Karel Belmans, Belgische Fruitveiling

Belgique : « Ça ne fait aucun doute : les variétés résistantes sont l'avenir »

Si un agriculteur veut obtenir un bon prix pour ses produits, il vaut mieux qu'il travaille avec d'autres agriculteurs. De cette façon, les acheteurs n'auront pas l'occasion de monter les producteurs les uns contre les autres. Ils ne peuvent alors pas non plus faire baisser les prix. C'est le rôle précis qu'assume une maison de ventes aux enchères.

Kobe van Looveren, Belgische Fruitveiling

Coopérative de producteurs
La Belgische Fruitveiling (BFV) est une coopérative regroupant des centaines de producteurs de fruits. Ils coordonnent les récoltes et négocient avec les acheteurs. Ils veillent également à ce que tous les fruits cultivés soient vendus.

En 2000, quatre producteurs faisant partie de cette coopérative ont décidé de passer à l'agriculture biologique. Karel Belmans du BVF a relevé le défi d'accéder à ce nouveau marché. « Les premières années furent difficiles. Les producteurs avaient encore beaucoup à apprendre sur l'agriculture biologique. Vendre des fruits lors du changement n'a pas été facile non plus », explique Karel. Pour que les fruits soient vendus comme produits biologiques, une période de conversion de plusieurs années est nécessaire.

« Heureusement, Colruyt, la chaîne de supermarchés belge, a embarqué sur le projet dès le début. Ils ont compris que s'ils voulaient des fruits belges biologiques sur leurs étagères, ils devraient soutenir les agriculteurs. Ils savaient qu'ils devraient vendre leurs fruits pendant la période de transition de trois ans des producteurs », explique M. Karel.

Au cours des 18 années qui ont suivi, les quatre agriculteurs biologiques de la BFV sont passés à 13. « Il y a une forte demande pour les produits biologiques », explique Karel. « Les agriculteurs obtiennent donc de bons prix pour leurs fruits. Cependant, nous avons remarqué qu'un nombre croissant de producteurs de fruits européens se tournent de plus en plus vers l'agriculture biologique. À l'avenir, l'appariement de l'offre et de la demande deviendra une question d'équilibre. Nos agriculteurs biologiques forment un groupe soudé. Ils achètent de la machinerie et font des voyages éducatifs ensemble. Ils se consultent aussi régulièrement entre eux. »

Les fruits biologiques belges 
Cette année, les producteurs de pommes et de poires biologiques peuvent pousser un soupir de soulagement. Les deux dernières années n'ont pas vu une bonne récolte. En 2017, le gel nocturne a entraîné des pertes importantes pendant la période de floraison. Cependant, une récolte record est attendue en 2018. « Cette année, au BVF, nous estimons la récolte à 4,5 millions de kg de pommes et poires biologiques. Pendant une année normale, nous récoltons environ 3 millions de kg. Ce volume est également plus important parce que de nouveaux agriculteurs se sont ajoutés », poursuit M. Karel.

Où vont tous ces fruits ? « Nous sommes un acteur trop petit pour viser les marchés étrangers avec nos pommes biologiques », dit-il. « Donc, nous essayons maintenant de convertir les supermarchés belges aux fruits biologiques locaux. Certains de ces magasins vendent encore souvent des fruits biologiques provenant de l'étranger. Nous consultons également les agriculteurs pour vendre des fruits de moindre qualité destinés à la transformation, comme par exemple pour les jus. Il y a toujours une forte demande à ce niveau là. Et comme les fruits sont déjà cultivés biologiquement pendant la période de conversion, ils sont souvent utilisés pour les aliments non biologiques pour bébés. C'est là que les normes sont un peu plus strictes. » 

Des variétés robustes
Y a-t-il une différence entre les pommes et les poires biologiques et non biologiques ? « Oui », dit Karel. « Avec les produits biologiques, l'accent est mis sur des variétés robustes et résistantes. Par exemple, la variété Jonagold est très sensible aux maladies. Il s'agit donc d'une race difficile à cultiver pour les agriculteurs biologiques. Ils préfèrent des variétés plus robustes comme la Topaze ou la Santana. Il y a aussi une nouvelle race, la Natyra. C'est une très belle pomme. Elle est non seulement savoureuse, mais elle se conserve bien aussi. On peut utiliser ces variétés pour prolonger davantage la saison des pommes. »

Cependant, les nouvelles variétés signifient également que vous devez faire des campagnes de marketing pour mettre ces pommes dans les magasins. « Je vais au supermarché. Je fais goûter les pommes aux gens dans l'espoir qu'ils accepteront de les vendre. Souvent, les gens ne savent pas quelles sortes de pommes ils achètent », dit-il.

« Le 20 octobre, nous organisons également une grande dégustation à Halen en collaboration avec Bio Mijn Natuur (le centre d'information du Flanders Organic Forum) et les producteurs. Là-bas, tout le monde aura l'occasion de connaître la différence entre les différentes sortes de pommes et de poires biologiques. Il ne fait aucun doute que les variétés résistantes sont l'avenir », conclut Karel.

Source : Bio Mijn Natuur


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)