La crise est officiellement terminée, mais les Grecs ne s'en rendent guère compte

Les exportateurs grecs ont bien résisté à la crise pendant des années dans les pays du sud de l'Europe. Malgré l'accent mis sur les marchés d'exportation, le déclin sur le marché intérieur est passé par ces entreprises. Mais les exportateurs en ont aussi constaté indirectement les conséquences, et celles-ci sont les plus visibles sur le marché des agrumes. Les mesures du gouvernement ont des effets secondaires néfastes.

La production d'agrumes est fracturée en Grèce. « Tout le monde possède quelques hectares », déclare Nikos Katsaloulis, directeur logistique et commercial de Mitrosilis. Autrefois, les principaux revenus provenaient de la production d'agrumes, mais les superficies étaient réparties entre les héritiers. A cause de cette tradition, les zones grecques sont devenues si petites que le revenu des oranges constitue une prime pour de nombreux producteurs. D'ailleurs, le commerce des cultures est devenu moins attrayant. L'avantage fiscal du secteur agricole a été supprimé et nivelé par les tarifs des autres secteurs. « Les gens ne veulent plus travailler dans les champs », mentionne Nikos comme l'une des conséquences de cette mesure.

Une saison ordinaire d'agrumes est prévue
Bien que le pays compte de nombreux petits producteurs, Mitrosilis privilégie les quelques grands producteurs qui restent encore. « Ces producteurs sont certifiés GlobalGAP. » Pour garantir la qualité des agrumes, des sélections sont effectuées parmi les arbres. L'étape suivante consiste en une inspection stricte des fruits à la station d'emballage. « Lorsqu'il fait mauvais temps, nous préférons arrêter de fournir plutôt que de livrer de la mauvaise qualité », dit Nikos. « Le brix et la couleur doivent être à un niveau prédéterminé. »

« La production espagnole a diminué cette année, mais l'Espagne conservera sa position de leader », explique Nikos à propos de la saison en cours. « Si le temps le permet, nous continuerons avec les oranges grecques jusqu'à la fin mars. J'attends une saison ordinaire avec une bonne production et des tailles normales. » Au cours des deux dernières années, une partie de la récolte a été perdue en raison du mauvais temps. L'an dernier, la grêle l'a endommagée. En 2016, les orangers ont été recouverts de neige pendant deux semaines.

Compétition turque, espagnole et égyptienne
Les agrumes grecs sont principalement exportés vers l'Europe de l'Est. Plus près de nous, la concurrence de l'Égypte et de la Turquie s'intensifie. « La livre turque a été dévaluée, de sorte que les fruits sont très bon marché en ce moment. Cela nous cause des difficultés sur des marchés à vocation économique comme la Roumanie et la Bulgarie. » Les agrumes égyptiens ne gênent pas autant les agrumes grecs. L'Égypte exporte principalement des oranges à jus vers les Pays-Bas, une variété et un marché non desservis par les Grecs.

Pas de capital d'investissement
Nikos n'est pas très optimiste quant à l'avenir du secteur grec des agrumes. « La saison dernière, les producteurs n'ont presque pas fait d'argent. Et le prix du pétrole augmente, même si les consommateurs ne le réalisent pas. » A cela s'ajoutent les conséquences de la crise. Officiellement, le pays n'est plus tributaire du gouffre financier, mais les conséquences peuvent encore se faire sentir. « Le gouvernement essaie de prouver que la crise est derrière nous, mais les Grecs ne s'en rendent pas vraiment compte dans leur vie quotidienne. La dette est élevée et les gens ont du mal à joindre les deux bouts. » Ce n'est pas non plus devenu plus facile pour les entreprises. Les impôts ont été augmentés et, pour empirer les choses, la moitié des impôts doit être payée à l'avance.

« En tant qu'exportateur, nous n'avons pas été touchés par la crise », explique M. Nikos. Cependant, l'entreprise a reçu quelques coups dans les années qui l'ont précédée, lorsque les économies de nombreux marchés d'exportation étaient en difficulté. « Le gouvernement n'a pas à nous aider, mais il ne devrait pas rendre les affaires plus difficiles. »

Pour plus d'informations :
Nikos Katsaloulis
Mitrosilis
Tél : +30 27 52 04 50 00
Portable : +30 69 47 77 55 33
Fax : +30 27 52 04 30 36
nikos.katsaloulis@mitrosilis.gr
www.mitrosilis.gr


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)