Pouilles, Italie

« J'ai 400 tonnes de raisins invendues dans les vignes »

Cette crise semble s'aggraver de jour en jour, tout comme le désespoir des nombreux agriculteurs qui en ont désormais assez de voir leur produit déprécié. Le secteur du raisin, comme d'autres, est en difficulté en raison de la crise économique et de l'incertitude générale.

Les agriculteurs italiens indiquent des prix de vente dans les campagnes qui se situent autour de 0,20-0,30 €/kg. Mais si certains producteurs, qui se sentent découragés, sont prêts à vendre à des chiffres aussi bas, d'autres, en revanche, refusent d'accepter cette situation, à l'instar de Vito Sorino, un agriculteur de la province de Foggia, dans les Pouilles, qui consacre une vingtaine d'hectares au raisin, y compris des cultivars traditionnels et sans pépins.

Vito Sorino

« J'ai 400 tonnes de raisins invendus », explique le producteur des Pouilles, « Des volumes massifs impliquant différentes variétés : Regal, Crimson, Italia, Apulia Rosé et Red Globe. Les quelques négociants qui ont été présents ces dernières semaines ont proposé des prix de famine, ce qui m'a incité à laisser toute la production sur les vignes. Il n'est pas possible de brader des grappes à 0,20 €/kg (les mêmes que j'ai vendues en septembre 2021 à 0,60 €/kg) et de voir ensuite le produit dans les rayons des supermarchés à 3, 4 ou même 5 €/kg. »

« Avec les temps qui courent, comment est-il possible qu'une famille nombreuse et à revenu unique puisse payer 4 à 5 € pour un kilo de raisin ? Et puis on nous dit que les fruits ne sont pas vendus. Ne serait-il pas plus simple de répartir la richesse de manière équitable, en réduisant le prix de vente final et en donnant aux agriculteurs une rémunération plus décente ? »

« Je ne sais pas combien de temps les grappes peuvent rester sur les vignes. Heureusement, la météo nous aide, car les températures ne sont pas très élevées et l'humidité est faible. Je verrai comment les choses évoluent au cours des deux prochaines semaines. Mais, il s'agit d'un produit périssable, qui ne peut donc pas rester longtemps dans le champ. C'est précisément en cette saison, où la qualité des grappes est vraiment extraordinaire, que nous risquons de gâcher toute une année de sacrifices et de dépenses. Nous risquons donc de perdre l'envie de travailler, ainsi que notre dignité. »

Pour plus d'informations :
Vito Sorino
Tél. : +39 328 708 5099


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)