La saison des patates douces se termine en Égypte, les producteurs célèbrent une bonne année

La saison des patates douces touche à sa fin en Égypte, les exportateurs épuisent leurs derniers volumes et les producteurs se préparent pour la prochaine saison. Zayed Lahseen, PDG d'AfriGoodGrow, donne un aperçu de la saison.

La saison a commencé avec des volumes plus faibles que la précédente, en raison de la réduction des surfaces cultivées. « Certains agriculteurs ont décidé de produire du riz plutôt que des patates douces cette saison, car les deux utilisent le même sol dans les régions de Kafr al-sheik et de Damietta », explique Lahseen, « mais l'augmentation des prix des patates douces va renverser cette situation, et nous nous attendons à voir une augmentation des surfaces consacrées aux patates douces à partir d'avril. »

Lahseen poursuit : « Actuellement, plus de 90 % des exportateurs égyptiens ont cessé d'exporter des patates douces. La dernière récolte a eu lieu il y a un mois et les volumes sont épuisés. Les stocks actuels datent de 120 jours, ce qui rend leur maintien difficile pour la plupart des exportateurs. Conserver des stocks aussi longtemps pour l'exportation nécessite de grands espaces et de grands réfrigérateurs, ce qui n'est pas à la portée de tout le monde. »

AfriGoodGrow est l'un des rares à exporter encore des patates douces, selon Lahseen : « Nous n'expédions qu'à des clients sélectionnés avec lesquels nous avons une relation historique. Le processus de maturation dure actuellement jusqu'à 10 jours, pendant lesquels nous éliminons les moisissures et les tubercules pourris et sélectionnons les lots exportables, qui ne représentent qu'une petite partie des volumes en stock. »

Dans l'ensemble, la saison des patates douces a été un succès, selon Lahseen : « La demande a été forte, notamment de la part des pays d'Europe occidentale, tels que l'Allemagne, le Royaume-Uni, la France et les pays scandinaves. Dans ces pays, les patates douces sont considérées comme un superaliment, grâce à leur haute valeur nutritionnelle, et leur consommation est en vogue. Ces marchés demandent principalement des patates douces à chair orange, qui sont les variétés les plus produites en Égypte, et la demande de patates douces égyptiennes a été élevée. »

D'autres marchés ont été plus lents que prévu, selon l'exportateur : « Les pays d'Europe de l'Est, tels que la Pologne et la République tchèque, ainsi que les pays du Golfe arabe, ont affiché une demande plus faible que prévu. Dans le cas des pays du Golfe, cela peut s'expliquer par le fait que le temps a été plus chaud, alors que les consommateurs préfèrent les patates douces lorsqu'il fait froid. »

La demande de l'Europe occidentale a été confrontée à une offre insuffisante, ce qui a contribué au succès de la saison des patates douces en Égypte, ajoute Lahseen : « Les principaux concurrents de l'Égypte dans ce secteur sont l'Espagne et les États-Unis, et en raison des fortes pluies, les volumes ont été plus faibles et l'offre insuffisante. La pluie endommage les patates douces et provoque des moisissures et des fissures. Une autre raison évidente qui a renforcé la position de l'Égypte par rapport à l'Espagne et aux États-Unis est le fait que nos coûts sont inférieurs. »

La forte demande a fait augmenter les prix à l'exportation des patates douces égyptiennes, ajoute Lahseen : « L'augmentation atteint 30 % cette année. Les tailles moyennes, qui correspondent à XL = 600-900 grammes et sont les plus rares, ont atteint 0,77 €/kg. Les petits calibres, qui sont les plus demandés, ont atteint 0,65 €/kg, et les grands 0,72 €/kg. Les producteurs ont également réalisé de belles marges brutes, de l'ordre de 150 % en moyenne. »

Ce succès encourage les producteurs à planter des patates douces, et la superficie sera sans doute plus importante l'année prochaine, selon Lahseen.  « De nombreux agriculteurs ont déjà converti leurs terres à la culture de la patate douce, et les volumes seront plus importants l'année prochaine. Les plantations commenceront en avril à Kafr El Sheikh et la première récolte aura lieu en juillet/août. »

Pour plus d'informations :
Zayed Lahseen
AfriGroodGrow
Tél. : +420 739 019 060
z.lasheen@afrigoodgrow.com 
www.afrigoodgrow.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.