Sous-ensemble de caractères spéciaux plus

Annonces

Marché mondial : le concombre

Le marché mondial du concombre est mitigé à l'heure actuelle, certains pays ayant connu une année assez difficile. Aux Pays-Bas, les producteurs de concombres terminent leur saison de culture traditionnelle, tout en espérant une prolongation de celle-ci grâce à des conditions météorologiques favorables, suite à une année éprouvante où les prix ont été inférieurs à la moyenne quinquennale. Parallèlement, l'Allemagne a enregistré la prédominance des concombres serpents nationaux et une présence croissante des offres espagnoles. L'Italie, quant à elle, a affiché une remarquable constance dans les ventes de concombres tout au long de l'année, les concombres longs gagnant en popularité en raison de leur goût plus doux. En Afrique du Sud, les producteurs de concombres sont confrontés à des coupures d'électricité et à une augmentation des coûts de production, autant de facteurs qui assombrissent l'avenir du secteur. Enfin, l'Amérique du Nord présente un tout autre tableau, avec l'émergence d'un marché du concombre robuste, stimulé par la réduction de l'offre dans les champs et la production en serre. Avec l'arrivée de l'automne, l'attention se porte sur la saison imminente des concombres au Mexique, tandis que la production de concombres en serre continue de prospérer, même si les températures canadiennes chutent.

Pays-Bas : prix bas pour les concombres
La saison de culture traditionnelle touche à sa fin. Les températures sont relativement élevées pour le début du mois d’octobre. Elles seront encore supérieures à 20 °C le week-end prochain. Les conditions de luminosité sont également importantes. Le temps humide de l'automne reste absent pour l'instant, ce qui permet aux producteurs de cultures traditionnelles de tabler sur une durée relativement longue. Après deux années marquées par les problèmes liés au virus CABY, la pression des pucerons sur le concombre n'a pas été très importante cette année.

Les producteurs de concombres se souviennent d'une saison au cours de laquelle les prix ont été largement inférieurs à la moyenne quinquennale, en particulier au printemps, et de la campagne tarifaire de 2022. Ce n'est qu'en juillet que les prix ont commencé à augmenter. Si les prix du concombre se sont améliorés pendant les vacances d'été, ils ont de nouveau chuté à la fin du mois d'août.

Au printemps, certains ont cherché les causes de la faiblesse des prix. S'agissait-il d'une augmentation des surfaces cultivées, due en partie à une reconversion de la culture des tomates, par exemple, affectée par la pression des virus, d'un manque de soleil et donc d'une consommation insuffisante, ou bien les prix médiocres étaient-ils en fait la « faute » du marché ? Le marché du concombre biologique a également souffert de ces prix décevants.

Au cours des dernières années, la culture de concombres en plein air a augmenté. La crise de l'énergie a mis un frein à cette évolution. Pour la tomate, le marché table sur un retour d'environ la moitié de la surface exposée. Pour la culture du concombre, l'éclairage est à nouveau envisageable, à condition d'avoir des certitudes sur les ventes et les prix. Pour les supermarchés, y compris ceux qui veulent se distinguer par des produits locaux, il est important que la différence de prix entre les concombres cultivés et les importations soit modérée.

Comme pour les tomates, l'investissement dans l'éclairage entièrement LED aide les producteurs à revenir à une culture d'hiver malgré tout. Les différences entre les producteurs et leurs capacités restent toutefois importantes. Les plans fiscaux annoncés constituent une préoccupation majeure. Ils rendront le gaz plus cher pour l'horticulture en serres, imposeront une taxe supplémentaire sur l'utilisation de la cogénération pour la production d'électricité et imposeront également une taxe sur les émissions de CO2.

La diversification de la production de concombres est également un sujet d'actualité. Les entreprises de sélection offrent des perspectives avec les concombres à grignoter, les concombres mini ou midi et, désormais, d'autres spécialités telles que les concombres asiatiques. Cependant, les surfaces cultivées sont encore limitées.

Allemagne : les concombres nationaux surpassent les concombres importés
En Allemagne, les concombres serpents ont supplanté les concombres néerlandais et belges, selon une agence fédérale. Les produits espagnols sont de plus en plus présents sur la quasi-totalité des marchés. Toutefois, leur qualité n'était pas toujours convaincante. Les affaires ont été globalement calmes. Les débouchés se sont améliorés à plusieurs reprises. L'offre légèrement limitée a entraîné une hausse des prix à certains endroits. Les mini-concombres ont également fait l'objet d'une petite demande. Ceux-ci provenaient des Pays-Bas et du marché intérieur. Les prix n'ont pas changé de manière significative.

Italie : les ventes de concombres ne sont pas affectées par la saisonnalité
La tendance pour les concombres est presque constante tout au long de l'année. Un grossiste du nord de l'Italie indique que les ventes ne sont pas trop influencées par la saisonnalité. Il se vend plus de concombres en été et un peu moins en hiver, mais la différence n'est pas énorme. Il existe deux catégories de concombres : les concombres longs et les concombres traditionnels, plus courts. Les concombres longs ont un prix de gros plus élevé. S'ils sont de bonne qualité, ils sont vendus entre 2,50 et 3 €/kg pendant cette période. Le grossiste admet qu'il s'agit de prix très élevés, mais cela correspond à la tendance actuelle, commune à tous les légumes. Les concombres courts, quant à eux, ont un prix légèrement inférieur, de l'ordre de 1,50 à 2,30 €/kg.

Les concombres longs sont de plus en plus appréciés, car ils ont une saveur moins intense et se digèrent plus facilement. Le grossiste achète les concombres dans la région de Vérone à partir de février, pour ensuite se tourner vers la Romagne et s'y approvisionner jusqu'au mois d'octobre. Après cela, la production provient du sud de l’Italie. Pendant les mois d'hiver, le grossiste achète donc en Sicile. À cette période, les coûts de transport sont élevés, notamment en raison du prix élevé du carburant.

France : la production nationale en augmentation de 3 %
« Début septembre 2023, la production nationale 2023 de concombres est estimée à 172 000 tonnes, en augmentation de 3 % sur un an, mais en recul de 4 % en comparaison de la moyenne 2018-2022. Les surfaces nationales implantées en concombre en 2023 seraient de 1 000 ha, en baisse de 6 % sur un an, mais stables par rapport à la moyenne 2018-2022. Sur le marché, l’équilibre entre l’offre et la demande est précaire, en raison notamment de la météo changeante sur le nord de la France qui n’incite pas à la consommation, et les cours sont tirés vers le bas en août pour favoriser l’écoulement de la production

Les cours sont alors revus à la baisse. En août, la consommation est variable selon les semaines au gré des changements météo, les promotions commerciales permettent de fluidifier le marché. Les prix baissent fortement : ils sont inférieurs de 37 % au niveau d’août 2022 et de 19 % à la moyenne d’août 2018-2022. De janvier à juillet 2023, les importations (40 700 tonnes) régressent de 2 % et les exportations (7 400 tonnes) progressent de 5 %. Ainsi, le déficit commercial s’améliore de 4 % par rapport à la même période sur la campagne précédente », selon Agreste.

Afrique du Sud : les coupures d'électricité et les coûts de production frappent durement les producteurs de concombres
Les coupures d'électricité chroniques en Afrique du Sud affaiblissent les agriculteurs. Sur les marchés de produits frais, les agents constatent que les volumes des arrivages sont en baisse.

Selon un agent du marché de Gauteng, une boîte de 7 kg de gros concombres se vend à 165 rands (8,55 €) et une boîte de 6 kg de concombres moyens à 135 rands (7 €). Les prix journaliers du marché des produits frais de Johannesburg indiquent 15,57 Rands/kg (0,8 €/kg) pour les boîtes de concombres de 8 kg.

« Les prix des concombres devraient baisser un peu au cours des deux prochaines semaines. Les volumes devraient augmenter, toutefois tout dépend de ce que les agriculteurs ont réussi à planter. En hiver, les concombres doivent être chauffés, mais les coûts des intrants ont beaucoup augmenté. En été, tout le monde peut planter des concombres. »

Les volumes de légumes (pas seulement les concombres, mais aussi les pommes de terre, les oignons, les carottes, les choux, les laitues, etc.) sur le marché sont en baisse en raison de l'augmentation des coûts des intrants comme le carburant, les engrais et les produits chimiques, les délestages (coupures d'électricité) et les coûts de fonctionnement des générateurs diesel utilisés pour compenser, ainsi que les pénuries d'eau.

L'agent remarque que les marchés se sont vidés : « Il y avait des petits producteurs qui envoyaient trois, quatre ou cinq cents boîtes de concombres par jour, ou tous les deux ou trois jours. Ceux-ci ont mis la clé sous la porte. Le coût des intrants est devenu trop élevé. »

« Nous allons devoir faire face à des temps difficiles dans ce pays », ajoute-t-il.

Amérique du Nord : un marché du concombre vigoureux pour les produits de plein champ et les produits de serre
Pour les concombres de plein champ, le marché se consolide compte tenu du fait que les stocks se resserrent souvent entre la fin septembre et le début octobre. À l'arrivée de l'automne, les cultures locales commencent à disparaître, bien que le Sud-Est poursuive sa production.

C'est donc à cette période de l'année que les acheteurs commencent à considérer la production mexicaine qui devrait commencer début novembre dans les régions de Sinaloa et de Sonora. Cependant, depuis la tempête tropicale qui a frappé Baja au début de l'année, aucune pluie n'est tombée dans le nord-ouest du Mexique. Le problème de l'eau pourrait donc se poser.

Globalement, les marchés pour les concombres vont être très actifs. Très bientôt, les prix des produits seront de 20 dollars, en particulier pour les Super Selects qui dépasseront le milieu de la fourchette des 20 dollars.

En ce qui concerne les concombres de serre, si l'offre est normale, la demande reste forte, entraînant une hausse des prix des concombres anglais longs et des mini-concombres sans graines.

La production globale de concombres de serre continue d'augmenter, y compris au Canada où les températures se rafraîchissent dans les principales régions productrices comme l'Ontario. Avec des journées plus courtes et moins ensoleillées, la production hivernale canadienne commence en novembre.

La semaine prochaine : aperçu du marché mondial de l'ananas


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.