Marc Peyres, Blue Whale :

La Fuji Primeur a le potentiel de conquérir toute l’Europe

Cinq semaines par an, l’exportateur de pommes français Blue Whale commercialise la marque Fuji Primeur. Marc Peyres : « C’est une variété précoce qui est commercialisée de septembre à octobre, un mois avant les autres Fuji. On a créé la marque pour souligner que la variété est différente des autres : elle est moins colorée, mais meilleure au goût. »

Blue Whale a déjà lancé la marque en France et en Espagne. « Notre objectif est de commercialiser aussi la marque en Europe du Nord. Ce ne sera pas facile, parce que septembre est le mois de toutes les récoltes européennes et la tendance est à acheter des produits locaux. Néanmoins, il est plus intéressant de parler du goût que du locale, car la Fuji Primeur est meilleure que beaucoup d’autres variétés. »

Une réussite rapide
« On a réussi à installer la marque plus vite que ce que l'on pensait. C’est la troisième année qu’on la commercialise et ça marche très bien. On arrive à vendre près de 3.000 tonnes en cinq semaines, et il en manque aujourd’hui. »

L’Espagne est un marché de marque
La commercialisation de la Fuji Primeur en Espagne est accompagnée par une grande campagne de promotion. « À côté de l’affichage des banderoles sur le Mercamadrid, nous avons organisé des animations à l’intérieur des mercas de Madrid et de Valence ainsi que des dégustations et des jeux dans les fruterias de Madrid, Valence et Barcelone. » Ce type de marketing marche très bien en Espagne. « C’est vraiment un marché de marque : plus que la France, qui est un marché de grande distribution. »

Les banderoles sur le Mercamadrid

Défis
En ce qui concerne la commercialisation de la Fuji Primeur dans toute l’Europe, plusieurs défis se présentent. « La Fuji Primeur est très sucrée et juteuse. Le consommateur européen est souvent habitué aux variétés plus acides. Mais, dans chaque pays de l'Europe du Nord, des consommateurs sont intéressés par le goût sucré de notre Fuji Primeur. Ce sont les mêmes personnes qui aiment le goût des pommes quand ils passent leurs vacances en Europe du Sud. Nous voulons atteindre ce consommateur. Quand nous proposons des pommes plus sucrées en Europe du Nord, cela peut augmenter toute la consommation de la pomme de cette région. »

Le goût asiatique
Il est encore difficile d’exporter des pommes vers l’Asie. « Seulement 1% des importations en Asie viennent d’Europe. Le problème est que la production européenne n’est pas adaptée au goût asiatique, à savoir des variétés plus sucrées. Nous n’avons pas encore les volumes nécessaires. »

Une année favorable
« À l’échelle mondiale, on a un alignement de facteurs favorables comme on n’en a jamais eu. Le seul problème est que l’on est limité en volumes. Le gel en Chine est encore plus important que le gel en Europe de l’année dernière, et il va manquer de pommes. Ce ne serait pas grave si nos variétés n'étaient pas aussi sucrées que les variétés chinoises. Quand il manque de pommes, les Chinois les mangent toutes. Autour du Noël le marché sera très actif. »

Un autre facteur positif pour l’export français sont les sanctions américaines envers la Chine. « Ces sanctions ouvrent des nouvelles opportunités. Pour nous, le défi est de transformer ces opportunités en affaires à long terme. Il faut que le consommateur Chinois accepte nos pommes de haute qualité. Nous n’oublions pas que nous pourrons payer l’année suivante, quand il y aura sans doute une surproduction. »

L’équipe de Blue Whale pendant l’Asia Fruit Logistica 2018 : Dina Abella, Rémi Wendling, Marc Peyres, Adrien Touzet et Thierry Herisson

Pour plus d'informations :
Blue Whale SAS
Tel: +33 5 63 21 56 56
marc@blue-whale.com
www.blue-whale.com


Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)