Jean-Noël Carles – Juliet fête ses 20 ans

Retour sur la success story de la première pomme au monde 100 % bio et 100 % Française

Si Juliet s’impose aujourd’hui comme une référence au niveau international dans le secteur de la pomme, c’est grâce à ses qualités intrinsèques bien sûr, mais aussi à une stratégie de production et de commercialisation bien ficelée, une poignée de producteurs à l’esprit entrepreneur et un formidable travail d’équipe. Retour sur la success story d’une pomme unique au monde et qui fête aujourd’hui ses 20 ans.

A l’occasion de ses 20 ans, Juliet organise entre autres pour les consommateurs un jeu concours sans obligation d’achat ou un certain nombre de lots divers et variés sont à gagner. « Nous avons également prévu de communiquer au salon de l’Agriculture. Et pour l’occasion, nous avons créé un logo spécial ».

Un démarrage confidentiel
L’histoire a donc commencé en 2001-2002, dans le Vaucluse au sein de la SICA Midi Saveur avec un petit groupe de producteurs désireux de faire évoluer leurs pratiques culturales : « Nous étions à l’époque 5 producteurs à vouloir se lancer dans l’aventure, avec l’appui de notre technicien verger Guilhem Severac. A la fin des années 90, nous avons été animés par la même envie d’aller plus loin qu’un mode de culture raisonnée. Nous cherchions alors une variété qui soit à la fois gustative et qui puisse être conduite en agriculture biologique. C’est comme ça que l’histoire a commencé. Nous avons alors chacun planté 2 hectares pour en avoir une dizaine au total. Puis, quelques producteurs nous on rejoint assez rapidement, mais l’évolution a vite stagné car beaucoup mettaient encore en doute l’avenir du bio, pour reprendre ensuite en 2008-2009 », raconte Jean-Noël Carles, Président de l’Association Les Amis de Juliet.


Lors du SIA 2020

Un développement accéléré par Cardell Export
C’est en 2005 que l’Association a vu le jour : « Le but avec la création des Amis de Juliet a été de se regrouper pour échanger et unir nos forces. Puis, pour développer les vergers, nous nous sommes rapprochés du metteur en marché Cardell Export, animé par la même ambition que nous de faire connaître Juliet à travers le monde. Ils se sont donc engagés à planter 15 ha sur leur site de Marsillargues et ont alors commencé à commercialiser Juliet. Puis, avec la force commerciale de Cardell sur la France, l’Europe et l’Asie, d’autres producteurs sont venus nous rejoindre notamment dans le Sud-Ouest et le Val-de-Loire, pour ainsi former aujourd’hui un groupe de 190 pommiculteurs qui cultivent Juliet sur 700 hectares ».

Une pomme bio qui a su se positionner sur le marché du conventionnel
Mais ce qui rend l’histoire de Juliet si spéciale, c’est qu’en 20 ans, la variété 100 % bio ne s’est pas uniquement imposée comme une référence dans la filière bio, mais elle a également réussi à se faire une place dans le secteur du conventionnel parmi les variétés de pomme les plus connues. Une situation non seulement inédite, mais qui lui permet aujourd’hui de passer aisément à travers les tourments qui secouent la filière bio.

« A l’occasion du salon Made in France, j’ai rencontré des primeurs en leur demandant s’ils vendaient de la Juliet. L’un d’eux m’a alors rétorqué : « Aujourd’hui, le primeur parisien qui ne vend pas de Juliet, c’est qu’il n’a rien compris ! » ». Une réplique qui fait sourire, mais qui demeure très éloquente quant à la place qu’occupe aujourd’hui la pomme bicolore sur le marché. « Il y a 5 ans, nous vendions plus sur le marché bio que sur le conventionnel. Aujourd’hui, nos chiffres sont toujours aussi bons, mais les volumes vendus sur les secteurs se sont inversés. Ce qui fait qu’aujourd’hui, nous essentons moins les effets de la crise dans le secteur du bio. Juliet fait partie intégrante de la gamme traditionnelle du conventionnel, à savoir Granny, Golden, Chanteclerc etc. C’est son nom qui lui a valu cette place. Le fait qu’elle soit bio n’est en réalité qu’un plus dans le secteur du conventionnel. Je suis même persuadé que certains l’achètent sans savoir qu’elle est bio ».

Une décision de l’obtenteur qui fut déterminante
Ce positionnement si particulier a été rendu possible grâce à l’obtenteur Pépinières Escande : « Nous avons eu la chance d’avoir avec nous le pépiniériste Benoît Escande qui a très vite pris la décision de ne fournir les plants que pour une production bio et française. Ce qui en a fait à l’époque la première pomme au monde produite 100 % en agriculture biologique et 100 % en France. C’est aussi grâce à cette décision que nous avons pu maitriser les plantations de Juliet et son développement ».

Un développement qui suit son cours
Après un important programme de plantation qui s’est établi sur ces trois dernières années et au cours duquel 300 hectares ont été plantés, une hausse de 10 000 à 15 000 tonnes est attendue : « Nous venons tout juste de terminer les plantations. Aujourd’hui, la cueillette avoisine les 20 000 tonnes et pourrait atteindre - lorsque les arbres seront matures - les 30 000 / 35 000 tonnes. Juliet est déjà bien implantée en France et en Asie mais nous allons continuer de développer son potentiel commercial ». La pomme Juliet a donc encore, pour les prochaines années à venir, une belle évolution devant elle.

Pour plus d’informations :
Jean-Noël Carles
Juliet
jn@pomme-juliet.bio 
www.pomme-juliet.bio   


Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)