Leroy Smits, conseiller fiscal chez BDO

Pays-Bas : Les entreprises de fruits et légumes frais pensent à la succession mais n'établissent pas assez de règles

« Un grand nombre d'entreprises du secteur néerlandais des fruits et légumes frais sont des entreprises familiales. Ces entreprises ont été créées par la ou les générations précédentes. Dans ce secteur, nous assistons à une prise de conscience du fait qu'il s'agisse d'une entreprise familiale et la possibilité d'une succession éventuelle. Cependant, dans de nombreux cas, il n'est pas possible d'utiliser de manière optimale le suivi facilité par l'impôt. C'est parce que ces questions ne sont pas bien planifiées », explique Leroy Smits, conseiller fiscal chez BDO.

« Pour la continuité de l'entreprise, il est extrêmement important de pouvoir faire appel aux conseillers fiscaux sur les successions d'entreprises. Lorsque la succession n'est pas bien planifiée, les créances fiscales en cas de sinistre peuvent atteindre jusqu'à 40 % de la valeur de l'entreprise. Ces catastrophes comprennent des événements comme la mort. Ce type d'événement peut mettre en péril la continuité d'une entreprise. Toutefois, lorsque le prestataire doit faire appel à ce service, cette déduction fiscale peut être limitée à seulement 3,4 % » , explique Smits.

« Lorsque nous parlons d'entreprises familiales de toutes tailles, nous constatons que dans la plupart d'entre elles, il y a toujours quelque chose qui n'a pas été bien organisé. Il s'agit de testaments, de conditions matrimoniales ou d'accords mutuels concernant les obligations d'offre », explique Smits.

« Sur la base d'un contrôle des catastrophes, nous évaluons si le service des impôts peut être utilisé de manière optimale. C'est un travail soigné et précis. À ce stade, nous regardons vers l'avenir et nous veillons à ce que ces questions soient ajustées. De cette façon, l'entreprise peut continuer d'avancer avec le meilleur rendement possible. » 

« Outre le contrôle de la catastrophe, nous participons bien sûr aussi aux processus de suivi dans le cas où le propriétaire est encore en vie », explique Smits. « Cela pourrait, par exemple, prendre la forme de dons en vue d'une transition progressive vers la prochaine génération. Ici, ces facilités fiscales peuvent également être appliquées, à condition qu'elles soient correctement formulées. » 

Statut de la famille
Outre les implications fiscales, il faut aussi tenir compte de l'aspect humain de l'histoire. C'est ce qu'on appelle le côté doux de la succession. « Nous constatons souvent que les entreprises sont déjà transférées alors que leur propriétaire est encore en vie. Il s'agit d'un don ou d'une transition directe ou par étapes. Dans ces cas-là, il faut tenir compte de divers aspects. » 

« La question se pose aussi parfois de savoir si le successeur est effectivement suffisamment qualifié pour diriger l'entreprise. Nous en discutons avec la famille et faisons des évaluations. Sur cette base, un statut familial est mis en place. Dans ce document, les accords sont notés. Entre autres choses, le cadre dans lequel chaque personne opérera est également décrit dans ces documents. » 

« Ici, nous guidons et conseillons. L'objectif est que tous les membres de la famille, y compris ceux qui ne veulent pas reprendre l'entreprise, se sentent à l'aise avec ces arrangements. Tout le monde doit aussi être sur la même longueur d'onde », poursuit Smits.

Les jeunes générations
« Il arrive parfois que les entretiens et les évaluations mettent en lumière les limites d'un successeur. Si cela se produit, un processus se met en marche. Ici, ces limites sont abordées par le biais de la formation. Si les choses ne s'améliorent pas, cela peut conduire à penser que le fils ou la fille n'est pas suffisamment apte à prendre la relève », poursuit Smits.

Ce conseiller fiscal peut dire, d'expérience, que les entreprises s'intéressent trop tard à la prise de dispositions en vue de la succession. « Moi aussi, je viens d'une famille d'agriculteurs. Quand mon oncle a repris l'entreprise, mon grand-père venait tous les jours. » 

« L'expérience et le savoir-faire de la génération précédente ne doivent pas être perdus. Cela dit, il faut aussi qu'il y ait de la place pour l'innovation et la vision renouvelée de la jeune génération. Il est compréhensible qu'il soit difficile de laisser tomber une entreprise. Cela ne doit cependant pas faire obstacle à la nouvelle génération. » 

« Il est agréable de voir que les entreprises du secteur des fruits et légumes frais planifient l'avenir de l'entreprise. Vous remarquez cependant que ce secteur est essentiellement pragmatique. Les gens de ce secteur ne sont pas non plus très friands de paperasserie bureaucratique. Le pragmatisme fait la beauté de ce secteur. Les clients doivent cependant comprendre les conséquences de tout type de catastrophes. Bien que BDO offre son soutien dans ce processus, nous ne forçons pas les entreprises à entreprendre des transitions. Les clients doivent l'indiquer eux-mêmes. Cependant, nous vérifions les catastrophes pour tout le monde. Nous sensibilisons également tout le monde à nos services fiscaux. Notre objectif est de faire en sorte que la succession d'une entreprise se déroule de la manière la plus harmonieuse possible », conclut Smits.

Pour plus d'informations :
Leroy Smits - Conseiller fiscal
BDO

+31 (0) 703 380 844
+31 (0) 623 202 291
Leroy.smits@bdo.nl  
www.bdo.nl


Date de publication :
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2018