25 ans Commercial Fruits

 Nous étions précurseur dans avocats et grenades 

Commercial Fruits fête ses 25 ans. Gabriel Burunat, fondateur et président de l’entreprise, a été le premier à importer des avocats péruviens en Europe. Le "roi des avocats de Rungis", comme il est nommé dans un documentaire, n’a pas vu le temps passer.  
« On a toujours essayé d’être précurseur de certains produits ou origines. Il y a 25 ans, nous avons commencé par l’importation des figues fraîches et des asperges vertes du Pérou. Cinq ans plus tard, on a commencé à commercialiser l’avocat péruvien, et nous avons développé la pomme grenade, il y a dix ans. Aujourd’hui, on est le plus gros importateur de la pomme grenade péruvienne en Europe. »
Un point tournant dans l’évolution de l’entreprise fut l’achat d’un entrepôt sur le marché de Rungis en 2010. « C’est un entrepôt de 2.250 m2 de frigidaire, équipé d’une mûrisserie avec une capacité d’environ 90 palettes. On utilise la mûrisserie principalement pour les avocats, mais aussi pour les mangues. » 
 
Simultanément avec l’achat de l’entrepôt, il y a eu l’entrée dans la société de William Burunat, le fils de Gabriel. Actuellement, il occupe le poste de directeur commercial. On est en train de créer une nouvelle équipe commerciale composée de jeunes qui vont travailler avec William. De plus, on a des perspectives pour d’autres produits et origines.   
 
Gabriël et William Burunat
 
La progression de la pomme grenade
Un des buts de Gabriel est de faire connaître la pomme grenade au public français, non sans succès. La consommation du fruit augmente. « Le secret pour vendre plus de grenades est de proposer des grenades dégrainés. Nous vendons aussi des grenades aux clients qui ont des machines pour faire du jus de grenade. Le consommateur peut y aller et acheter un jus qui est préparé devant lui. »
 
L’augmentation de la production va plus vite que l’augmentation de la consommation. Au Pérou, la saison de pomme grenade a été assez compliquée. « Sur peu de semaines, ils ont envoyé trop de volumes, à savoir 50% plus que la saison passée. Si le Pérou souhaite continuer dans la grenade, il faut qu’il cherche des alternatives au marché Européen. Sinon, les péruviens nous inonderont, comme ils l'ont déjà fait cette année. »
 
Gabriel pense que beaucoup de péruviens ont planté des grenades en pensant au marché américain, alors que les conditions pour entrer sur ce marché sont tellement difficiles que, finalement, très peu d’exportateurs péruviens exportent vers les États-Unis. Pour cette raison, les volumes sont arrivés principalement en Europe. »
 
Pour plus d'informations :
Commercial Fruits
Gabriel Burunat
 

Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)