D'autre part, chaque variété a des conditions de stockage différentes, c'est pourquoi nous préférons diviser les chambres froides par variété plutôt que par taille. Après tout, nous avons pas moins de dix variétés différentes », explique le directeur.


La nouvelle cellule de stockage CA peut stocker plusieurs centaines de tonnes de fruits

L'entreprise possède un verger super intensif de 26 hectares qui bénéficie des dernières technologies : du système d'irrigation goutte à goutte avec contrôle électronique de l'humidité en passant par les filets anti-grêle et le système anti-gel. Le rendement moyen de la récolte de pommes est assez élevé. Dans le cas de Superchief, par exemple, il peut atteindre 70 tonnes par hectare. L'entrepôt climatisé peut stocker 2 400 tonnes de pommes et sa ligne de triage traite six tonnes de fruits par heure en fonction du poids, du diamètre, de la couleur et des défauts visuels. « Nous espérons néanmoins pouvoir encore nous moderniser et nous agrandir prochainement. Nous voulons sceller l'ensemble du verger avec des filets anti-insectes. Dans la station de conditionnement, nous voulons augmenter la capacité de la ligne de triage. Nous avons également acheté la ligne de conditionnement des fruits en sacs de polyéthylène de 1, 1,5 et 3 kg », conclut Valeriu Matcovschii.


La marque maison

Miorita - qui est certifiée GlobalGAP, GRASP et ISO 22000 - commence généralement à vendre ses pommes en décembre, jusqu'en juin.

Cliquez ici pour faire une visite virtuelle de l'entreprise agricole.


Ligne moderne de triage de pommes de la société Sorter de Pologne

Pour plus d'informations :
Valeriu Matcovschi
Directeur
Miorita
1, rue A. Sciusev
3100 Balti 
Cell. : +373 6911 2523
info@apples.md
www.apples.md


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)