L'efficacité des fongicides après récolte sur les kiwis grecs

Le kiwi est une culture très importante pour la Grèce. Les maladies post-récolte sont la principale source de problèmes pour les kiwis. Les chercheurs du Département des Technologies Agraires du Sindos expliquent : « Cette étude prend en compte certains aspects généraux des maladies post-récolte du kiwi grec. L'un des principaux objectifs était d'étudier les agents pathogènes qui causent la pourriture des kiwis après la récolte. Les résultats ont montré que le champignon Botrytis Cinerea était responsable de 100 % de la pourriture après récolte dans les régions de Skydra Pella et Vrodou Katerini. »

De plus, B. Cinerea a causé 85 % de la pourriture post-récolte dans les régions de Chrysoupoli et Kavala. Le champignon Penicillium expansum est responsable de 12 % de la pourriture post-récolte dans la région de Chrysoupoli Kavala. Les champignons Alternaria sp. et Diapothe sp. ont causé 1 à 3 % des infections. Après 5 mois d'entreposage au froid, les kiwis trop mûrs qui sont conservés pendant 3 jours à température ambiante sont infectés par le champignon Rhizopus stolonifer.

En plus des agents pathogènes qui ont causé la pourriture post-récolte, les chercheurs ont évalué l'efficacité des fongicides fludioxonil, fludioxonil + cyprodinil et boscalid + pyraclostrobine, appliqués sur les fruits par immersion après la récolte. Aucun de ces fongicides n'a apparemment été utilisé après la récolte des kiwis en Grèce, même si le fludioxonil a été appliqué sur les pêches et nectarines récoltées après la récolte. Les chercheurs poursuivent : « les résultats montrent que tous les fongicides sont efficaces sur B. cinerea et P. expansum. Les niveaux de résidus de fongicides testés sur les kiwis ont été examinés environ cinq mois après leur application. Les résultats ont montré que seules les teneurs résiduelles en fludioxonil et en boscalide étaient inférieures aux teneurs maximales en résidus (LMR), tandis que les résidus de cyronidil et de pyraclostrobine étaient supérieurs aux LMR. »

Source : T. Thomidis, I. Prodromou, « Evaluation of the effectiveness of three fungicides against pathogens causing postharvest fruit rot of kiwifruit', septembre 2018, Australasian Plant Pathology, Vol. 47 (5), pag. 485-489.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)