Juan Bautista Juan, de Frutas Tono sur la saison des clémentines

« La production est plus faible mais c'est la consommation qui déterminera s'il y a trop ou trop peu »

La plus petite récolte, la faible offre de produits de l'hémisphère sud ainsi que la bonne demande sur les marchés garantissent de bons prix pour les clémentines espagnoles. 

« Il n'y a plus de stocks de mandarines ou de clémentines de l'hémisphère sud sur les marchés, ayant été retirés plus tôt par rapport à l'année dernière car ils ont terminé leurs campagnes prématurément. La transition s'est donc faite assez facilement cette année », déclare Juan Bautista Juan, directeur commercial de l'entreprise valencienne Frutas Tono, basée à Benifairó de la Valldigna.

Actuellement, les variétés Orogrós, Oronules, Arrufatina et Marisol sont commercialisées, suivies par Clemenules, la variété la plus abondante dans la région de Valence. « Cette année, il semble, selon les chiffres officiels, qu'il y ait 10 % de production en moins par rapport à l'année dernière. La saison des mandarines et des clémentines a suscité l'intérêt des acheteurs depuis son début et la baisse de production de cette année, associée à une bonne demande, se traduit - pour le moment - par une hausse des prix d'achat et de vente. La  saison des clémentines commence bien », déclare Juan Bautista.

« Même si la production d'agrumes sera plus faible cette année, c'est la consommation qui déterminera s'il y a trop ou trop peu. Le marché dira si ces kilos en moins provoqueront une réaction positive des prix ou si la consommation continuera à baisser. Alors que la demande de clémentines et de mandarines continue de croître chaque année, celle des oranges continue de baisser », souligne le directeur des ventes de Frutas Tono.

Les premières oranges Navelina ont déjà commencé à être récoltées dans les zones les plus précoces, mais il faudra attendre fin octobre ou début novembre pour qu'elles soient disponibles en quantités constantes. « Les oranges espagnoles entreront également sur un marché où il y a peu de chevauchement avec la production de l'hémisphère sud. Le secteur a tiré les leçons de ce qui s'est passé l'année dernière et, bien qu'il puisse y avoir de petites distensions, nous ne nous heurterons pas aux volumes des autres années, qui ont provoqué de grandes tensions sur les marchés », avance Juan Bautista.

En général, on s'attend à ce que les oranges soient surtout de taille petite ou moyenne en raison de la sécheresse qui sévit au printemps et en été. « Il n'a pas plu autant qu'il aurait fallu et quand il aurait fallu, de sorte que les variétés qui sont récoltées entre octobre et décembre peuvent atteindre des tailles plus commercialisables. Néanmoins, les pluies des dernières semaines contribueront à augmenter un peu les tailles de la Lane et du Navel. Ce qui est clair, c'est que les grosses oranges seront plus chères cette saison, si la consommation est bonne. De plus, il sera important de pouvoir répercuter sur les prix la hausse scandaleuse des coûts tant dans les champs que dans les usines et les transports ». 

En ce qui concerne la concurrence de pays tiers comme le Maroc, la Turquie et l'Égypte, Juan Bautista Juan souligne que « selon les informations que nous avons reçues, la réduction des récoltes ne s'est pas seulement produite en Espagne mais dans la majorité des pays producteurs de l'arc méditerranéen, qui ont été touchés par les vagues de chaleur et le manque de précipitations. »

Pour plus d'informations :
Juan Bautista Juan Gimeno
Frutas Tono S.L.
C/ Camí Pinar s/n.
46791 Benifairó de la Valldigna (Valence)
Tél. : + 34 96 281 03 26
jbjuan@frutastono.com 
www.frutastono.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)