Willem Koole, Frukar : « Les mandarines espagnoles se portent bien sur le marché vide".

Trop de petites oranges d'Afrique du Sud et d'Espagne font chuter les prix

« Les mandarines espagnoles sont arrivées sur un bon marché. Il était vide, celles qui venaient d'Afrique du Sud avaient pratiquement disparu », explique Willem Koole, directeur commercial de Frukar, à propos du début de la saison des mandarines espagnoles, début novembre. Cette entreprise néerlandaise importe différents fruits et légumes. « Nous importons des agrumes d'Espagne depuis plus de 30 ans, donc nous connaissons bien ce marché. » En ce qui concerne la production, Willem pense que les producteurs espagnols récolteront environ 40 % de mandarines en moins, c'est pourquoi il s'attend à ce que les prix restent bons. Il précise que cela dépend de la récolte marocaine, qui serait également beaucoup moins importante et dont les fruits seraient plus petits que d'habitude.

Les oranges sont une autre histoire. Contrairement aux mandarines, ce marché n'est pas vide, note Willem. « Il y a beaucoup d'oranges à jus de petit calibre en provenance d'Afrique du Sud. Les premières variétés Navelina d'Espagne sont petites aussi. Cela n'aide pas le marché ». Il explique que les réglementations sur le traitement à froid des agrumes ont fait que l'offre était faible en juin et juillet, et que les prix étaient élevés. Mais après cela, les agrumes sud-africains traités ont finalement été autorisés à entrer sur le marché, et les prix ont chuté.

Petits calibres 
« Il y a donc trop de petites oranges en provenance d'Afrique du Sud, et l'Espagne aussi envoie des fruits de petit calibre, de sorte que les prix actuels du marché sont beaucoup trop bas » La récolte espagnole d'oranges est également plus petite que d'habitude ; on attend environ 25 % de moins de Navelinas et de Salustianas, et les fruits sont petits. « Il n'y a pratiquement pas de gros calibres ». Pour les variétés plus tardives - comme les Navels, les Powels ou les Lane Late's, par exemple - il suppose une production normale. La baisse des rendements de mandarines et d'oranges est principalement due au changement climatique, notamment à la sécheresse et au temps exécrable de la dernière saison de croissance.

Selon Willem, la consommation de mandarines est aussi quelque peu en baisse. « Si un produit est très cher pendant une longue période, la consommation baisse." Et l'augmentation des prix de ces produits est inévitable. « En Espagne, les coûts ont augmenté de 50 à 150 %. Si l'on additionne tout cela, les mandarines seront beaucoup plus chères. » Selon Koole, actuellement, une partie de ces coûts est absorbée par la chaîne, et une autre est répercutée.

Les dépenses des consommateurs
Il pense que ces augmentations de coûts auront une incidence sur les dépenses des consommateurs. « Au final, c'est le grand public qui devra s'adapter, même si lui aussi a de moins en moins de moyens de dépenser. Si les fruits et légumes deviennent trop chers, je pense que les gens chercheront des alternatives plus abordables. » Frukar se concentre avant tout sur la continuité pour elle-même et ses fournisseurs. « Nous pouvons gérer cela s'il y a une pénurie sur le marché. Mais si les prix sont élevés, il y aura bientôt assez sur le marché », explique Willem. C'est ce qui se passe déjà avec les agrumes biologiques, observe-t-il, où la demande diminue en raison des prix élevés.

Selon Willem, la durabilité gagne du terrain auprès des acheteurs. PlanetProof est, par exemple, un concept bien établi et de nombreux producteurs répondent facilement aux exigences des supermarchés, qui sont supérieures à la législation. Mais cela a un inconvénient, ajoute le directeur commercial. « Ces développements n'améliorent pas la durée de conservation. Le gaspillage dans les supermarchés, ainsi que chez les consommateurs, augmente donc. De plus, si les gens achètent un sac coûteux de mandarines ou d'oranges et que celles-ci durent moins d'une semaine avant de devoir être jetées, ils ne vont pas racheter ces produits aussi facilement ». 

Pour plus d'informations : 
Willem Koole
Frukar
Tél. : :+31 (0)180 64 65 32
wkoole@frukar.nl        
www.frukar.nl  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)