Jan Van Luchene, de Bruwier Potatoes :

« Avec ces prix en hausse, le marché des exportations ne pourra pas suivre »

Le marché de la pomme de terre en vente libre est actuellement en transition, les produits n'étant pas toujours faciles à trouver. « C'est en fait typique au tournant de l'année. Les producteurs au court terme ont vendu et ceux qui décident de stocker attendent, » explique Jan Van Luchene de Bruwier Potatoes.

Selon le commerçant, c'est un phénomène récurrent que la hausse des prix soit initiée autour de la période des fêtes. « Il en résulte une bonne demande, mais une offre stagnante. Les prix augmentent et dans un marché en hausse, les gens hésitent toujours à vendre. L'espoir est que les prix continuent à augmenter. En outre, les stockeurs au long terme ont dû supporter des coûts importants, qui ne cessent d'augmenter. Ajouté au prix de revient, les gens veulent encore récupérer leurs frais. »

Plusieurs facteurs expliquent l'offre limitée sur le marché. « D'abord, les rendements ont été particulièrement faibles pour beaucoup. On doit honorer les contrats avant de voir ce qui reste pour le marché libre. De plus, le prix d'enlevage direct depuis le champ était si élevé que les agriculteurs disposant de pommes de terre sont allés vendre directement. Il n'y avait pas de raison d'attendre plus longtemps quand ils passent au guichet pour 25 €. »

Deux marchés différents
« La demande est néanmoins présente, notamment dans l'industrie de transformation », poursuit Jan. Il se pourrait, dit-il, qu'il en résulte simplement des marchés différents. « Si les prix continuent à augmenter, ce qui est inévitable, je m'attends à ce qu'il soit très difficile pour le marché de l'exportation de suivre. Il en résultera un marché industriel plus cher et un marché d'exportation qui restera juste en dessous, pour conserver des prix praticables. Ajoutez à cela le fait que les prix du transport vers l'Europe de l'Est et du Sud-Est ne sont pas non plus ce qu'ils étaient il y a deux ans et vous obtenez une situation difficile. » Une situation qui s'applique à une grande partie de l'Europe. « Il y a quelques années, nous pouvions encore chercher en Pologne en cas de pénurie, mais cela n'a aucun sens cette année. Les problèmes de rendement sont presque les mêmes dans toute l'Europe. »

Risques liés au marché libre
Les défis du marché libre ne devraient donc pas être résolus du jour au lendemain dans l'année à venir. « Jusqu'à cette saison, les prix contractuels permettaient la libre spéculation du marché. Avec les récoltes moyennes des dernières années, cela s'est souvent avéré payant. Toutefois, pour la saison prochaine, les prix des contrats ont tellement augmenté que je me demande si les producteurs et négociants prendront encore le risque de se lancer sur le marché libre. Il faudra vraiment que la récolte soit désastreuse pour qu'ils s'en sortent mieux. Cela rendra le marché libre d'autant plus difficile. Les contrats seront conclus plus rapidement, mais cela ne signifie certainement pas, soit dit en passant, que les bénéfices nets seront également plus élevés. Avec la hausse actuelle des coûts, les marges resteront incroyablement serrées, mais prendre le risque d'opérer sur le marché libre sera très périlleux. »

Pour plus d'informations :
Jan Van Luchene
Bruwier Potatoes 
Tél. : +32 56 61 33 33
info@bruwier.be 
www.bruwier.be 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)