Marché mondial : la mangue

Les prix des mangues sont élevés pour cette période de l'année, notamment en Europe, semble-t-il. En raison des troubles politiques qui ont suivi les récentes élections au Brésil, principal pays fournisseur, les expéditions habituelles en provenance de ce pays font défaut. Les récentes précipitations ont également affecté la récolte, ralentissant celle-ci et limitant davantage l'offre actuelle. L'Europe elle-même a eu ses propres problèmes météorologiques : les vagues de chaleur de l'été dernier ont entraîné une offre excédentaire de mangues de petit calibre. Un scénario similaire s'est produit en Afrique du Sud, où la récolte a également commencé tardivement. Cependant, la demande reste bonne dans tous les secteurs pour le moment. Combiné à la baisse de l'offre, cela a provoqué une hausse des prix des mangues dans tous les secteurs.

Pays-Bas : offre faible et prix élevés pour les mangues
Les prix sont actuellement bons sur le marché de la mangue. « La demande est assez conséquente et l'offre en provenance du Brésil est très limitée. Cela se traduit actuellement par un niveau de prix avoisinant les 8-9 euros », indique un importateur néerlandais. "Les prochaines semaines seront également tendues, avec comme principales raisons les troubles dans le pays suite aux élections et le fait que la cueillette ne peut avoir lieu certains jours en raison de la pluie. Tout cela a entraîné une offre faible sur le marché.

« Nous nous félicitons de la remontée des prix, mais elle est aussi plus que nécessaire. Les tarifs des conteneurs sont environ deux fois plus élevés qu'auparavant et les coûts d'emballage et de main-d'œuvre sont également beaucoup plus élevés. Le commerce de détail n'échappera donc pas à la hausse des prix des fruits », note l'importateur. « Pour novembre et décembre, nous nous attendons à un niveau de prix stable, mais nous prévoyons un recul au mois de décembre. »

Belgique : prix élevés en raison d'une bonne demande et d'une offre réduite
L'offre de mangues est laborieuse en ce moment. « Le marché est bon, mais le problème est plutôt lié aux faibles volumes qui arrivent », explique un importateur. « Cela se traduit par une offre faible, mais une demande plutôt correcte. Par conséquent, les prix restent à un niveau élevé. »

« Les mangues espagnoles ont terminé beaucoup plus tôt que prévu et les approvisionnements du Brésil, qui devrait être le principal pays à présent, ont été bloqués par tout ce qui a trait aux conditions météorologiques et aux élections. De ce fait, les arrivages ont été bien inférieurs à ce qu'ils auraient dû être au cours de cette période. » Reste à savoir si la situation restera telle quelle, avance le négociant. « Le Pérou commence déjà à charger de manière éparse cette semaine. Les volumes pourraient s'améliorer en conséquence, mais encore une fois, il existe un risque que la situation s'inverse complètement d'ici 4 à 5 semaines. En effet, si le Pérou reprend du poil de la bête et que le Brésil commence à envoyer des volumes plus importants, cela pourrait très rapidement conduire à une nouvelle offre excédentaire. Le fait que nous nous dirigions à nouveau vers Noël à cette période présente un avantage. La demande sera normalement en hausse à ce moment-là. »

Pourtant, le marché continuera à fluctuer considérablement au cours de la période à venir. « À partir de janvier, la demande de produits exotiques devrait baisser à nouveau. Si les volumes élevés persistent, le prix baissera fortement. Mais il s'agit là d'une hypothèse. Je m'attends seulement à ce que les fournisseurs, d'Amérique du Sud en particulier, soient plus prudents. Avec les taux de fret actuels d'environ 10 000 dollars, on se retrouve avec 2 dollars de fret pour une boîte de mangues. Si elles partent ensuite d'ici pour 3 ou 4 euros, on ne gagne plus rien. Mais si vous êtes dans un marché d'environ 7 euros, vous pouvez alors supporter 2 euros de fret. »

Allemagne : bonne demande pour les mangues en gros, prix normaux
En ce moment, on trouve sur le marché allemand des mangues d'Espagne, du Brésil et des marchandises expédiées par avion du Pérou. « La Kent espagnole a un très bon goût et ne contient pas de fibres. Habituellement, nous avons la variété Osteen d'Espagne, mais sa qualité laisse beaucoup à désirer en ce moment. Par conséquent, nous sommes très satisfaits des mangues Kent », déclare un grossiste.

La demande de mangues dans le commerce de gros allemand est actuellement bonne. Parallèlement, la situation tarifaire reste dans la fourchette normale. « Le prix des marchandises transportées par voie maritime se situe actuellement entre 0,80 et 0,90 € par pièce, selon le calibre. Les marchandises transportées par voie aérienne sont à 2,50 € par pièce. Le prix des mangues mûres sur l'arbre se situe à peu près au milieu. »

Italie : une saison de croissance difficile pour les mangues italiennes
« On observe actuellement des prix très élevés à l'achat et à la vente, même si les exportateurs préféreraient qu'ils soient encore plus élevés. Cependant, la faible consommation ne pousse pas la gamme de prix à ce genre de niveaux supérieurs. En ce qui concerne les origines, les mangues espagnoles ont terminé et celles du Brésil sont disponibles, arrivant par voie maritime, avec des variétés telles que les Palmer et Tommy Atkins. Le prix de vente moyen des mangues importées par voie maritime est d'environ 8,50 € par boîte de 4 kg », indique un grossiste du nord de l'Italie. « De plus, la campagne pour les mangues péruviennes importées par voie maritime est sur le point de commencer, alors que le produit par voie aérienne vient d'arriver. Ce dernier affiche des prix vertigineux, à la fois parce que nous sommes au début de la campagne et que les volumes sont très limités, mais aussi parce que les tarifs aériens sont très chers. »

La saison de la mangue sicilienne, une origine de plus en plus appréciée par ceux qui préfèrent consommer des fruits issus de la production italienne, touche à sa fin. « Cette année, nous avons dû faire face à une saison difficile », explique un producteur. « Nous avons subi des dégâts météorologiques qui ont provoqué la mort de plusieurs plantes à cause des basses températures enregistrées l'hiver dernier. En septembre, le marché italien a été envahi par le produit espagnol avec des prix vraiment bas, pouvant atteindre 1,30 euro/kg, alors que nos cotations étaient beaucoup plus élevées. Dans ce contexte, nous n'avons survécu que grâce à la fidélité des détaillants haut de gamme. La saisonnalité des mangues siciliennes va de la mi-août à octobre pour les variétés comme les Kensington Pride, Glenn et Maya. Avec la Kensington Pride, cela va jusqu'aux dix premiers jours d'octobre, tandis que les variétés Kent et Keitt vont jusqu'en novembre, mais avec de petites quantités. »

« Cette année, le produit sicilien a été de très bonne qualité. Le consommateur commence à le connaître et à le reconnaître dans les rayons de fruits et légumes », poursuit le producteur. « La présentation est d'une grande importance et doit se concentrer sur un fruit avec une peau épaisse, un pédoncule consistant et un aspect coloré attrayant. »

Les mangues sont achetées par 16 % des familles italiennes : 3,7 millions de familles achètent le produit conventionnel, et moins de 800 000 familles choisissent le biologique. La saisonnalité fait que la distribution est assez constante au fil des mois, avec des pics particulièrement élevés en décembre, et bas en juillet et août (données du panel de consommateurs GfK).

Espagne : les petits calibres font chuter les prix
La saison espagnole de la mangue s'est terminée 7 à 10 jours plus tôt que d'habitude, en raison d'une récolte prématurée, d'une demande plus forte et d'une concurrence moins importante des autres origines, notamment du Brésil.

Les vagues de chaleur constantes et le manque de pluies ont entraîné une abondance de petits calibres, ce qui a été le plus gros handicap pour maintenir les prix à un niveau satisfaisant pour les producteurs. La récolte de la variété Osteen, la plus plantée en Espagne, est survenue en bloc cette année, avec surtout des petits calibres. Cela a poussé les prix à la baisse, étant donné que de nombreux détaillants ne voulaient pas accepter ces spécificités, même si cette année a été l'une des meilleures en termes de qualité. « Les canaux de vente habituels ne s'attendaient pas à recevoir des mangues plus petites. Cela a entraîné une activation plus tardive de la demande, même si les consommateurs ne l'ont pas remarqué », explique un exportateur de Malaga. À la fin du mois d'octobre, de nombreux détaillants ont constaté que les mangues espagnoles avaient stimulé les ventes de mangues. Cependant, comme la saison touchait à sa fin et que les volumes étaient limités, les prix ont considérablement augmenté. Néanmoins, le prix moyen pour l'ensemble de la saison a été inférieur à celui de l'année dernière pour les calibres moyens et petits, et similaire aux niveaux de prix de l'année dernière dans le cas des calibres plus grands.

Afrique du Sud : jusqu'à 20 % de production en moins dans les régions touchées par la canicule
La récolte de mangues sud-africaine va bientôt commencer. Toutefois, le démarrage de cette récolte est tardif dans les zones précoces d'Onderberg, Komati et Malelane de Mpumalanga, où la récolte précoce de Tommy Atkins est estimée être de 10 à 15 % inférieure en volume en raison de la canicule d'il y a un mois.

Dans la principale zone de mangues de Hoedspruit (Limpopo), qui débute fin décembre ou début janvier, on estime une réduction de la récolte de Tommy Atkins de 15 à 20 %. La nouaison avait déjà été faible sur ce cultivar en raison des fluctuations de température pendant la floraison. La canicule a ensuite provoqué une nouvelle chute des fruits. Cela aura également un impact sur le calibrage des Tommy Atkins.

Les cultivars de mangues plus tardifs semblent avoir été moins affectés par la canicule : la récolte de Shelly semble meilleure que l'année dernière, tout comme celle de Kent et de Keitt.

Au total, la récolte de mangues ne sera probablement pas plus importante que celle de l'année dernière. La réduction des volumes devrait soutenir un prix de la mangue plus ferme cette saison.

Chine : focus sur les exportations indépendantes
La principale zone de production de mangues en Chine est Panzhihua, dans la province du Sichuan. La production s'étend de mai à décembre. Les mangues sont réputées pour leur grande taille, 60 % des fruits pesant plus de 1 kg. Cette particularité a eu un effet négatif sur les prix, car les fruits de gros calibre sont plus difficiles à vendre. Cette année, il a neigé en mars pendant la période de floraison de la mangue, ce qui a réduit la production globale de mangues précoces de 50 %. Les mangues de fin de saison ont été moins touchées.

Fait nouveau, dans le passé, les mangues de Panzhihua étaient exportées par des sociétés commerciales tierces. Cependant, au cours des deux dernières années, les entreprises locales de mangues ont commencé à contacter des sociétés étrangères pour essayer d'exporter elles-mêmes vers ces marchés. Cette année, les exportations sont fortes, soutenues par le gouvernement local. Les principaux marchés d'exportation sont la Russie, Singapour, la Malaisie et le Vietnam, où les mangues chinoises sont disponibles pendant la période hors saison, en août et septembre.

La Chine importe plus de mangues qu'elle n'en exporte. La Chine importe des mangues du Vietnam, de Thaïlande, d'Australie, du Pérou et d'Équateur, notamment. Les importations de mangues ont connu une augmentation vertigineuse de 20 % au cours des cinq dernières années.

Amérique du Nord : approvisionnement régulier, mais augmentation inhabituelle des petits calibres
Les mangues arrivent de manière régulière depuis le Brésil et l'Équateur. « Elles sont abondantes, surtout pour les petits calibres (10 et 12). Les gros fruits sont très limités, notamment mes 6, 7, 8 et quelques 9 », déclare un expéditeur, ajoutant qu'il s'agit de mangues Tommy Atkins et Ataulfo en provenance de l'Équateur et majoritairement de Tommy Atkins pour le Brésil.

Il note que la taille des récoltes est assez similaire à celle de l'année dernière. Cependant, la saison a commencé alors que l'Europe connaissait un certain effondrement des prix, si bien que quelques fruits ont été détournés vers les États-Unis. « Maintenant, les choses semblent avoir un peu changé », dit-il. « Le marché s'améliore et je pense que de plus en plus de fruits seront réorientés vers l'Europe plutôt que vers les États-Unis. » Il ajoute qu'en ce qui concerne l'approvisionnement des États-Unis, quelques régions sources sont à portée de main. « Nous avons maintenant la possibilité d'aller dans d'autres endroits lorsque le marché s'améliore un peu. Le Mexique n'est plus du tout disponible ici aux États-Unis, alors il ne reste que ce qui reste du Brésil ainsi que la continuation du programme équatorien qui durera probablement jusqu'à la fin de l'année. »

Cependant, des retards dans les expéditions du Brésil et de l'Équateur pourraient survenir en raison de facteurs politiques. « Il se pourrait aussi qu'ils expédient moins de marchandises puisqu'ils ne sont pas en mesure de sortir de chez eux avec ce qui se passe », ajoute-t-il.

Quant à la demande, elle commence à se redresser avec le démarrage de l'activité publicitaire. « Les gens s'intéressaient encore aux fruits mexicains, mais ils se tournent désormais à 100 % vers le Brésil ou l'Équateur », explique-t-il. Cependant, à cette période de l'année, les rayons de fruits et légumes sont de plus en plus axés sur les produits de Thanksgiving, ce qui peut faire baisser la demande de mangues. « Mais à mesure que l'on approche de la fin de l'année, les choses reprennent. Surtout au Nouvel An, lorsque les gens recommencent leur régime et souhaitent manger sainement, il y a de nouveau de l'activité. »

Dans l'ensemble, le prix des mangues est assez similaire à celui de l'année dernière. « Même avec les coûts supplémentaires du côté des producteurs pour l'expédition ; les coûts logistiques ont presque doublé depuis l'année dernière », dit-il, notant que les prix resteront probablement au même niveau pour le moment.

En ce qui concerne l'avenir, les mangues péruviennes arriveront sur le marché à partir de fin novembre-début décembre, mais l'offre atteindra probablement son maximum fin janvier-début février avec une récolte normale ou légèrement supérieure. Le Mexique recommencera en janvier avec les Ataulfos, puis les mangues rouges à la mi-février.

Pérou : des soucis logistiques marquent la saison des mangues
La saison de la mangue péruvienne commence dans la région de Piura, principale région productrice du pays. La saison dernière, entre septembre 2021 et avril 2022, elle a exporté 327 568 tonnes de mangue sous ses différentes présentations (fraîche, congelée et transformée). Selon les données de Sunat, les exportations de mangue du Pérou ont enregistré une croissance de 6 % du volume expédié. Cependant, malgré cette augmentation d'une année sur l'autre (qui n'a pas permis aux exportations de dépasser les niveaux antérieurs à la pandémie), les exportateurs péruviens ont dû faire face à une situation complexe liée aux prix élevés du fret et à une pénurie de conteneurs qui, comme l'a récemment averti l'Association péruvienne des producteurs et exportateurs de mangue (APEM), continue d'être une préoccupation dans cette nouvelle campagne qui ne fait que commencer.

Le syndicat a rappelé que les agro-exportateurs de la campagne 2021-2022 ont subi une forte hausse du prix du fret maritime. « Le coût du transport maritime est passé de 40 % à 80 % du coût de l'emballage et de l'expédition. Cela a provoqué un résultat négatif de l'activité et, dans certains cas, la faillite des entreprises qui ne pouvaient pas assumer ces coûts. » Lors de la campagne 2021-2022, le secteur a également souffert de la « réduction de la qualité et des retards dans la traversée des différents marchés ». La réaction des compagnies maritimes en cas de retard a été « très lente » et « avec peu de chances de succès face aux réclamations. » En raison de ces retards et des réclamations relatives à la qualité, les assureurs ont également augmenté leurs primes pour les fruits frais, a expliqué l'association.

« S'il est vrai que nous sortons de deux saisons de grande tension, nous savons que les problèmes logistiques ont diminué. Nous pensons donc que les taux de fret maritime devraient baisser de manière significative. » L'APEM a conclu le communiqué en notant que malgré une réduction des taux de fret pour les routes les plus encombrées (Asie-Pacifique), ces derniers n'ont pas été reçus pour la campagne de mangue 2022-2023.

Actuellement, la mangue péruvienne a obtenu les autorisations phytosanitaires nécessaires pour exporter vers 63 marchés internationaux. Bien que l'Europe et l'Amérique du Nord soient ses principales destinations, les Pays-Bas occupent la première place (avec une part de 40 %), suivis des États-Unis (27 %), de l'Espagne (6 %), du Canada et du Royaume-Uni (4 % chacun), de la Corée du Sud, du Chili et de la Russie (3 % chacun). Les autres destinations rassemblent les 7 % de parts restantes.

Australie : grands espoirs pour la saison des mangues australiennes
La saison australienne de la mangue bat son plein, alors que le pic de la saison approche. Selon les dernières données sur les prévisions de récolte, publiées par un organisme du secteur, le volume national expédié la semaine dernière était de 479 000 plateaux. Il s'agit d'une légère baisse par rapport aux 557 000 plateaux produits la semaine précédente, qui constituait le plus haut niveau de la saison. Les régions de culture du North Queensland viennent de commencer la récolte de cette année, s'ajoutant au Territoire du Nord et à Kununurra, ce qui signifie que les volumes devraient augmenter au cours des prochaines semaines. Les prévisions étant publiées jusqu'à la fin de l'année civile, on estime que la production de cette année restera supérieure aux volumes de 2021/22. Malgré les prévisions de certaines régions qui doivent encore être ajoutées, d'ici début mars, le nombre total de plateaux mis sur le marché devrait atteindre au moins 8,7 millions. L'AMIA a rapporté que les prévisions du début de l'année ont été très positives. L'AMIA signale que les fruits précoces de la région de Bowen/Burdekin sont de grande qualité et paraissent très propres. Le sud-est du Queensland commencera la production à la mi-décembre. Cependant, certains producteurs ont été touchés par les récentes tempêtes de grêle et évaluent actuellement les pertes et les dommages occasionnés aux cultures.

La semaine prochaine : aperçu du marché mondial du gingembre !


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)