Ceteronis, entreprise de culture de prunes et de raisins

Les frais de transport élevés freinent les exportations de fruits

Fondée en 2000, l'entreprise de culture fruitière Ceteronis exploite pas moins de neuf kolkhozes*, pour un total de plus de 4 000 hectares. Un tiers de la superficie est constitué de vignobles et un dixième de vergers d'arbres fruitiers. Outre le raisin, les prunes occupent une place de choix dans les exploitations Ceteronis. « Mais, cette année, la sécheresse a anéanti presque toute cette récolte. L'année dernière, nous avons récolté 4 000 tonnes. Cette année, nous devrons nous contenter de 900 tonnes », explique le directeur commercial Marcel Bobeica.

L'année dernière, Ceteronis a chargé 120 camions de prunes pour les vendre à l'étranger, dont 90 étaient destinés au marché européen. Les prunes Stanley entrent sur le marché lorsque l'Europe occidentale et les Balkans viennent à en manquer. Outre leur excellente saveur, ces prunes moldaves ont également l'avantage d'entrer sur un marché vide. La Roumanie voisine est un client important. Presque tous les détaillants de ce pays reçoivent des livraisons directes non seulement de prunes mais aussi d'autres fruits comme les pommes et les pêches.

Des fruits appréciés par l'Est et l'Ouest
Les coûts de transport vers les pays de l'ex-Union soviétique et de l'Union européenne montent en flèche. Alors que la plupart des fruits produits par cette ferme sont destinés à des chaînes de supermarchés en Biélorussie, un volume croissant depuis 2018 est exporté dans l'UE : Allemagne, France, Hollande, Croatie, Belgique, etc. Grâce à l'attention portée aux traitements sur le terrain, à l'accent mis sur la qualité et à la mise en œuvre des systèmes Global Gap et Grasp, l'entreprise a réussi à élargir ses exportations dans les pays de l'UE. Mais cette année, les coûts de transport vers l'UE ont presque doublé.

De même, les frais de transport vers le marché biélorusse ont grimpé en flèche. L'année dernière, il fallait débourser 2 000 € pour qu'un camion se rende en Biélorussie. Au début de la saison, ce prix a grimpé à 11 000 €. Ce tarif est maintenant tombé à 5 000 €, ce qui reste très élevé. Pourtant, le plus gros problème est la longueur du temps de transit. En raison des retards à la frontière entre l'Ukraine et la Biélorussie, le voyage dure désormais sept jours au lieu des deux ou trois jours habituels.

De bonnes variétés de cerises, mais une technologie de triage encore insuffisante
En ce qui concerne les cerises, Ceteronis dispose d'une bonne variété à Regina pour l'exportation vers l'Europe occidentale. « Nous avons de belles cerises foncées, et la variété se transporte bien. Le problème est que nous emballons plusieurs calibres différents ensemble par manque de lignes de triage nécessaires. Nous avons cependant un refroidisseur hydraulique. Un collègue producteur de cerises est dans la situation inverse : il ne peut pas prérefroidir les cerises mais peut les trier correctement. Des pourparlers sont en cours pour regrouper les deux technologies en un seul endroit afin que nous puissions tous deux livrer des cerises dans des conditions parfaites en Europe occidentale. Mais nous ne nous sommes pas encore mis d'accord sur le lieu exact », précise Marcel. Une plus grande coopération sous forme de coopératives serait très bénéfique pour les producteurs moldaves, notamment en ce qui concerne le traitement post-récolte. De plus, cela augmenterait les possibilités d'exportation.

Les raisins moldaves résistent bien au froid extrême
En termes de renouvellement des variétés, les producteurs moldaves ont encore du travail à faire, surtout maintenant que le marché russe est fermé et que les autres marchés sont en constante évolution et adaptation. « Nous avons converti la quasi-totalité de nos parcelles de cerises et d'abricots à de nouvelles variétés. Avec le raisin, en revanche, il n'est pas aussi facile de planter de nouvelles variétés. La variété Moldova, qui représente 90 % de nos surfaces de raisin, est très résistante au gel, ce qui est un énorme avantage par rapport à de nombreuses autres variétés. »

« Nous enregistrons parfois des températures aussi basses que -20 ºC ici. De nombreuses plantes ne peuvent pas supporter cela. Mais, le raisin moldave est une variété noire et robuste. Ils sont assez sucrés, peuvent être exportés jusqu'en décembre, et peuvent être conservés en chambre froide jusqu'en avril. Nous avons aussi le raisin Codreanca, mieux connu sous le nom de Black Magic. Nous commercialisons ces raisins essentiellement en Roumanie, en Biélorussie, en Pologne et en Croatie. Les consommateurs d'Europe occidentale préfèrent les raisins sans pépins », explique le directeur commercial.

Focus sur le carton
Ceteronis prévoit d'investir dans une ligne d'emballage en carton pour les fruits à noyau dans un avenir proche. Actuellement, l'entreprise emballe les fruits dans des caisses en bois. Les prunes sont actuellement exportées dans des cartons, mais ce matériel d'emballage est importé. Pour réduire les coûts, cette entreprise moldave doit se tourner vers sa propre ligne de production. « Outre les options de refroidissement et de triage appropriées, le secteur fruitier moldave doit se concentrer sur l'offre d'un emballage adapté. Ici, le carton est important, tout comme les caisses en plastique réutilisables. Le flowpack est de moins en moins demandé car tous les producteurs n'ont pas les certifications nécessaires. De plus, une fois flowpackés, les produits ne peuvent pas être contrôlés à leur destination. »

Un regard vers l'Europe occidentale
Les exportations de fruits de Moldavie ne sont pas seulement confrontées aux problèmes de traitement post-récolte et d'emballage. L'accès limité aux outils financiers est un autre obstacle de taille. « Ici, en Moldavie, nous ne pouvons pas assurer nos cargaisons. Une possibilité est d'ouvrir une succursale en Roumanie et d'obtenir une assurance là-bas. Tout ne se passe pas sans heurts, mais nous sommes sûrs que, dans les années à venir, nous pourrons continuer à fournir des produits de qualité et nous faire une place sur les marchés d'Europe occidentale. Il s'agit de choisir les bonnes variétés, de maintenir nos normes de qualité en matière de culture et de chambre froide, et d'aller de l'avant en matière de tri et de conditionnement », conclut Marcel.

Ceteronis est une entreprise de culture fruitière qui possède des parcelles et des installations de conditionnement sur différents sites en Moldavie. Son siège social se trouve dans le sud du pays, près de la frontière roumaine. Outre de petites superficies de pommes Golden Delicious (15 ha), de poires Xenia (26 ha) et de nectarines (15 ha), l'entreprise cultive également des cerises Regina, Kordia et Bigarreau Burlat (85 ha). Mais elle se concentre sur les prunes Stanley (330 ha, capacité de production de 4 200 tonnes) et les raisins Moldova et Magic Black (545 ha, capacité de production de 5 300 tonnes). L'entreprise est certifiée GlobalGAP, GRASP et ISO 22000 et exporte vers 12 pays, dont la Russie, la Biélorussie, l'Ukraine, les États baltes et plusieurs pays d'Europe orientale et occidentale.

Cliquez ici pour faire une visite virtuelle de Ceteronis.

* grandes fermes collectives de l'ère soviétique, caractérisées par une combinaison de droits de propriété ainsi que de droits d'usage collectifs et personnels.

Pour plus d'informations :
Marcel Bobeica et Davidescu Elena
Ceteronis
Costangalia (Cantemir)
Tél. : +373 769 90 08 59
Cell. : +373 60 090 888
davidesculena07@gmail.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)