Un troisième acteur dans la « guerre » entre conventionnel et bio

La gamme sans pesticides aura le meilleur avenir

« Personnellement il me paraît évident que la gamme sans pesticides aura un avenir plus prometteur que la gamme bio », dit Olivier Brailly du Groupe MGD. « Pour une certaine classe de personnes, le conventionnel est presque diabolique, malgré le fait que dans toute l’Europe les pesticides vraiment dangereux sont interdits. Pour les non-initiés, la gamme bio reste relativement vague. La gamme sans pesticides, à son tour, garantit d’être inoffensive pour la santé. Cette gamme est la plus caractéristique de toutes. Elle se place au milieu du bio et du conventionnel en ce qui concerne l’image et les prix. »

Le Groupe MGD regroupe la plateforme de distribution PSD à Rungis et l’entreprise Montfort et Fils en Bretagne, le premier expéditeur de marques comme Prince de Bretagne. En 2017, le Groupe MGD a aussi repris la société Valrevel en Provence, une société de production spécialiste des salades, des fruits à noyau et des melons.

« Nos melons sont tous produits en Provence. La Provence a une image de fraîcheur, de qualité et de soleil. Nous exportons les melons notamment en Belgique, car les Belges aiment beaucoup son goût sucré. » Les tomates du Groupe MGD sont surtout vendues en France. « Même si la tomate belge est considérée moins bonne que la tomate française, les Belges mangent surtout des tomates belges. Je pense que cela vient de leur côté chauvin. »

Le groupe MGD propose une large gamme de tomates, comme la tomate green zebra et la tomate ananas. « Tout se passe bien sur le marché. Les conditions climatiques ont causé un léger retard de production, mais moins de retard que prévu. Cela a été une bonne surprise pour les consommateurs. La demande n’a pas baissé et, contrairement à ce qui était attendu, nous pouvons proposer une gamme très étendue. »

Olivier met l’accent aussi sur les 20/80 sélectifs : les 20 produits qui représentent 80% de la consommation. Des exemples sont les pommes de terre, les pommes, les bananes, les tomates et la salade. « Avant, il suffisait de proposer ces produits au prix le plus bas, mais plus on avance dans le temps, plus cette gamme devient sélective. Les produits sont plus beaux et plus qualitatifs qu’avant, et la gamme prémium se développe énormément. Surtout, les produits sont de plus en plus caractéristiques. Ils ont des labels comme sans pesticides, label rouge etc. Pour notre société, c’est la qualité avant tout. Forcement la qualité et la fraîcheur ont un prix. Heureusement la tendance va dans notre sens. »

Olivier ajoute que les consommateurs souhaitent que la chaîne alimentaire soit transparente. « Ils veulent savoir comment le produit est arrivé en magasin. À mon avis, il n’est pas impossible qu’un jour, les consommateurs achètent leurs produits directement chez le producteur. »

Pour plus d’informations :
Groupe MGD
+336 73 45 48 58
olivier.brailly@gmail.com
www.mgdgroupe.fr

 


Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)