Les oranges de Séville menacées par la maladie du dragon jaune

Les producteurs de la région de Séville doivent prendre des mesures préventives pour protéger leurs 48 000 orangers des bactéries mortelles qui ont déjà dévasté les cultures d'agrumes en Asie, en Amérique latine et aux États-Unis.

La campagne européenne « Life for Citrus », à laquelle participent l'Espagne, le Portugal, la France et l'Italie, élabore des stratégies visant à enrayer la propagation du Huanglongbing (HLB). Causé par la bactérie Candidatus liberibacter, il est propagé par les insectes et peut détruire complètement un agrume en cinq ans.

L'infestation a déjà atteint des niveaux épidémiques dans 48 pays asiatiques et 53 États africains, ainsi qu'au Brésil et aux États-Unis. Elle a été détectée en Chine en 1943, en Afrique en 1947 et, en 2005, elle avait commencé à dévaster les orangeraies de Floride. Il n'est pas encore arrivé en Europe, mais l'insecte qui le transporte l'a fait.

« L'un des vecteurs, Trioza eryteae, a déjà été détecté aux Canaries, au Portugal et en Galice, dans le nord-ouest de l'Espagne, mais pas la bactérie », explique Francisco Arenas, directeur de l'institut de recherche Las Torres en Andalousie, dans le sud de l'Espagne. « Le problème est qu'une fois que le vecteur arrive, tôt ou tard, la maladie arrive aussi ».

La municipalité de Séville et Life for Citrus ont lancé un projet pilote visant à encourager la propagation des insectes et des oiseaux qui s'attaquent au ravageur qui propage la maladie, dans le cadre d'une tendance à travailler avec la nature plutôt que contre elle.

Source : theguardian.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)