« Les exportations de dattes vont augmenter d'au moins 10 % »

Les exportations de dattes jordaniennes prennent de l'ampleur

Le secteur jordanien des dattes a été relancé au cours de la dernière décennie, après de nombreuses années de très faible production locale, puisque les exportations devraient augmenter d'au moins 10 % cette saison. En raison des nombreux jeunes palmiers, la production jordanienne de 30 000 tonnes et les exportations de dattes devraient encore augmenter, affirme Cedric van Oene, chef de projet chez Advance Consulting, un groupe néerlandais de conseil agricole ayant un bureau en Jordanie.

« En 2021, la Jordanie a exporté environ 30 % des 30 000 tonnes de production. Les exportations sont principalement destinées au Qatar, aux Émirats arabes unis, au Maroc, au Liban et, dans l'UE, à la France notamment. Il y aura très probablement une augmentation de 10 % de la production, mais la Jordanie est un petit acteur, comparé à d'autres pays », déclare M. van Oene.

Selon lui, dans le passé, la production et la consommation locale de dattes jordaniennes étaient très populaires. « Malheureusement, les dattes produites localement ont presque complètement disparu du menu de la Jordanie. Les gens importaient des dattes de Tunisie. Il y a environ 10-15 ans, les agriculteurs locaux ont vu une opportunité de planter la variété de datte Medjool, qui est la plus grande, la plus lucrative et la plus savoureuse. »

« Au début de 2010, de nombreux producteurs ont commencé à planter en Jordanie. Les agriculteurs ont fait appel à des professionnels pour les aider à cultiver les dattes car des connaissances très spécifiques sont nécessaires. Il existe actuellement deux principales variétés cultivées en Jordanie, à savoir Al-Barhi et Medjool, qui représente 80 % du volume. Le secteur jordanien de la datte est actuellement en pleine évolution, de nombreuses plantations n'étant pas encore en pleine production. De plus en plus d'entreprises obtiennent la certification Global Gap en Jordanie. Elles répondent aux normes des marchés à plus forte valeur ajoutée. »


(à droite) Cedric van Oene et (à gauche) Eng. Anwar Haddad, président de l'Association jordanienne des dattes

Cede van Oene cite quelques faits et chiffres concernant la Jordanie obtenus auprès de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (2020).

« Actuellement, la superficie cultivée des deux variétés Medjool et Al-Barhi en Jordanie est estimée à 35 km², répartis le long de la vallée du Jourdain et jusqu'à Aqaba, à l'extrême sud de la Jordanie. Le nombre d'arbres est estimé à environ 500 000 palmiers. Actuellement, la plupart des exploitations produisent 30 à 40 % de la capacité de production totale des arbres. On s'attend à ce que la part de la production jordanienne de dattes augmente au cours des trois prochaines années en raison de nombreuses raisons, notamment l'entrée de nouvelles zones de production, la poursuite de l'expansion des cultures et des taux de production, et le soutien du ministère de l'Agriculture à ce type de plantes en raison de sa productivité élevée par mètre cube d'eau par rapport à d'autres fruits et légumes. »

Advance Consulting, avec des bureaux en Jordanie et au Kenya, a été actif en Jordanie au cours des trois dernières années. « Pour nous, l'impact sur les marchés émergents est ce qui compte. Nous sommes là pour les petites et moyennes entreprises qui cherchent à se développer mais qui sont confrontées à toutes sortes de défis. Nous réunissons nos compétences en matière de développement du secteur privé, d'agro-industrie et d'accès au financement, généralement avec l'aide de programmes de soutien tels que ceux financés par le gouvernement néerlandais. Nous le faisons toujours dans un esprit de collaboration, en l'occurrence avec le ministère de l'agriculture, les entreprises du secteur privé et leurs associations, comme la Jordanian Exporters Producers Association (JEPA) et la Jordan Dates Association. »

« Nous faisons beaucoup de travail ici en Jordanie. Le gouvernement néerlandais a de nombreux projets en Jordanie pour soutenir le secteur agricole. Nous apportons un peu de cette expertise au secteur ici, par exemple en termes de production ou de commercialisation de légumes et de fruits. Surtout, nous essayons de réduire les coûts, par exemple sur l'eau et les engrais, car la rareté de l'eau et la durabilité du secteur agricole à long terme en Jordanie est un gros problème. »

« Actuellement, nous avons un grand projet qui formera 1 500 jeunes au cours des trois prochaines années, avec des emplois et d'autres compétences non techniques, pour travailler dans le secteur agricole. Nous travaillons dans des régions où le taux de chômage en Jordanie est très élevé chez les jeunes, 40 % au niveau national, mais encore plus dans les poches de pauvreté comme la vallée du Jourdain. »

« Dans le même temps, le secteur agricole ne suscite pas beaucoup d'intérêt, ce que nous constatons également dans d'autres pays. Nous cherchons surtout à former les jeunes qui ont peu d'opportunités ou qui sont en situation de pauvreté, comme ceux de la vallée du Jourdain qui sont proches des fermes. Certains emplois sont disponibles dans les fermes, mais il existe actuellement un décalage entre ce que veulent les jeunes Jordaniens et ce que le secteur privé peut offrir aux demandeurs d'emploi. Nous donnons le coup d'envoi de notre première cohorte le 7 octobre avec 25 jeunes, puis nous passons à 450 jeunes au cours des trois prochaines années. Nous cherchons à développer le secteur jordanien des dattes, mais de manière durable, en créant une dynamique dont l'impact social et économique durera de nombreuses années ».

Pour plus d'informations : 
Cedric van Oene
Advance Consulting
Tel. : +962-796827842
Cedric@advanceconsulting.nl  
www.advanceconsulting.nl     


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)