Les volumes d'exportation devraient augmenter avec les variétés plus tardives

Un démarrage tardif et lent pour les agrumes turcs

Les agrumes turcs ont démarré plus tard cette année, déclare Coskun Eren, directeur marketing chez l'exportateur turc Eren. Il affirme que les prix plus élevés en début de saison n'ont pas vraiment aidé à accélérer le rythme.

« Cette année, la saison des agrumes turcs a commencé deux semaines plus tard que d'habitude, nous avons donc eu un démarrage plus lent que d'habitude. Par ailleurs, l'ensemble de la production a connu des volumes faibles en ce qui concerne les variétés précoces de citrons, de pomelos et de mandarines, de sorte que les prix n'étaient pas favorables non plus. Cela n'a fait qu'ajouter au retard de la saison. Heureusement, cette année, l'Afrique du Sud et l'Argentine ont terminé un peu plus tôt, ce qui a limité l'offre en citrons. L'Afrique du Sud a également exporté moins de pomelos cette année et l'Espagne a produit moins de mandarines précoces en début de saison, ce qui a aidé à maintenir la balance à un niveau acceptable pendant cette période. Je suppose qu'en fin de compte, on trouve toujours un moyen de s'équilibrer. »

Eren dit qu'il s'attend à une reprise de la demande lorsque les variétés plus tardives commenceront à être commercialisées. « Comme nous n'avons plus de variétés à faible volume, la situation va se normaliser. Nous avons débuté avec les citrons lamas précoces et nous continuons avec les oranges et les pomelos tardifs ainsi que certaines mandarines de mi-saison comme la Satsuma qui a déjà commencé et la Freemont et la Nova, qui suivront très bientôt. Les circonstances s'annoncent meilleures qu'au début de la saison. Nous sommes également enthousiastes à propos des mandarines tardives, car nous la récolte sera bonne cette année. Je m'attends à ce que les prix des agrumes en général restent élevés tout au long de la saison. »

Alors que les importateurs tentaient de faire baisser les prix, certains négociants en agrumes ont décidé de commercialiser certaines de leurs variétés précoces sur le marché local, où les prix étaient tout aussi élevés.

« Les variétés précoces, ayant moins de volume, ont retardé les exportations en raison du prix. La Turquie est un grand pays et il ne faut pas sous-estimer la demande locale. Celle-ci était élevée et les importateurs n'étaient pas prêts à payer autant en début de saison, ce qui a fait baisser  les volumes d'exportation. Heureusement, la situation a évolué fin octobre. Notre récolte de citrons tardifs est bonne avec des volumes suffisants. Chaque année, nous avons fait progresser le volume d'agrumes de façon constante. A ce jour, en comparant les chiffres, nous sommes en retard sur les volumes. Mais cela est principalement dû au retard en début de saison. Je pense que cela s'équilibrera à la clôture en juin 2023. Je reste persuadé que nous allons rattraper les commandes perdues en variétés précoces ».

En matière d'agrumes, la concurrence est rude. Eren estime qu'il y a un bon partage du marché avec l'Espagne, avec une zone frontière où la concurrence est la plus féroce. « La Turquie doit partager le marché européen avec l'Espagne. Ils sont plus forts à l'ouest et nous le sommes à l'est. La véritable concurrence se situe sur la ligne médiane, où l'on trouve des pays comme la Pologne occidentale, l'Allemagne orientale, la Lettonie, la Lituanie, la Slovaquie, la Hongrie et la Slovénie. Dans ces régions, nous sommes au coude à coude avec l'Espagne, le client préférant généralement celui qui est le moins cher à ce moment-là, étant donné que les deux produits sont de qualité similaire. Je dirais qu'il s'agit d'une douce rivalité. Je ne pense pas que nous soyons en retard sur la concurrence : les produits turcs se maintiennent.

L'Espagne n'est pas le seul concurrent pour les agrumes venus de Turquie, explique Eren. Les producteurs égyptiens visent des marchés différents et, dans certains cas, avec des variétés très différentes. « En ce qui concerne l'Égypte, nous visons vraiment des marchés différents, ils sont plus présents au Moyen-Orient et sur certaines destinations lointaines alors que nous sommes plus ancrés en Russie et en Europe de l'Est. Leurs produits sont bien sûr beaucoup moins chers que les nôtres, mais nos variétés de citron sont si différentes que cela devient un choix personnel pour le client lorsqu'il compare. Souvent, on nous préfère, malgré un tarif de 10 à 20 % plus élevé que l'Égypte, mais si la différence de prix devient trop importante, alors nous risquons de prendre du retard en termes de volume. »

« Nos principaux débouchés pour les agrumes sont l'UE, la Russie et l'Amérique du Nord. Notre entreprise s'oriente principalement vers la vente au détail, et nous espérons élargir notre portefeuille de partenaires détaillants dans ces régions. Après un démarrage lent, nous rattrapons notre retard. La commercialisation des variétés tardives se présente bien et nous sommes enthousiastes quant à la saison à venir », conclut Eren.

Pour plus d'informations : 
Coskun Eren
Eren
Tél. : +90 533 695 5802
coskun@erentarim.com 
www.freshanatolia.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)