Espagne : le retard des mandarines de Huelva coïncide avec le chevauchement de l'hémisphère sud

Le retard de près d'un mois qu'a connu Huelva cette année en raison de problèmes climatiques liés à la maturation des variétés de mandarines les plus précoces, est la raison pour laquelle sa production a été superposée avec celles d'autres productions qui suivent chronologiquement dans le temps, et qui représentent la majeure partie de la variété la plus commercialisée en Espagne : les clemenules.

Cela signifie que, « malgré le fait que les premières variétés qui ont été coupées avaient une valeur commerciale importante, nous traversons actuellement une période difficile sur le marché et les fruits sortent très lentement. De plus, ils ne sont pas au prix auquel ils devraient être".

C'est ce qu'a souligné le président de l'Association des producteurs d'agrumes de la province de Huelva, ACPH, Lorenzo Reyes, lors de la troisième édition du Forum des agrumes de la province de Huelva qui, pour la troisième année consécutive, a été organisé par le Conseil provincial et l'Association nationale de la production écologique, Ecovalia.

Malgré cela, Reyes a souligné l'importance de la culture des agrumes de Huelva, en particulier de la mandarine extra précoce, dont la production continue de dominer la province de Huelva en Andalousie pendant une autre année et qui, d'après lui, a déjà dépassé le volume des oranges de 45 % pour la première et pour la seconde, sur une production totale prévue cette saison de 590 000 tonnes, pour une superficie totale entre 18 000 et 19 000 hectares.

En ce qui concerne la situation actuelle et l'avenir de la culture des agrumes, qui est devenue en même temps l'un des principaux contenus du forum, Reyes a souligné le moment d'« incertitude » que vit le secteur, surtout en raison de l'entrée sur les marchés de consommation de fruits en provenance de pays de l'hémisphère sud, notamment d'Afrique du Sud.

Et c'est cela, comme l'a souligné le président de l'ACPH, « l'un des grands problèmes non seulement de la culture des agrumes aujourd'hui, mais de l'agriculture en général : dans un monde de plus en plus globalisé, tout produit qui se distingue par sa rentabilité économique, augmente rapidement sa production dans d'autres régions du monde, ce qui a pour conséquence que des variétés déjà bien établies et stables, à certains moments, connaissent des problèmes économiques dus à une offre excessive. » 

Selon Reyes, il s'agit d'un problème « cyclique » car « il y a des moments où une culture acquiert une rentabilité assez intéressante jusqu'à ce que sa production augmente et diminue, ce qui nous oblige à être constamment en train d'actualiser et de développer de nouvelles variétés. » Une question sur laquelle Huelva s'est toujours distinguée par son « agilité et ses bonnes techniques de culture, qui permettent aux cultivateurs d'agrumes de Huelva, compte tenu de son climat, de travailler avec les variétés qui sont économiquement plus rentables en tout temps. » 

Certaines d'entre elles sont sans doute les variétés extra précoces qui, compte tenu de la situation, « chevauchent maintenant les cultures de la deuxième campagne dans l'hémisphère sud, ce qui signifie qu'il y a toujours un approvisionnement de ce type de fruits sur le marché qui, quand il n'était pas importé de cette partie du monde, était beaucoup plus intéressant d'un point de vue économique pour Huelva. » 

Source : huelvainformacion.es


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)