Rob Euser, Capespan :

« Incertitude concernant les raisins que le Pérou enverra en Europe »

La demande de raisins brésiliens commence à s'améliorer. « Le calme était toujours de mise à cause des raisins européens qui se vendaient encore sur le marché, mais les détaillants qui ne l'avaient pas encore fait changent désormais de fournisseur. Cela est dû à la baisse rapide de la qualité des raisins européens », explique Rob Euser de Capespan Continent. « Le Brésil envoie de bons volumes vers l'Europe, plus que ces dernières années. Le Pérou est encore fragile. Il y a des rumeurs selon lesquelles le Pérou enverra de grandes quantités (de raisins blancs sans pépins) en Europe, maintenant que les Etats-Unis sont dotés de leur propre production en grande partie. La question est de savoir combien ils vont en envoyer, et quel genre d'effet cela aura sur la période de janvier en particulier. Normalement, le Pérou n'est pas sur le marché européen en janvier parce qu'il ne veut pas concurrencer l'Afrique du Sud avec les raisins blancs, mais ce n'est plus certain désormais. »

« Cette semaine, les premiers volumes restreints de raisins ont été récoltés et conditionnés dans le Transvaal. A partir de la fin de la semaine 46, début de la semaine 47, nous prévoyons de récolter dans nos propres fermes en Namibie, et en semaine 48, nous prévoyons d'envoyer les premiers raisins par voie maritime. Pour l'instant, nous allons passer aux produits sud-africains dans la semaine 50. Cette année, nous avons environ une semaine d'avance sur la moyenne », dit Rob. Les semis blancs sans pépins des premières régions du nord et de la Namibie arriveront au cours de la sixième ou de la septième semaine. « C'est très bien, car l'Inde a commencé à jouer un rôle de plus en plus dominant sur le marché du raisin ces dernières années. Dans les régions tardives de l'Hexagone, les volumes de raisins blancs sont limités. Ils ont surtout les Thompson et les Regal disponibles. Nous voyons ces volumes diminuer chaque année, parce que ces variétés ne se portent pas de façon optimale dans cette région. La tendance à la réorientation vers l'Inde après les semaines 7/8/9 se poursuivra donc. Si l'on regarde les raisins colorés, ils tiendront jusqu'à la semaine 17/18. »

Le raisin blanc sans pépins toujours prédominant
« Le Pérou envoie actuellement de grandes quantités de raisins sur l'eau, mais ce n'est pas encore très réjouissant. Ces volumes comblent bien l'écart entre le Brésil et l'Afrique du Sud. Le Pérou a surtout des raisins Thompson et Sugraone, l'Afrique du Sud se concentre davantage sur le développement et a des raisins Early Sweet et Prime dans la première période. Thompson et Sugraone arrivent plus tard, mais ces volumes en provenance d'Afrique du Sud sont en baisse », poursuit Rob. « Nous constatons que le nombre de semences rouges sans pépins continue d'augmenter à l'échelle mondiale. L'Afrique du Sud plante aussi beaucoup de graines noires sans pépins. Sur le marché européen, la part de sans pépins blancs reste dominante, mais les parts de marché du rouge et du noir sont de plus en plus conséquentes. »

Problèmes d'eau
Contre toute attente, l'Afrique du Sud a connu une assez bonne saison l'an dernier. En raison de problèmes liés à l'eau, on s'attendait à ce que la saison se termine tôt, mais ils ont réussi à continuer jusqu'à la semaine 18/19. Cela a exercé une certaine pression sur les prix vers la fin de la saison. « La pénurie d'eau a certainement eu des conséquences, mais l'évolution des prix a été très stable, ce qui est assez inhabituel pour l'Afrique du Sud. Le niveau des prix est resté stable à un taux très acceptable. Actuellement, la situation de l'eau est bien meilleure. Les attentes concernant la disponibilité sont favorables. D'une part, nous constatons une augmentation du volume en raison de nouvelles plantes et d'une bonne nouaison des fruits. D'autre part, les prix des raisins secs sont élevés en ce moment, de sorte qu'une partie des fruits n'est pas consommée comme raisin de table. Les attentes sont positives en ce moment, en tout cas. La seule question qu'il reste à se poser est celle de l'ampleur des dégâts subis par les plantes en raison du temps sec de l'année dernière. Nous ne savons pas encore si cela aura un effet sur la qualité des fruits, il est encore trop tôt pour le dire », dit l'importateur.

« Tout au long de l'histoire du raisin, l'Europe a fait partie de tous les marchés de vente différents. En ce qui concerne notre propre production de raisins en Afrique du Sud, nous ne sommes qu'un acteur sur le marché mondial, mais l'Europe devrait veiller à ce que tous les intervenants ne commencent pas à envoyer de raisins. Cela n'a rien de nouveau, mais nous devons néanmoins continuer d'indiquer que cela affectera la fiabilité des joueurs et la qualité. Chez Capespan, nous sommes constamment à la recherche d'options pour raccourcir notre chaîne d'approvisionnement et pour faciliter la relation entre les différents producteurs et acheteurs. Cela est nécessaire pour éliminer les coûts inutiles de la chaîne d'approvisionnement et pour être aussi compétitif que possible sur le marché mondial », conclut Rob.

Pour plus d'informations : 
Rob Euser
Capespan Continent

Atlantic House
Noorderlaan 147
2030 Anvers, Belgique
+32 35 46 09 26
+32 486 40 03 58
rob.euser@capespan.eu
www.capespan.com

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)