L'industrie sud-africaine envisage de prendre le contrôle de ses propres transports maritimes

Exportateur d'agrumes : l'appel aux compagnies maritimes se heurte à « une arrogance étonnante »

Le Cap-Oriental termine sa saison d'exportation d'agrumes sur une note de frustration, après avoir dû charger deux semaines de volumes sur le MSC Carole (la semaine prochaine, le MSC Domitille évitera Port Elizabeth).

La planification des expéditions d'oranges de l'UE est compliquée cette saison : en raison des nouvelles exigences en matière de froid, certains exportateurs ont cessé d'emballer les Valencias la semaine dernière. Les fruits emballés cette semaine ne pourront pas être refroidis à temps pour être chargés sur le MSC Carole (le chargement pour le Royaume-Uni pourra se poursuivre jusqu'à jeudi).

À son tour, le MSC Carole omettra Cape Town lors de son voyage vers le nord, perturbant ainsi le planning des exportateurs de Western Cape pour assurer leurs programmes au Royaume-Uni et dans l'UE (à ce stade, ils espèrent pouvoir charger depuis Cape Town sur le MSC Polaris qui poursuit sa route). Cependant, lorsqu'un navire omet un port, les volumes concernés ratent leur place prévue au sein d'un programme donné et représentent donc une opportunité de marché manquée.

La ligne européenne supplémentaire que Maersk a introduite en juin à Port Elizabeth pour couvrir le Cap-Oriental pendant la saison des agrumes était une mesure temporaire. Le dernier navire est parti la semaine dernière, laissant beaucoup de fruits à expédier vers l'Union européenne depuis le Cap-Oriental.


Le terminal à conteneurs Ngqura de Eastern Cape

Réduction de la rentabilité des exportations
Les opérations portuaires du Cap ont également été inégales cette saison. En effet, il n'y a pas toujours assez d'équipements ou de créneaux disponibles. Les exportateurs disent qu'ils ont parfois des conteneurs pour lesquels il n'y a pas de place sur le navire, ou que les compagnies maritimes envoient un navire plus petit sans préavis.

« La saison a été extrêmement difficile », déclare un exportateur d'agrumes de Western Cape qui ne souhaite pas être nommé. « Le principal facteur contributif a été les coûts connexes, parmi lesquels les coûts d'expédition sont totalement hors de contrôle. Il n'y a rien qu'un producteur, un emballeur ou un exportateur puisse faire pour négocier des taux plus favorables ou pour tenter d'adapter la structure des coûts à la baisse. »

Il ajoute que toutes les démarches entreprises auprès des compagnies maritimes sont tombées dans l'oreille d'un sourd « avec une arrogance étonnante ».

« Les compagnies maritimes n'en font qu'à leur tête, sans se soucier du fait qu'en raison des coûts d'expédition, les produits ne peuvent plus être exportés de manière rentable. »

Les frais de transport maritime coûtent le double de la production annuelle
Dans son dernier bulletin d'information, le PDG de l'association des producteurs d'agrumes, Justin Chadwick, note qu'avec les compagnies maritimes qui augmentent leurs prix de 128 % entre le premier trimestre de 2020 et celui de 2022, « les producteurs sont obligés de payer pratiquement deux fois plus pour expédier leurs fruits, que ce qu'il en coûte pour les produire au cours d'une année entière ».

« Afin de se prémunir contre de nouvelles hausses de prix et d'assurer la stabilité des prix à l'avenir, la CGA s'est engagée avec d'autres secteurs fruitiers sur la possibilité de prendre le contrôle de leur expédition, une étude de faisabilité devant être achevée d'ici la fin du mois de septembre. »

Chadwick observe que si les exportations d'agrumes continuent de croître régulièrement, la majorité des producteurs locaux risquent de subir des pertes de revenus importantes cette année.

« Les commentateurs expérimentés du secteur sont d'avis que moins de 20 % des producteurs d'agrumes sont susceptibles d'atteindre un rendement supérieur au seuil de rentabilité à la fin de la saison 2022. »


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)