BelOrta franchit pour la première fois la barre des 500 millions

Des ventes record qui masquent les incertitudes et les défis des producteurs

La coopérative de fruits et légumes BelOrta a clôturé l'année 2022 avec un chiffre d'affaires record de 507 millions d'euros. Bien que ce chiffre d'affaires ait augmenté de 2 % par rapport à 2021, l'offre globale a diminué de 4 %. Cette baisse de l'offre est due à un calendrier de production différent pour de nombreux produits par rapport aux années précédentes, indique la coopérative.

« L'impact majeur de l'augmentation des coûts tels que l'énergie, le personnel et les matières premières a un impact sur la production des producteurs affiliés, et ne peut être sous-estimé. Les producteurs doivent souvent planifier longtemps à l'avance lorsqu'il s'agit de semer, planter, récolter ou stocker les fruits à pépins. Une telle planification comporte des risques élevés, surtout en période d'incertitude et d'instabilité. Outre l'incertitude en termes de production, nous constatons également des changements dans le panier d'achat des consommateurs en raison d'une inflation sans précédent et d'une baisse du pouvoir d'achat. »

La production fortement affectée par la hausse des coûts énergétiques
Dans une saison normale, selon BelOrta, on pourrait parler de prix décents pour un grand nombre de variétés de tomates. Mais l'augmentation du coût de l'énergie et des matières premières a un impact majeur sur les résultats d'exploitation de nombreux producteurs et cultures. « En plus de cela, on a remarqué que beaucoup de spécialités ont eu plus de difficultés que les produits standard. La réduction du pouvoir d'achat semble avoir un impact principalement sur les produits dont le prix (au kilo) est plus élevé. »

La production de concombres à BelOrta - et ailleurs - a sensiblement diminué par rapport à l'année dernière, ce qui a entraîné un meilleur prix moyen. Les aubergines ont connu un début de saison difficile mais ont pu compter sur un second semestre plus prospère, tandis que le poivron a connu une saison plutôt volatile avec un résultat légèrement inférieur à celui de l'année dernière. Une énergie plus coûteuse n'a pas seulement un impact direct sur la production, mais également un impact indirect, car la culture de légumes-fruits devient bien plus périlleuse à des températures plus basses dans les serres.

« Pour certaines autres espèces, nous constatons une reprise de la restauration collective et de la restauration, après deux années marquées par le Covid. Cela se manifeste, entre autres, par la demande de catégories spécifiques d'asperges. Néanmoins, le temps imprévisible s'est chargé d'un déroulement complètement erratique de la saison des asperges, avec un bon début, suivi d'un mois de mai très faible et d'une fin de saison plus propice en juin. Nous avons observé une évolution similaire pour un certain nombre de légumes-feuilles. Bon au début, faible au milieu, avec une meilleure fin de saison. »

En ce qui concerne le poireau, on a connu une autre année à deux visages. La saison de culture 2021 s'est bien déroulée et a donné lieu à des rendements élevés. Combiné à un hiver doux, cela a entraîné des prix bas au premier semestre 2022. « L'été 2022, sec et chaud, a eu un impact négatif sur la production et l'offre, permettant au marché de rebondir quelque peu à l'automne ». Le chou-fleur lui a cette année vu des hauts et des bas, tant au niveau de l'offre que des prix, au final traduit par un prix moyen annuel inférieur à la moyenne. »

Sur le marché de l'endive, la situation a été très mauvaise de janvier à la mi-août. « La reprise du marché après cette période n'a malheureusement pas pu compenser les dommages causés. Le pouvoir d'achat, l'énergie, la situation du marché international mais aussi les tendances de consommation qui émergent, changent et disparaissent de plus en plus vite peuvent affirmer ou casser le résultat accompli par un produit l'année dernière. »

Fruits fruits et à noyau : meilleur été qu'en 2021
Le début de la saison des fraises a été solide sur le plan commercial. « À partir de la mi-avril, cependant, la situation s'est rapidement dégradée, et ce pendant plus d'un mois. La convergence de nombreuses productions nationales et étrangères a entraîné une explosion temporaire de l'offre, évidemment très pernicieuse pour le prix du marché. Après cette période, l'offre et la demande se sont rééquilibrées et les prix se sont améliorés. »

En termes de qualité, l'année 2022 a été bien meilleure pour les petits fruits que l'année 2021, qui avait été marquée par un été extrêmement pluvieux. « La relation entre l'offre et la demande a été raisonnablement équilibrée pendant la saison belge, ce qui a entraîné des prix relativement constants », a-t-il déclaré. La production de cerises est revenue à des chiffres normaux. Une évolution réjouissante après la très difficile saison 2021. Grâce à l'hydrorefroidissement et au triage centralisés, il a été possible de travailler de manière souple en termes de variétés et de conditionnement, deux atouts forts en vue d'une commercialisation fluide. »

L'année 2022 a été marquée par la poursuite du développement des produits conceptuels Belorta récemment lancés, à savoir BelOplum (prunes) et BelOmelon (melons). « Les deux projets ont été accueillis très favorablement par les producteurs, dans la chaîne et par les consommateurs. La culture durable locale est clairement plébiscitée. En 2023, nous continuerons sur cette voie établie. »

Chèreté du stockage des fruits à pépins - consolidation de la position de la Conférence
La saison écoulée des fruits à pépins a été un défi, et pas seulement en raison des gros volumes récoltés en Europe. « L'augmentation considérable des coûts de stockage implicite que les produits sont mis sur le marché plus rapidement et, par conséquent, sont proposés sur un marché plus étroit. Cela ne sert évidemment pas la tarification. En outre, la guerre en Ukraine et les coûts de transport élevés affectent nos exportations. Cependant, tout n'est pas sombre dans la filière pomme-poire. Nos Conférence perpétuent leur image qualitative et savent trouver de plus en plus de destinations finales. En outre, les marchés existants continuent de se développer. »

En ce qui concerne les pommes, BelOrta a de nouveau connu une année difficile en raison de productions européennes surdimensionnées. « Lors de la récolte de l'automne dernier, de nombreux lots ont été proposés directement à la vente en raison des coûts de stockage élevés. Cela a créé une forte pression sur le marché. La baisse actuelle des stocks européens nous fait espérer une amélioration début 2023. »


Philippe Appeltans et Luc Vanoirbeek

Impact de la baisse du pouvoir d'achat sur les produits biologiques
Comme pour certaines spécialités et produits de consommation courante, BelOrta note également un impact inflationniste important sur le bio. « Certains acheteurs occasionnels de produits biologiques ont tendance à se tourner plus souvent vers une alternative moins chère et cela se ressent dans les chiffres de vente. Cependant, il y a également eu des nouvelles positives en ce qui concerne l'agriculture biologique. Le temps chaud de l'été dernier a eu un effet bénéfique sur la qualité de nos fruits rouges biologiques, ce qui a stimulé les ventes et la consommation, surtout par rapport à la période extrêmement humide de 2021. »

La sécheresse se reflète souvent sur les calibres de nombreux fruits et légumes. Les petites tailles entraînent aussi une baisse de l'offre. Dans une année inflationniste comme 2022, cela ne se traduit pas toujours par une meilleure tarification, même si elle est nécessaire à la rentabilité des producteurs biologiques. « Fin 2022, nous avons constaté une amélioration de la demande et nous espérons continuer sur cette lancée pour 2023. »

Plan de réduction des émissions de CO2 pour une production et un commerce plus durables
« Début octobre, nous avons publié notre rapport annuel sur le développement durable. Sur des thèmes fixes concernant le partenariat avec les producteurs, la réduction de l'empreinte écologique, l'attention portée aux personnes et à la société, et le focus sur les produits naturels et sains, le travail se poursuit de manière régulière et avec des résultats », poursuit la coopérative. Depuis plusieurs années, BelOrta est autorisé par les Nations Unies à se faire appeler « SDG-Pioneer » (pionnier en ce qui concerne les SDG's, ou sustainable development goals). « Une distinction uniquement attribuée aux entreprises qui obtiennent des résultats significatifs en termes d'objectifs de durabilité. Mais cela ne signifie pas que nous nous reposons sur nos lauriers. Nous nous sommes pleinement engagés à réduire nos émissions de CO2 de 42 % (par rapport à 2020) d'ici à 2030. Ce plan a été confirmé et approuvé par SBTi (Science Based Targets initiative), faisant de BelOrta l'une des rares entreprises belges à s'être déjà fixé des objectifs clairs dans ce domaine. »

BelOrta souffle ses 10 bougies et mise sur l'avenir
En 2023, BelOrta fêtera son 10e anniversaire. « Naturellement, nous allons réfléchir à ce premier jubilé. Cependant, nous nous concentrons sur l'avenir. Dans le cadre de l'expansion de notre coopérative, nous avons régulièrement été confrontés à de nombreux défis au cours des dix dernières années. Comme si la culture des fruits et légumes avec toutes les conditions météorologiques imprévisibles et une législation de plus en plus stricte n'était pas assez difficile, en 2014, nous avons dû faire face à une sévère interdiction de la part de la Russie. Un précieux marché a été perdu pour nos pommes et poires, mais aussi pour de nombreux légumes-fruits. Le Brexit, la crise du Corona et, plus récemment, la crise énergétique mondiale et l'inflation galopante ont également rendu le parcours très mouvementé. »

« Le puissant profilage politique actuel qui se traduit par des réglementations malheureusement peu nuancées se fait au détriment du travail acharné de nos producteurs. Il suffit de penser à la législation sur les emballages, en constante évolution, aux discussions sur le MAP7 (plan d'action pour la fumure) et aux conséquences de la décision récente sur les émissions d'azote, qui enfreignent les possibilités de développement des entreprises horticoles. Produire des aliments sains ne va pas de soi et les gouvernements et autres parties responsables devraient en être davantage conscients. La production alimentaire ne doit pas devenir un passeport politique. C'est le travail quotidien de beaucoup d'exploitations familiales passionnées et fières. »

La lettre d'intention signée avec le marché au cadran 'Belgian Fruit Auction' (BFV) au début du mois de février 2022 montre bien que BelOrta continue de croire en l'avenir et veut prendre ses responsabilités dans la recherche et la réalisation d'un revenu décent pour ses producteurs organisés en coopérative. « A la fin de l'année 2022, les pourparlers ont été finalisés et scellés dans un accord juridique. L'autorité belge de la concurrence devrait donner son approbation finale d'ici la mi-2023, l'objectif étant de parvenir à une intégration opérationnelle complète au 1er juillet 2023. À cette fin, des communications appropriées seront menées dans les semaines à venir au profit des cultivateurs, des employés et des clients concernés. »

En tant que coopérative de plus de 900 producteurs, ou mieux de 1 300 producteurs après l'intégration à la BFV, BelOrta est heureuse de relever le défi et envisage l'avenir avec beaucoup d'enthousiasme. « Nous sommes convaincus que travailler ensemble est payant et que tous les acteurs de la chaîne, du champ à l'assiette, en récolteront les fruits. Au cours de l'année à venir, nos fiers producteurs BelOrta travailleront une fois de plus d'arrache-pied pour garantir chaque jour les légumes les plus savoureux et les fruits les plus juteux. Cultivé localement, frais et croquant, plein de saveur et incroyablement agréable pour tous les convives. »

Pour plus d'informations :
BelOrta
Tél. : +32 15 55 11 11
info@belorta.be 
www.belorta.be 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)