Fred Eickhorst et Frank Saalfeld du Netzwerk der Spargel- und Beerenverbände e.V. : « La demande de myrtilles transcende la saisonnalité »

L'asperge verte comme « passerelle » vers l'asperge blanche

L'asperge verte, avec une part de 10 %, ne peut pas encore rivaliser avec l'asperge blanche, toujours aussi populaire. Mais la demande d'asperges vertes est incontestablement plus forte en Allemagne, comme nous l'expliquent Frank Saalfeld, directeur général du Netzwerk der Spargel- und Beerenverbände e.V. (Réseau des associations d'asperges et de fruits rouges), et Fred Eickhorst, directeur général de la Vereinigung der Spargel- und Beerenanbauer e.V. (Fédération des producteurs d'asperges et de fruits rouges). 


Fred Eickhorst et Frank Saalfeld au salon expoSE 2022

Concurrence de l'Italie et de l'Espagne
« L'asperge verte a l'avantage d'être très bien accueillie, notamment par le jeune public », constate Eickhorst. « La production allemande ne profite toutefois pas de la popularité de l'asperge verte. Après tout, la jeune génération achète les asperges vertes sur douze mois et pas seulement en saison. Les détaillants réagissent en conséquence et proposent désormais le produit toute l'année. Avec les asperges blanches, en revanche, nous sommes confrontés au problème que les clients sont de plus en plus âgés. Nous nous battons comme des lions pour faire en sorte que la clientèle ne disparaisse pas à cause de cela », explique Eickhorst.

La demande d'asperges vertes allemandes a pourtant été bonne, dit-il. Parallèlement, des problèmes se sont posés, tant au niveau des prix que du fait que les asperges vertes italiennes et espagnoles ont été vendues à des prix plus bas pendant presque toute la saison. Selon Eickhorst, « La différence de prix avec les produits allemands a été si importante que les asperges vertes nationales sont restées bloquées dans les magasins, si bien que certaines exploitations ont cessé de produire en plein milieu de la saison vu que les asperges vertes ne pouvaient pas être commercialisées. »

« C'est une bonne chose que l'asperge verte attire le jeune public. En même temps, il est également important de rendre les asperges blanches attrayantes pour ce public. Par exemple, je vois parfois des campagnes de promotion qui proposent de griller les asperges ou de les préparer en combinaison avec du parmesan. C'est là que nous devons redoubler d'efforts. L'asperge verte offre déjà toutes sortes de possibilités », résume Eickhorst.

L'asperge verte comme « passerelle » vers l'asperge blanche
Saalfeld considère également que l'asperge verte a le potentiel d'atteindre un groupe cible plus jeune. « Si nous voulons commercialiser l'asperge verte allemande comme une passerelle pour un groupe cible jeune, nous devons aussi oser la positionner davantage sous le signe de la « royauté ». En quelque sorte, l'asperge doit être accessible à tous les portefeuilles. Dans ce contexte, la qualité nettement supérieure de l'asperge blanche doit être explicitée, tandis que l'asperge verte peut devenir la porte d'accès aux asperges blanches. »

Bien que l'asperge violette soit également produite en Allemagne, elle reste un produit de niche. Néanmoins, selon Eickhorst : « Tout produit qui sort du lot a sa raison d'être. Dans le marketing des baies, nous avions également constaté cela à plusieurs reprises : on proposait des emballages dans lesquels on plaçait trois fruits différents. Cela pourrait certainement s'appliquer aussi aux asperges. »

Un développement des asperges à la manière des myrtilles ?
Étant donné que les asperges blanches allemandes n'ont presque plus de concurrence dans le reste de l'Europe, Saalfeld voit ici une opportunité en matière de marketing. « Si nous donnons une meilleure image à nos asperges, elles obtiendront certainement une toute autre appréciation au niveau international. » Il compare cette situation à celle des myrtilles : « À l'origine, les myrtilles venaient d'Amérique du Nord et se sont ensuite répandues chez nous, en Europe. La production allemande s'est très bien développée jusqu'à ce que les myrtilles gagnent soudainement du terrain au Pérou, où d'énormes surfaces ont été plantées au cours des dix dernières années. Rétrospectivement, on peut dire qu'avec la baisse des volumes de vente en Allemagne, la part du produit péruvien a augmenté. »

Dans le même temps, dit-il, toute une histoire a été colportée autour des myrtilles, arguant qu'elles pouvaient aider à lutter contre le cancer. « Cela a laissé une empreinte indéniable. En outre, le Pérou a réussi à placer le produit de telle manière qu'il ne pénètre pas directement sur le marché, mais suit plutôt la saison et apparaît rapidement avec de gros volumes. Si vous avez la volonté de promouvoir quelque chose de ce type, une telle opération est réalisable. »

La demande de myrtilles transcende la saisonnalité
« Il y a douze ans, 80 % des myrtilles vendues en Allemagne étaient produites sur place. Aujourd'hui, nous en sommes à 14-16 %. Cependant, dans le même temps, la culture s'est également développée. Les consommateurs consomment également beaucoup plus de myrtilles qu'auparavant. Certaines années, les consommateurs achètent plus de myrtilles pendant la saison des asperges que pendant la saison des myrtilles proprement dite. Selon le rapport, la demande va bien au-delà de la saisonnalité », ajoute Eickhorst.

En outre, il soupçonne que le même sort que les myrtilles et framboises sera réservé aux fraises. « Nous n'avons jamais eu autant de campagnes de promotion pour les fraises de janvier à mars que cette année. Nous avons même organisé des campagnes de promotion pour les fraises jusqu'à la fin du mois de novembre. Les années précédentes, les fraises ne pouvaient pas être mises sur le marché vers la mi/fin août ou début septembre, alors qu'il y avait suffisamment de variétés disponibles. Le commerce n'était également plus disposé à en faire la publicité. Aujourd'hui, cependant, les fraises font l'objet d'une publicité permanente. Dans cinq ans, nous serons probablement sur la même trajectoire que les myrtilles. »

Pour plus d'informations :
Frank Saalfeld
Netzwerk der Spargel- und Erdbeerverbände e.V.
Ropenstall 83a
51377 Leverkusen
info@netzwerk-spargelbeeren.de
https://netzwerk-spargelbeeren.de

Fred Eickhorst
Vereinigung der Spargel- und Beerenanbauer e.V.
Steinstraße 14
26209 Sandhatten
kontakt@spargelundbeerenanbauer.de  
https://www.spargelundbeerenanbauer.de  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)