Piet van Liere, FlevoTrade :

« Les oignons n'ont jamais été aussi chers si tôt dans la saison »

Le marché de l'oignon ne sera pas maîtrisable cette année. « À ma connaissance, les oignons n'ont jamais été aussi chers si tôt dans la saison. Cela a commencé dès la sortie du champ, où les prix étaient déjà énormément élevés », remarque Piet van Liere de FlevoTrade à Dronten aux Pays-Bas. Mais parallèlement, ces prix élevés ont aussi un revers, poursuit l'exportateur. « Tout au long de la chaîne, les coûts ont augmenté, mais ce sont finalement les pays les plus pauvres qui doivent payer la facture ».

« Nous voyons les coûts supplémentaires sur toute la ligne, de la culture au transport, en passant par la transformation et le fret maritime. Avec la guerre et la hausse des prix du gaz et de l'électricité, nous devons soudainement faire face à des coûts considérables. À cela s'ajoute le fait qu'en matière de fret maritime, on est subitement confronté à la concurrence de l'industrie de la viande et du poulet, qui accepte de payer davantage pour son fret. Jusqu'à présent, les prix élevés à destination sont acceptables. Mais plus la part des dépenses consacrées à l'alimentation est importante, plus les gens deviennent critiques », constate l'exportateur. « Il est donc important que tout cela reste abordable. Toute augmentation des coûts peut s'expliquer, mais si le consommateur final ne peut plus se le permettre, cela finira tout simplement par s'arrêter. »

Plus les oignons sont chers, plus la concurrence est forte
Le fait que le commerce des oignons demeure une lutte pour le dernier centime ne changera probablement jamais, estime Pete. « Le commerce journalier d'oignons est toujours très important. Par ailleurs, nos clients sont souvent les personnes les plus pauvres du monde, pour lesquelles le prix reste primordial. Pour le reste, la concurrence nous guette. On voit que plus ils sont chers, plus la concurrence se fait sentir. Un pays comme le Maroc n'a jamais été concurrentiel en Afrique, mais maintenant il le devient, car à ces prix, il est intéressant d'exporter », explique Piet.

« L'Afrique peut cultiver davantage d'oignons, mais les connaissances spécifiques font souvent défaut. Il suffit d'un événement pour que la récolte tombe à l'eau. De plus, en raison de la croissance démographique, l'Afrique doit importer énormément de denrées alimentaires. C'est là que nous pouvons jouer un rôle important avec nos aliments garantis sûrs et durables. On pourrait arrêter la culture d'oignons ici, mais alors autant lancer une campagne de dons pour l'Afrique. »

Un sport de haut niveau
Piet voit l'avenir de la culture d'oignons néerlandaise d'un bon œil. « Les oignons resteront une culture importante aux Pays-Bas, j'en suis convaincu. Nous pouvons cultiver ici un produit sain que nous fournissons à de nombreux pays, avec un impact minimal sur le sol, la terre et le climat. Parallèlement, la culture de l'oignon devient de plus en plus un sport de haut niveau. Les ressources disponibles sont limitées et la pression des maladies et des ravageurs est forte. Ici aussi, aux Pays-Bas, nous avons ressenti les effets du changement climatique ces dernières années. D'un autre côté, si l'année prochaine nous avons une surface cultivée de 30 000 hectares (et je ne pense pas que ce soit une chose complètement impossible) et que nous obtenons un jour un rendement moyen de 60 tonnes, nous ne saurons à nouveau pas quoi faire de ces quantités. »

Il considère que les plus grandes opportunités de croissance pour les exportateurs néerlandais se situent autour de l'équateur. « Là-bas, les phénomènes météorologiques extrêmes ont été très nombreux ces dernières années. Mais rien n'est certain ; on peut tout simplement avoir une année avec de bons rendements. Les décisions géopolitiques ont également une grande influence. Si un géant de l'exportation comme l'Inde ferme ses frontières, comme c'est le cas depuis deux ans, cela offre de grandes opportunités aux exportateurs néerlandais. Je vois des opportunités pour la deuxième moitié de la saison, mais un marché cher est toujours risqué. En 2018 (une autre année de goulots d'étranglement sur le marché), d'autres géants de la production comme la Chine et les États-Unis ont eu de bons rendements, il faut maintenant attendre de voir. Par ailleurs, les autres pays sont toujours à l'affût au second semestre. Un pays comme l'Égypte peut aussi prévenir une pénurie en semant plus d'oignons. »

Nouvel entrepôt à Swifterbant
Les développements ne s'arrêtent pas chez FlevoTrade. Ainsi, au début de cette année, l'entreprise a acheté un bâtiment supplémentaire à Swifterbant pour y stocker 15 000 à 20 000 tonnes de produit. En outre, le parc de machines a été complété par une nouvelle chargeuse à rouleaux de Tolsma-Grisnich. « Nous continuons à suivre de près les développements dans le domaine du tri optique. Les gens sont très difficiles à trouver, nous devons donc réfléchir à toutes les formes d'économie de main-d'œuvre. »

Les oignons sont de loin le produit le plus important pour FlevoTrade, mais ces dernières années, la gamme de produits de l'exportateur s'est considérablement élargie. Des frites, de la mayonnaise, du poulet, du riz et des sardines sont exportés depuis Dronten vers des clients en Afrique et en Amérique centrale, entre autres. « Pour nous, c'est un beau complément. Nous avons une demande pour ces produits tout au long de l'année. Nous avons des clients que nous servons avec cet assortiment, mais aussi des clients spécifiques auxquels nous ne fournissons pas encore d'oignons. Les ventes de ces produits ont diminué pendant la période du coronavirus (en partie à cause du manque de tourisme), mais ce marché est en train de reprendre de l'ampleur. »

L'exportateur d'oignons a fêté son 60e anniversaire la semaine dernière. Il ne pense toutefois pas encore à s'arrêter. « J'ai l'impression d'avoir cinquante ans et j'en profite encore énormément. J'ai trois magnifiques filles. Elles feront en premier lieu ce qu'elles aiment, mais si elles sont intéressées, il y aura toujours une place pour elles dans l'entreprise. De plus, nous formons des collaborateurs en interne pour que FlevoTrade soit prête pour l'avenir. Mais pour l'instant, le commerce des oignons n'est pas encore débarrassé de moi ! »

Pour plus d'informations :
Piet van Liere
FlevoTrade Dronten
Staalwijk 15-17
8251 JP Dronten - Pays-Bas
Tél. : +31 321 387 170
info@flevotrade.nl
www.flevotrade.nl


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)