Les banques égyptiennes mettent des bâtons dans les roues en ce qui concerne l'importation de pommes polonaises

Cela a été une bataille pour pouvoir exporter des pommes polonaises en Égypte, et les choses semblaient devoir changer, déclare Mohamed Marawan, propriétaire de l'exportateur polonais de pommes Sarafruit : « Nous avons décidé de suspendre l'exportation de nos pommes vers l'Égypte à partir de la deuxième semaine de décembre, car selon les informations que nous avons reçues, la situation financière serait mise à jour par la banque centrale d'Égypte. En attendant l'annonce, nous avons interrompu nos exportations pendant un certain temps. Cependant, la situation n'a pas changé, elle est la même qu'avant. La banque centrale d'Égypte a annulé la lettre de crédit et a déclaré qu'elle reviendrait au système 'Cash Against Documents', ce qui était le cas avant le changement effectué en février 2022. »

Malgré la décision de la banque centrale d'Égypte, les banques n'autorisent toujours pas les importations si une entreprise n'a pas reçu les devises pour acheter elle-même des produits via les exportations, explique Marawan. « Les banques en Égypte refusent de continuer à travailler avec le système 'Cash Against Documents', parce qu'elles n'ont pas assez de devises et parce que ça les ferait devoir organiser les devises pour le client, ce qu'elles ne font tout simplement pas. Donc, si le client a la devise, dollar ou euro, la banque ne se contente pas d'accepter la devise du client, la banque doit savoir d'où vient ce dollar ou cet euro ! S'il provient d'une exportation, le client peut l'utiliser pour importer. Si le client a acheté cette devise, il doit montrer d'où elle vient. Dans tous les cas, le client doit franchir de nombreuses étapes pour pouvoir nous acheter des pommes. »

Quelques exportateurs polonais de pommes ont réussi à expédier leurs produits en Égypte en faisant appel à une tierce partie. Mais Marawan dit que ce n'est pas une option pour tous les commerçants de pommes polonais : « Certaines organisations travaillent par l'intermédiaire d'un tiers, ce qui donne des résultats, mais nous travaillons avec d'énormes sommes d'argent, et les tiers ne sont pas en mesure de transférer ces grosses sommes d'argent pour toutes les entreprises polonaises qui tentent d'exporter leurs pommes en Égypte. C'est donc toujours un énorme problème pour nous. »

Marawan estime que d'autres marchés doivent s'ouvrir aux pommes polonaises si le marché égyptien continue de mettre des bâtons dans les roues. « Chez Sarafruit, nous avons épuisé nos stocks de pommes. Naturellement, il reste une petite quantité dans la chambre froide, dédiée à l'exportation, mais nous attendons les nouvelles depuis l'Égypte dans la semaine à venir et de percevoir l'argent de nos exportations de pommes vers ce pays. Si rien ne change et qu'aucun nouveau marché ne s'ouvre pour les pommes polonaises, la production va diminuer, à mon avis de 30 % ou même plus. Il faudra trouver d'autres débouchés. Nous devrions augmenter la culture des variétés club, car le marché en a besoin. Nous constatons que les marchés du Moyen-Orient, de l'Extrême-Orient et de l'Amérique du Sud sont très intéressés par l'achat de variétés sélect, mais nous n'en produisons pas énormément actuellement. »

Pour plus d'informations :
Mohamed Marawan
Sarafruit
Tél. : +48 537 935 155
office@sarafruit.eu 
www.sarafruit.eu 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)