Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Erik de Roos en Hans den Dikken, de Bandall :

« Le banderolage se développe du fait des nouvelles exigences en matière d'étiquetage, tout en servant l'image de marque »

Le banderolage devient une option de plus en plus attrayante pour les emballages de fruits et légumes. À une époque où la durabilité et la minimisation des déchets règnent en maître, mais où la législation impose et l'image de marque a également son mot à dire, le banderolage pourrait être la solution, selon Bandall. « Ces dernières années, nous avons constaté une croissance significative de ce type de solution d'emballage durable, en particulier dans le secteur des fruits et légumes frais », explique Erik de Roos de Bandall.

Cette entreprise familiale active à l'échelle mondiale est spécialisée dans les solutions de regroupement et de banderolage durables dans l'industrie de l'emballage. « Ces derniers temps, on voit que les solutions d'emballage durables sont très recherchées », ajoute Hans den Dikken. « En raison de la législation, les solutions d'emballage en plastique deviennent de plus en plus difficiles à mettre en œuvre. Un emballage entièrement en carton pose des problèmes environnementaux et une barquette en carton avec un autocollant sont deux matériaux différents, ce qui est techniquement peu intéressant pour le recyclage. C'est pourquoi nous voyons de plus en plus de détaillants néerlandais et belges, tels que AH ou Colruyt, passer au mono-matériau : ils souhaitent commercialiser un emballage unique. »

Support d'information
C'est là que la technologie de banderolage entre en jeu. De Roos : « Pour passer au mono-emballage, ils choisissent par exemple une salade repas ou un bol de fruits ou de légumes avec une banderole au lieu d'un autocollant. » Il y a deux raisons principales à cela, selon de Roos en den Dikken. « D'une part, il y a la question des mono-matériaux recyclables, mais d'autre part, on constate que le nombre d'informations à figurer sur l'emballage augmente sans cesse. Les exigences en matière d'étiquetage, en Belgique par exemple, prescrivent une information en trois langues, mais les opérateurs souhaitent également de plus en plus communiquer par ce biais. C'est très difficile avec un simple autocollant, mais une bande offre de nombreuses possibilités en termes d'image de marque ou d'information. Par ailleurs, même dans le sac à provisions, elle permet à l'emballage de rester hermétiquement fermé. »

Les techniques de banderolage offrent donc de multiples possibilités. « Il peut s'agir d'une bande autour d'une barquette ou d'un plateau, sur laquelle nous offrons l'option d'imprimer pendant le conditionnement. Une banderole sert souvent de support de communication. Mais certaines informations peuvent varier. Pensez à un code-barres, à des informations spécifiques sur un produit ou à des informations dans une langue spécifique. Avec une imprimante intégrée, nous savons simplement imprimer ces informations pendant le processus de banderolage », poursuit den Dikken.

Vrac banderolé
En outre, pour minimiser les matériaux d'emballage, le groupement de produits en vrac devient de plus en plus attrayant. « Ce n'est pas facile, bien sûr, parce qu'un concombre ou un poivron pointu est toujours plus grand et l'autre toujours plus courbé, mais l'avantage du banderolage, c'est qu'il permet justement de s'accommoder de ce genre de petites marges et différents contours pendant le conditionnement », ajoute de Roos. « La bande est adaptée étroitement autour du produit et reste ainsi bien en place. Cependant, on se heurte parfois au problème des concombres notamment, qui rétrécissent, ce qui les rend difficiles à banderoler. Cependant, les Américains ont mis au point une technique qui consiste à vaporiser les concombres avec un spray végétal comestible et inodore, ce qui permet de lutter contre le rétrécissement et de prolonger la durée de vie des concombres. C'est une super solution ! »

La société néerlandaise Bandall est présente dans quelque 120 pays à travers le monde et possède des succursales aux Pays-Bas, en Belgique, aux États-Unis, au Canada et en Allemagne, entre autres. Den Dikken: « Dans de nombreux autres pays, comme l'Espagne, la Pologne et l'Italie, nous travaillons avec des revendeurs de renommée qui sont autorisés à porter notre nom. Cela nous permet de répondre rapidement aux souhaits et aux exigences de chaque client dans le monde entier. C'est certainement très important dans le secteur des fruits et légumes. Chaque pays a sa propre législation ou ses propres besoins, c'est pourquoi nous voulons offrir une gamme complète. »

La part de Bandall dans le secteur des fruist et légumes frais a atteint environ 30 % ces dernières années. « Une très grande partie de notre marché était déjà constituée d'entreprises alimentaires, mais depuis le débat autour du plastique, la part des produits horticoles a considérablement augmenté. Dans le segment biologique en particulier, on constate que l'aspect naturel devient rapidement un must. Une barquette en carton entourée d'une bande de papier brun, qui peut être entièrement personnalisée, y est depuis longtemps populaire. »

Location de machines
Bandall fournit une gamme complète de machines autonomes et de lignes de banderolage entièrement automatisées pour plusieurs filières, mais l'entreprise offre également la possibilité de louer des machines. De Roos explique : « De cette manière, nous voulons donner aux clients la possibilité de commencer le banderolage avec un faible investissement. Cela peut être dû au fait qu'ils veulent d'abord voir si cela leur plaît. Ou alors pour certains détaillants qui travaillent avec des promotions temporaires. Au bout de quelques mois, ils décident de passer à autre chose, sans pour autant se retrouver avec une machine coûteuse qu'il sn'utilisent plus sur le dos. Nous avons entendu dire que les gens se heurtaient souvent à ce genre de problème, voilà pourquoi nous voulons offrir une solution. »

Le banderolage n'est cependant pas sans poser de problèmes. « Dans le secteur des fruits et légumes en particulier, qui exige un emballage non négligeable et presqu'instantané, il est donc nécessaire d'avoir des machines qui atteignent une capacité décente pour concurrencer les machines flowpack, par exemple, en termes de prix. Nous proposons donc une technologie qui vient compléter la gamme existante et qui permet d'atteindre des vitesses plus importantes. Nous en attendons beaucoup dans les années à venir. C'est aussi de cette façon que nous souhaitons poursuivre notre croissance », conclut den Dikken.

Bandall sera présent au salon Interpack 2023 à Düsseldorf : hall 5, stand C42.

Pour plus d'informations :
Bandall
Tél. : +31 85 27 35 840
[email protected] 
www.bandall.com 

Date de publication: