Le projet HVAA de l'USAID

« Grâce à nos efforts, nous avons maintenant de bonnes exportations de prunes vers l'Allemagne »

Il s'agit ici d'un programme du gouvernement américain qui a soutenu et aidé à développer la culture et l'exportation de fruits au cours des six dernières années en Moldavie : le projet « High Value Agriculture Activity in Moldova » (Projet d'activité agricole à haute valeur ajoutée) ou HVAA.


Tatiana devant une grappe de raisin moldave

Diana Vlasiuc travaille pour Chemonics en Moldavie. Cette société de conseil américaine a été chargée de réaliser ce projet sur le terrain. Diana explique les objectifs, le fonctionnement concret et les résultats obtenus par cette initiative entièrement financée par l'USAID, l'une des plus importantes agences de développement international au monde. Elle a été créée par le président J.F. Kennedy en 1961 pour, comme l'indique l'agence sur son site internet : « Mener des efforts de développement international pour sauver des vies, réduire la pauvreté, renforcer la gouvernance démocratique et aider les gens au-delà de l'aide directe ». Le projet HVAA se concentre sur le développement du secteur horticole de la Moldavie, lui permettant ainsi d'entrer de manière compétitive sur le marché international.

Pour déployer ce projet, l'USAID a choisi Chemonics, une société de conseil fondée en 1975 dont la mission est de « promouvoir des changements significatifs dans le monde et d'aider les gens à mener des vies plus saines, plus productives et plus indépendantes ». Les premiers projets sur lesquels l'agence a jeté son dévolu, en partenariat avec l'USAID, étaient en Afrique, mais elle a depuis élargi ses horizons pour inclure le globe entier. Ces dernières années, les États-Unis ont également soutenu le secteur horticole moldave sur le plan professionnel et financier.

Atteindre son fort potentiel
« L'avenir des secteurs agricole et horticole moldaves est prometteur, mais pour accroître sa compétitivité et atteindre son plein potentiel, le pays a besoin d'un soutien systémique », commence Diana. « Comme le nom du projet le suggère, notre soutien est axé sur les activités horticoles de haute qualité, des cultures apportant un rendement net élevé. Plus précisément, trois groupes de produits sont concernés : le vin, le miel et les produits frais. L'objectif plus large du projet est de créer un niveau de vie plus élevé pour les Moldaves ruraux. »


Diana en conversation avec le conseiller CBI Piet Schotel

« Pour répondre aux nouvelles demandes du marché, nous conseillons et soutenons financièrement les producteurs et les exportateurs dans des domaines tels que les pratiques de culture et les infrastructures, la certification, le stockage, le conditionnement et la logistique. Et nous analysons quelles variétés de fruits sont adaptées à quels marchés. Enfin, nous mettons en relation de manière très ciblée les producteurs et les acheteurs de différents pays. Je suis impliquée en tant que spécialiste du commerce et du marketing », explique Diana.

Diversification des variétés
Le premier axe du projet est la diversification des variétés. « La plupart des vergers sont encore orientés vers la Russie, qui était jusqu'à récemment le marché le plus important de la Moldavie. En ce qui concerne les pommes, il y avait et il y a toujours une offre excédentaire d'Idared et d'autres variétés anciennes. Celles-ci ne se portent pas bien en Europe et au Moyen-Orient, les deux principaux marchés que nous voulons exploiter progressivement. La part des pommes exportées vers la Russie est passée de 95 % à environ 80 % au printemps après le début de la guerre. Avec l'embargo, les exportations vers le marché russe ont complètement cessé. Le défi consiste maintenant à cultiver les bonnes variétés pour les nouveaux marchés. À Dubaï, par exemple, la Gala est populaire. »

« Les vergers de prunes, eux aussi, se renouvellent progressivement. Sur le marché allemand, où nous avons commencé un plan d'exportation en 2018, les prunes Stanley sont très demandées. Celles de Moldavie ont une meilleure valeur Brix que celles de Serbie ou de Macédoine du Nord. De plus, elles arrivent sur le marché de septembre à novembre. Le moment où nous avons de gros volumes de prunes pourrait être décembre inclus, quand l'offre des autres pays d'origine est moins importante. À ce moment-là, la récolte en Europe méridionale et centrale est terminée », poursuit Diana.


Grâce aux efforts de l'HVAA, de grandes quantités de prunes sont désormais exportées vers l'Allemagne.

Une certification et un service logistique adaptés
Le projet HVAA ne se contente pas de conseiller, il offre également les moyens financiers pour atteindre un objectif concret : rendre le secteur fruitier moldave attractif et compétitif sur le marché international. « Et pour cela, il faut avant tout disposer des bonnes certifications. Le projet encourage les entreprises à mettre en œuvre GlobalGAP et GRASP et prend en charge les coûts associés. Il n'y a pas encore beaucoup d'entreprises de culture moldaves qui peuvent présenter ces certifications nécessaires pour les marchés haut de gamme. »

Au cours des cinq dernières années, avec le soutien financier de l'USAID, le projet HVAA a réussi à aider de nombreuses entreprises à améliorer leur infrastructure en investissant dans des technologies innovantes et des bonnes pratiques. « Par exemple, nous avons facilité la mise en œuvre de différentes subventions qui ont amélioré le tri et l'emballage des fruits (par exemple les systèmes flow-pack et bushel cargo). Par le passé, cela n'a guère été fait pour le marché russe », explique Vlasiuc. Quant à ceux qui veulent expédier des pommes en Europe ou au Moyen-Orient, ils peuvent également compter sur un soutien financier. « Cette année, nous avons pris en charge les coûts logistiques des exportations vers l’Europe. En effet, lorsque la Moldavie est en concurrence avec les cultures locales, les coûts de transport désavantagent évidemment le pays. De plus, nous avons fourni 3 500 € par route pour le transport vers le Moyen-Orient. »

Ouvrir les ports à de nouveaux marchés
Pour améliorer leurs possibilités d'exportation, Chemonics se rend à des salons professionnels avec les producteurs et exportateurs moldaves ou organise des missions commerciales. « En 2018 déjà, nous avons lancé un plan d'exportation de poires Stanley vers le marché allemand. L'année suivante, trois chargements sont allés à une grande coopérative allemande. Le produit leur a plu et les quantités importées n'ont cessé d'augmenter. La saison dernière, 60 camions sont partis pour ce client. Nous en sommes très fiers. Et l'année dernière, nous avons aidé et soutenu financièrement l'association Moldova Fruct dans l'organisation d'une mission commerciale à Dubaï », explique Diana.

« Quelques contrats en sont sortis. Pour la première fois, la Moldavie a exporté des produits vers cet émirat. Nous ne rédigeons pas les contrats, mais nous élaborons des plans de marketing pour les principales sociétés exportatrices, nous les conseillons sur les exigences et la réglementation du marché, nous accordons des subventions pour soutenir les activités de marketing innovantes et la promotion des fruits sur les marchés non traditionnels. Depuis, des navires transportant des pommes moldaves sont partis pour d'autres pays du Moyen-Orient ainsi que pour la Malaisie. Il y a tout juste deux semaines, une grande entreprise de Dubaï nous a rendu visite, pour planifier l'importation de plus de 40 conteneurs de pommes Gala. Les progrès sont donc évidents. »

Selon Diana, même si la Pologne et l'Ukraine ont également des vues sur le Moyen-Orient et l'Asie, la demande de pommes est plus que suffisante. « De plus, nous avons une excellente qualité ici. C'est pourquoi, dans le cadre de ce projet, nous nous concentrons aussi beaucoup sur les bonnes techniques de culture. Nous encourageons les producteurs à piloter des vergers modernes comme les pergolas, ou vergers intensifs de pommiers. Je pense même que nos pommes moldaves ont meilleur goût que celles de nos concurrents. Même si, pour être honnête, ce n'est pas entièrement de notre fait : nous devrions être particulièrement reconnaissants pour le climat favorable et le sol fertile que la Moldavie offre gracieusement. »

Il y a deux ans le gel a frappé l'Italie et l'Espagne, causant d'importants dégâts à leurs abricots, ce qui a entraîné une pénurie de ceux-ci sur le marché européen. « Nous avons saisi cette opportunité. Les clients européens qui ont goûté nos produits les ont aimés, alors nous sommes partis. Nous recevons toujours des commandes pour nos abricots, même lorsque l'offre est suffisante en Espagne ou en Italie », explique Diana.


De nombreuses lignes de triage ont été placées dans toute la Moldavie via USAID

Pourtant, il reste beaucoup à faire pour réaliser ce rêve, car le secteur fruitier moldave ne peut pas encore toujours fournir les volumes requis. « Dans le cas des pommes et des prunes, de nombreux vergers doivent encore être défrichés et replantés avec les variétés demandées par les clients européens. L'héritage de notre focalisation sur le marché russe a encore beaucoup de poids actuellement. Par exemple, cette année, nous avons malheureusement dû refuser la demande d'un grand importateur allemand pour des prunes, simplement parce que nous ne pouvions pas répondre aux quantités requises par son programme. »

Diana espère que la libéralisation temporaire du commerce des sept produits horticoles moldaves qui n'avaient pas encore été totalement libéralisés - tomates, ail, raisin, pommes, cerises, prunes et jus de raisin - sera prolongée au-delà de cette période d'un an. « Sinon, nous serons à nouveau entravés par des quotas spécifiques, comme, par exemple, 20 000 tonnes pour les prunes. »

Moldova Fruct va poursuivre son travail
Le projet HVAA se termine cette année, Chemonics travaille donc en étroite collaboration avec Moldova Fruct depuis un certain temps, notamment en formant une partie du personnel de cette association industrielle pour continuer à soutenir les cultivateurs et les exportateurs et assurer la durabilité. « Nous aidons à professionnaliser davantage l'organisation afin que les producteurs puissent s'adresser à elle en toute confiance lorsqu'ils ont besoin de conseils ou d'aide. Nous canalisons le soutien financier que nous offrons aux cultivateurs par l'intermédiaire de Moldova Fruct, ce qui prouve que nous la considérons comme un partenaire privilégié. Nous sommes convaincus qu'elle poursuivra notre travail. Après tout, c'est elle qui connaît le mieux les besoins de ses membres et des cultivateurs. Nous attendons maintenant un nouveau projet qui sera bientôt annoncé. Il sera également axé sur les secteurs de l'agriculture et de l'horticulture, mais avec des accents différents », conclut Diana.

Pour plus d'informations :
www.chemonics.com

Diana Vlasiuc / Tatiana Burca
Responsables du commerce et du marketing
Agricultura Performantă în Moldova
High Value Agriculture Activity Project (HVAA)
Contracteur de l'USAID
dvlasiuc@moldovaagro.com / tburca@moldovaagro.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)