Codru concentrera ses efforts sur les fruits à noyau dans les années à venir

L'agriculture biologique n'est pas très répandue en Moldavie. Mais cela ne signifie pas non plus que les pesticides sont utilisés à tort et à travers dans la culture des fruits. Au contraire. « Nous avons utilisé beaucoup moins d'insecticides grâce au système de contrôle par phéromones que nous avons mis en place cette saison », commence Mihai Chilianu, PDG de Codru, une entreprise fruitière proche de la capitale Chisinau. « On trouve de temps en temps un ver sur une pomme infestée de tavelure, mais certainement pas dans des quantités importantes. J'insiste sur le fait que je dois pouvoir cueillir une pomme dans mon verger et la manger sur place sans me soucier de la présence de résidus. Les LMR ne sont pas un problème pour nous lorsqu'il s'agit d'exporter », déclare Mihai.


Mihai Chilianu, PDG de l'entreprise familiale Codru.

En effet, comme Mihai le sait bien, la réputation conditionne ou non les exportations. « Trop de problèmes de qualité ou phytosanitaires entachent la réputation d'un pays. Les producteurs doivent tous en être conscients. C'est pourquoi je préconise également des inspections phytosanitaires strictes en Moldavie afin d'empêcher les fruits qui ne répondent pas aux exigences en matière d'exportation de franchir la frontière. D'ailleurs, il n'est pas nécessaire d'utiliser des produits phytosanitaires pour garantir la qualité. Il suffit de procéder à une récolte méticuleuse et de disposer de bonnes chaînes de triage. »


Fabrication propre de caisses à fruits en bois

Répartir le risque et la récolte
Codru cultive des pommes, des fruits à noyau, des cerises et du raisin. « Nous commençons à cueillir les cerises fin mai/début juin. Après cela, ce sera le tour des abricots. La saison prochaine, nous récolterons également des cerises acidulées, destinées essentiellement à l'industrie de transformation. Mais si nous pouvons les vendre sur le marché du frais, nous le ferons, c'est plus rentable. Les Russes apprécient un petit fruit aigre avec leur vodka, d'où leur préférence pour les pommes Idared, je pense », plaisante Mihai, qui ajoute que choisir de cultiver plusieurs fruits et variétés présente un double avantage. Cela permet de répartir les risques et de bien répartir les récoltes sur plusieurs semaines et mois.

Deux chargements de pommes par jour
La récolte des pommes commence en septembre et représente entre 6 000 et 7 000 tonnes par an. Avec sa ligne de triage des pommes, l'entreprise peut remplir deux camions par jour. La Russie n'a jamais été le principal objectif des exportations de pommes de Codru. « Ce n'est tout simplement pas un marché intéressant pour nous : ils veulent de la qualité mais paient des prix bas. Bien que la qualité soit parfois un terme relatif. Par exemple, ils aiment que les Golden soient vertes, alors que cette pomme est la plus savoureuse lorsqu'elle commence à rougir. En Russie, une Golden rougie est considérée comme une pomme de classe II. »


Codru peut emballer jusqu'à deux camions par jour

En revanche, la société Codru est très intéressée par le marché roumain, en raison de sa proximité. « Il faut une demi-journée de route d'ici à Bucarest. Ce transport coûte 1 200 €, à partir de la Pologne, vous pouvez tabler sur 2 500 €. Cela représente facilement une différence de 0,05 €/kg. Nous avons donc un énorme avantage concurrentiel, même si ce n'est pas toujours le marché le plus rentable. Mais il est stable, ce qui nous permet d'avoir l'esprit tranquille. Nous y avons de bonnes relations. Nous bénéficions également du doublement du quota de pommes vers l'UE », déclare Mihai.

Cette entreprise de culture de Moldavie centrale préfère exporter vers son voisin occidental. Néanmoins, elle tourne également son regard vers la Bulgarie, où elle a vendu un certain nombre de pommes Reinette Simirenko l'année dernière, et vers l'Europe du Nord et de l'Ouest. « Les gains d'efficacité que nous réalisons en matière de culture devraient y contribuer. Je pense que le centre de gravité de la pomiculture européenne va se déplacer vers l'Europe de l'Est. Je ne parle pas seulement de la Moldavie (nous sommes trop petits pour cela) mais de l'Ukraine. Ce pays a un énorme potentiel. »

Les prunes doivent obtenir un prix adéquat
Codru va toutefois se concentrer sur les fruits à noyau. « L'Europe occidentale offre des opportunités considérables pour nos prunes Stanley et nos abricots tardifs. L'année dernière, les prunes ont été la récolte la plus rentable de nos vergers. Le marché de destination est l'Europe [occidentale], en particulier l'Allemagne. Nous y avons déjà acquis une bonne réputation. Je ne prévois pas de problème de vente, maintenant que la Russie a fermé la porte de son marché. Mais je tiens à mettre en garde les importateurs qui traitent les producteurs moldaves de manière dérisoire et proposent des prix bien inférieurs à la moyenne du marché : nous suivons l'évolution du marché et des prix. Nos prunes savoureuses et de qualité méritent un prix adéquat. C'est d'ailleurs la condition sine qua non d'une relation commerciale à long terme. Est-il normal que les prix soient inférieurs à ceux d'il y a deux ans, alors que les coûts de transport ont doublé ? », s'interroge Chilianu.

Le raisin moldave 
Mihai est également particulièrement fier de leur récolte de raisin, qui se compose presque entièrement de la variété locale. « Nous cultivons le raisin de manière traditionnelle, pas sur des pergolas. Avec 18 hectares, la superficie n'est pas énorme, mais nous aimons cette culture et la façon dont nous l'organisons. Ces raisins de Moldavie à pépins noirs font le voyage vers nos pays d'exportation sans problème. De plus, ils se conservent très bien, ont bon goût et leurs plants sont assez résistants aux maladies. Nous n'aimons pas pulvériser. Avec ces raisins, c'est à peine nécessaire. »


Prêt à être expédié

Le fait que le raisin ait des pépins constitue-t-il un inconvénient ? « Peut-être. Mais les raisins Italia et Victoria ont également des pépins. Pour l'instant, il n'existe aucune variété sans pépin qui puisse égaler ces variétés bien connues ou notre raisin Moldova en termes de saveur. Le fait que ces raisins soient uniquement cultivés en Moldavie n'indique pas non plus un manque de qualité. Ils ont essayé de les cultiver dans des endroits comme la Roumanie et le nord de la Macédoine, mais la saveur de ces raisins n'est pas comparable à la nôtre », explique Mihai.

« Les raisins Italia, eux aussi, sont de meilleure qualité lorsqu'ils peuvent profiter du sol et du soleil du sud de l'Italie. Nous cueillons les raisins de Moldavie en octobre et les vendons jusqu'en avril. Il n'y a donc pratiquement pas de raisins sud-africains ou péruviens importés ici en hiver. Nous exportons vers la Roumanie, la Pologne, les pays baltes, l'Ukraine et, jusqu'à récemment, la Russie. Cette année, je prévois quelques expéditions vers l'Arabie saoudite, où je décèle des opportunités, notamment en octobre et novembre. »

En quête permanente de méthodes plus efficaces
Pour relever le défi de la pénurie croissante de main-d'œuvre (beaucoup de bons travailleurs préfèrent les salaires plus élevés à l'étranger), Codru est toujours à la recherche de méthodes de culture, de récolte et de transformation plus efficaces. « Nous allons bientôt arracher et replanter certaines parcelles avec de nouvelles variétés d'une manière qui nécessite moins de travailleurs pour la culture et la cueillette. Par exemple, nous avons déjà des rangées de pommiers qui forment un mur, pour ainsi dire : nos employés y cueillent deux fois plus de fruits par jour que dans un verger traditionnel. Et ce que nous plantons de nouveau est immédiatement adapté à une éventuelle cueillette robotisée future. Les vergers de cerises acidulées ont quatre ans, et nous les récolterons pour la première fois l'année prochaine. Ceux-ci ont été mis en place en pensant à la cueillette robotisée. »


Une attention accrue pour les fruits à noyau

Un problème récurrent que les autres entreprises de culture déjà présentées ne cessent de soulever est la mauvaise qualité de l'eau. Codru l'a résolu grâce à des purificateurs d'eau par osmose inverse. « L'eau que nous puisons dans nos lacs est trop salée. Mais avec l'osmose inverse, nous pouvons purifier 18m3/heure », conclut Mihai.

Codru ST SRL est une entreprise familiale fondée en 1992 par Ion Chilianu, le père de Mihai. Au cours des premières années, l'entreprise a joué un rôle de soutien pour les cultivateurs de la région. En 2000, ils ont créé leurs premiers vergers. Aujourd'hui, Codru dispose de 300 hectares de culture intensive, dont 125 hectares sont réservés aux pommes, 18 hectares aux raisins et le reste aux prunes, abricots et cerises. La quasi-totalité de la production est destinée à l'exportation. L'entrepôt frigorifique Smartfresh a une capacité de 5 000 tonnes. Il dispose d'une ligne de tri, mais uniquement pour les pommes, pour lesquelles l'entreprise est également certifiée GlobalGAP. Outre la culture des fruits, Codru fabrique également des caisses en bois.

Pour plus d'informations :
Mihai Chilianu (PDG)
Codru ST
str. Stefan Cel Mare 33A
3711 Bucovat (Straseni) - Moldavië
Tél. : +373 22 212 239
Cell. : +373 69 300 353
chilianu.mihai@codru.st
www.codru.st


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)