Le DAFF propose de nouvelles recommandations pour remédier aux échappatoires et à la non-conformité concernant le faux carpocapse.

L'Afrique du Sud encore sous pression dans le cadre de faux cas de carpocapses et taches noires des agrumes

Le 24 octobre, des fonctionnaires de la National Plant Protection Organisation of South Africa (NPPOZA) du Ministère de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche (DAFF) et de l'Association des producteurs d'agrumes ont donné aux producteurs, emballeurs, transitaires, exportateurs et négociants, un aperçu de la saison passée lors de la réunion annuelle de coordination des agrumes. Elle a débuté par une vue d'ensemble de la saison dans l'Union européenne.

Tankiso Mpholo, le coordinateur national sur la tache noire des agrumes (CBS) au DAFF, a déclaré aux délégués lors de sa présentation qu'il y a eu un total de 105 interceptions locales de CBS au cours de la dernière saison sur des agrumes sud-africains. La majorité des interceptions ont encore été effectuées sur Valencias, Limpopo et Mpumalanga où une diminution était visible. Il y a également eu une augmentation des interceptions sur les citrons et les pamplemousses.

Plus d'un millier de vergers ont été volontairement retirés de l'envoi vers l'UE, principalement dans les régions de Limpopo et de Mpumalanga. Un chiffre à la hausse par rapport à l'année dernière. « Chaque fois que nous négocions avec l'UE, voici ce que nous soutenons : les producteurs sont toujours les plus grands participants à la gestion des risques de la CBS, donc pour nous cette augmentation des retraits des vergers est très réconfortante car c'est une preuve de responsabilité et de responsabilisation. »

Présentateurs à la réunion de coordination : Patrick Magadani (DAFF), Poppie Molebatsi (DAFF), Julie Mokwele (DAFF), Willy Madiba (DAFF), Paul Hardman (CGA), Ernest Phoku (Director of the Directorate Inspection Services at DAFF), Liezl Wentzel (DAFF) and Tankiso Mpholo (DAFF).

L'Afrique du Sud enregistre une baisse spectaculaire des interceptions de CBS dans l'UE
Il y a eu deux interceptions de CBS : c'est la meilleure performance de l'Afrique du Sud depuis l'instauration des mesures CBS, mais, comme l'a noté Tankiso, ce chiffre aurait pu être plus élevé si les exportations de Valence vers l'UE n'avaient pas été arrêtées avant le 22 septembre.

Il a comparé le décompte des deux interceptions de l'Afrique du Sud avec les interceptions d'autres pays : sur les envois en provenance d'Argentine, il y a eu 17 interceptions de la CBS, 12 interceptions sur les envois du Brésil, et trois pour le Swaziland et trois pour la Chine.

Le 31 mars 2019, les mesures prises à l'encontre des tâches noires des agrumes expireront et l'on ne sait toujours pas si et comment cela va changer.

L'Afrique du Sud n'est pas encore entièrement conforme en ce qui concerne les faux carpocapses
Dans l'Union européenne, il y a eu neuf interceptions de faux carpocapses, dont sept aux Pays-Bas et deux au Royaume-Uni, soit une baisse considérable par rapport aux 68 de l'an dernier, mais toujours insatisfaisante dans un contexte de tolérance zéro.

Sur les neuf interceptions du faux carpocapse, quatre provenaient du Limpopo Valencias, une d'Eastern Cape Valencia, deux de Limpopo Soft Citrus et une de Western et de Eastern Cape navels.

Un extrait d'une lettre que les autorités sud-africaines ont reçue de l'UE à ce sujet a été montrée aux participants. Dans celle-ci, il est dit que l'Afrique du Sud doit faire davantage pour éviter que cela ne se reproduise. « Lors de conversations avec l'UE, ils nous ont essentiellement dit que si nous ne pouvons pas le gérer nous-mêmes, ils le feront pour nous », a-t-il dit, faisant remarquer que l'industrie sud-africaine subissait des pressions pour que la FCM soit entièrement contrôlée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fruits infectés par le FCM.

Profilage des types de fruits et des régions pour déterminer les risques de FCM
Au niveau local, 130 interceptions de FCM ont eu lieu dans des centres de conditionnement pour des expéditions destinées à l'UE. Un audit réalisé par le DAFF a montré qu'il serait possible d'établir un profil des types de fruits par région pour le risque FCM : les oranges du Cap occidental, du Cap oriental et du Limpopo sont des groupes à haut risque, tout comme le pamplemousse du Limpopo et les agrumes mous du Mpumalanga.

La plupart des interceptions de la FCM se sont produites à Limpopo, où l'on observe une légère diminution, tandis que l'incidence de la FCM a diminué de façon significative dans la partie orientale et la partie occidentale du Cap.

Il a également noté que le KwaZulu-Natal présentait un risque de FCM tout à fait disproportionné par rapport à sa contribution aux volumes d'agrumes en Afrique du Sud.
Au total, si l'on considère les expéditions d'agrumes vers tous les marchés, il y a eu un total de 604 interceptions de la FCM.

Il y a encore, dit-il avec consternation, des producteurs et des emballeurs qui affirment qu'ils ne savent pas ce qu'est la FCM ou ce qu'implique le système de gestion de la FCM (SGF), mais ils sont minoritaires.

Représentants de l'Organisation nationale pour la protection des végétaux d'Afrique du Sud : Devant : Kuben Naidoo, Maanda Rambauli, Salamina Maelane, Rorisang Mahlakoana, Canny Makwaeba, Rejoice Muavhi. À l'arrière : Charles Nengovhela et Tshivhidzo Sikhwari

Vérification de l'ensemble des recommandations par le centre de conditionnement
La National Plant Protection Organisation of South Africa a formulé un certain nombre de recommandations, parmi lesquelles la suspension des unités de production et des centres de conditionnement qui, pour diverses raisons, refusent d'être audités, ainsi que la suspension des unités de production et des centres de conditionnement qui ont soumis des documents frauduleux au FMS.

Avant l'enregistrement dans l'UE, la conformité du centre de conditionnement avec le FMS devra être vérifiée.

Les installations d'emballage enregistrées pour l'UE seront mises sur liste noire s'il y a quatre interceptions de FCM ou plus, quelle que soit la destination des expéditions.

D'autres mesures proposées consisteraient à créer une base de données nationale des entreprises et des particuliers qui conseillent les producteurs d'agrumes sur la CBS et la FCM, avec l'obligation de n'utiliser que les services d'entités agréées par la National Plant Protection Organisation of South Africa.

Le numéro de la ligne maritime pourrait être remplacé par le numéro clé Phytclean sur l'addendum afin de vérifier facilement quelles palettes doivent être chargées pour l'UE.

Pour plus d'informations :
Tankiso Mpholo
DAFF : Organisation nationale pour la protection des végétaux d'Afrique du Sud
+27 12 309 8775 / 8740
TankisoA@daff.gov.za 

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)