La réfrigération : un sujet brûlant pour le stockage des pommes et des poires

« Les coûts énergétiques représentent partout une part plus importante des coûts de production », c'est ainsi qu'Ann Schenk du Centre flamand pour le stockage et les produits horticoles (VCBT) résume la situation concernant l'augmentation des coûts de stockage réfrigéré des fruits à pépins. Le VCBT est une collaboration entre l'Association des coopératives horticoles belges (VBT) et l'Université de Louvain qui effectue des recherches et développe des technologies post-récolte.


Ann Schenk et Bert Verlinden du VCTB

Selon Ann et son collègue Bert Verlinden, cela se traduit par une augmentation des demandes de conseils auprès du VCBT. La récolte des pommes poires en Belgique battait son plein à la fin du mois d'août, ce sujet semble donc plus que jamais d'actualité. Pour l'instant, Ann et Bert ne pensent pas que les coûts élevés conduiront les producteurs à abandonner le stockage des fruits de vergers ou à en vendre davantage sur les arbres. « Il n'y a actuellement aucun marché pour cela, les producteurs n'ont donc guère le choix », commence Ann.

Utiliser moins d'énergie serait une réponse logique pour freiner la hausse des coûts de réfrigération. Ce n'est pas une bonne idée, selon le VCBT. « Si vous commencez à réduire la réfrigération, cela affecte immédiatement la qualité des fruits », souligne Bert. Une durée de stockage plus courte peut toutefois être une option. « Mais, bien sûr, vous devez être en mesure de commercialiser les fruits. Si tout arrive sur le marché en même temps, les prix s'effondrent, donc un stockage plus court n'est possible que dans une certaine mesure. » Toutefois, les producteurs doivent savoir quels lots peuvent être stockés pour éviter des coûts inutiles. Il ne faut pas qu'ils se rendent compte, à la fin du processus de stockage, que la qualité du fruit laisse à désirer.

Modèles de prévision
Le VCBT a donc développé des modèles de prévision utilisant des paramètres spécifiques pour savoir si l'on peut stocker un lot de pommes ou de poires. Le modèle se base sur des éléments tels que la teneur en amidon et la fermeté des fruits. Bert note que certains de ces lots sont clairement plus adaptés au stockage que d'autres. « Nous prenons certaines mesures non dommageables juste après la récolte et les utilisons pour faire une prévision. Nous pouvons dire quels lots sont plus ou moins aptes à un long stockage. Car si vous stockez des fruits de mauvaise qualité qui sortent mal du réfrigérateur, vous avez payé deux fois ; vous ne pouvez pas vendre les fruits, et vous engagez des frais. Vous devez absolument éviter cela ».

« Et si vous décidez de réfrigérer, il est vital pour la qualité à long terme des fruits de le faire directement après la récolte. Il ne faut pas attendre pour économiser de l'énergie », ajoute Ann. Bien qu'il s'agisse du coût le plus important, elle affirme qu'il ne faut pas lésiner sur la réfrigération. « Se débarrasser de la chaleur du champ est la plus grosse dépense, mais si vous devez réfrigérer, vous devez le faire correctement. Il faut faire un choix. N'est-il pas préférable de dire, ne refroidir que la moitié, bien, et commercialiser l'autre moitié tout de suite que de réfrigérer tout le lot mal ? »

Réduire la respiration
Il y a tout de même quelque chose que vous pouvez faire pour réduire les coûts énergétiques lorsqu'il s'agit de réfrigérer les fruits à pépins. Par exemple, vous pouvez utiliser l'éthylène comme traitement post-récolte. Ann explique que cela inhibe le mûrissement des poires et des pommes, en réduisant l'activité respiratoire des fruits de 30 à 40 %.

« Parallèlement à la respiration, la production de chaleur diminue, ce qui réduit le besoin de réfrigération. » De plus, les inhibiteurs d'éthylène réduisent la production de CO2. Lorsque les pommes et les poires sont stockées pendant une longue période, le CO2 est éliminé mécaniquement des chambres froides à ultra faible teneur en oxygène (ULO). « Donc, lorsqu'on utilise un inhibiteur d'éthylène, on a besoin de moins d'énergie parce qu'on doit éliminer moins de CO2 », explique-t-elle.

Une autre évolution qui a un impact sur la consommation d'énergie est l'atmosphère contrôlée dynamique (DCA). Dans ce cas, le stockage des fruits à de faibles niveaux d'oxygène inhibe également leur activité respiratoire. Avec la DCA, contrairement à l'ULO, la teneur minimale en oxygène que les fruits peuvent tolérer est déterminée par lot.

« Un bon lot peut très bien tolérer une teneur en oxygène beaucoup plus faible que dans une cellule ULO ordinaire », explique Ann. Elle cite l'exemple de la variété Jonagold. Dans une chambre froide ULO standard, ils sont maintenus à un pour cent d'oxygène, mais dans une chambre froide DCA, en fonction de la qualité, cela pourrait être aussi bas que 0,5 ou même 0,3%. « Il y a beaucoup moins de respiration et donc moins de production de chaleur, et vous avez besoin de moins de réfrigération. »

Un sujet délicat
L'entreprise fruitière néerlandaise Masteling cultive et refroidit des fruits de vergers et affirme que la réfrigération est un sujet épineux mais délicat dans le secteur des pommes et des poires. Cees Masteling note que les coûts de refroidissement diffèrent énormément car les points de départ peuvent varier considérablement. « Il s'agit d'un sujet difficile. Certaines entreprises ont encore des contrats d'électricité à 0,05 €, tandis que d'autres paient 0,20 €. Cela crée une incertitude et une inégalité sur le marché, ce qui entraîne des discussions sur les prix de vente. »

Ces grandes différences signifient que chaque situation doit être considérée individuellement, dit-il. Le contrat d'électricité de Cees expire en décembre. « Après cela, nous devrons aussi payer plus cher. Nous ne répercutons pas cette augmentation car le marché impose les ventes et nous avons des clients réguliers que nous devons servir ». Il précise toutefois qu'ils essaient d'intégrer l'augmentation des coûts dans le prix, mais que ce n'est pas facile.

Pas d'augmentation des ventes de fruits et légumes, mais des entrepôts frigorifiques vides
Selon M. Cess, il n'y a pas d'intérêt accru pour les ventes hors arbre, ce qui n'est pas un choix évident en ce qui concerne les pommes et les poires. « Ce type de vente est difficile car la récolte en Europe est assez importante. Le commerce part donc du principe qu'il y aura suffisamment de fruits disponibles plus tard dans la saison et ne veut donc pas acheter de fruits à pépins maintenant. »

Il est clair que l'augmentation des coûts de réfrigération aura des conséquences. Cees ne pense pas qu'elle affectera de manière significative le volume total des fruits de vergers. Néanmoins, il y a quelques entrepôts frigorifiques vides. « Si la réfrigération coûte plus qu'elle ne rapporte, il faut bien réfléchir », conclut-il.

Pour plus d'informations :
Ann Schenk
Ann.Schenk@vcbt.be  
Bert Verlinden
Bert.Verlinden@vcbt.be 

VCTB
www.vctb.be 

Fruitbedrijf Masteling
Tel. : +31 (0)527 201 471
contact@fruitbedrijfmasteling.nl  
www.fruitbedrijfmasteling.nl 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)