Argentine : l'ail de Mendoza traverse une période difficile

L'ail argentin est reconnu dans le monde entier pour sa qualité. Sa démarcation sur le marché mondial a un coût qui n'est pas des moindre : 200 000 pesos (environ 4820 €) par hectare. Aujourd'hui, le secteur traverse une période difficile en raison des mesures prises au niveau national. C'est pour cette raison qu'ils ont demandé à rencontrer la vice-gouverneur de Mendoza, Laura Montero. Guillermo San Martín, président de l'Association des producteurs, emballeurs et exportateurs d'ail, d'oignons et de produits connexes de Mendoza (Asocamen), a assisté à la réunion, accompagné de José Spitalieri et Mario Lukowsky.

San Martín a déclaré : « Le secteur est confronté à une réalité de prix internationaux qui peuvent être les plus bas de ces dernières années. De plus, la pression fiscale, au niveau national, a augmenté. Dans la pratique, le niveau de retenue est de 14,8 %. Cela met la saison en crise. Si la situation ne change pas ou si le traitement reste le même, l'ail restera dans les fermes. »

Pour Spitalieri, l'ail ne doit pas être classé dans la catégorie « primaire » comme on pourrait le faire avec le soja, car il a besoin d'un processus de séchage, de coupe et de conditionnement différent et plus coûteux : « Il y a du travail et des intrants et cela nous différencie déjà du soja. Nous avons 3 dollars d'ail et 8 dollars de frais, et ils nous chargent sur le nombre final. C'est injuste pour Mendoza et pour tout le secteur. La vice-gouverneur Montero s'est entretenu avec le secrétaire à l'Agro-industrie, Luis Miguel Etchevehere, qui, en principe, nous rendra visite la semaine prochaine. »

Les producteurs ont rappelé que dans le cadre du 54ème Colloque IDEA, Etchevehere a évalué l'impact de l'imposition du « droit à l'exportation » et les répercussions sur les économies régionales. Et que, publiquement dans cette affaire, il a soutenu qu'ils examinaient des cas précis, dont celui de l'ail.

A propos du bonus
Les producteurs ont également soutenu que toutes les complications étaient aggravées par le paiement de la prime aux travailleurs car le personnel qui travaille est « temporaire ». Ils ont rappelé que les produits agrochimiques, pesticides et engrais, sont des produits importés qui sont immédiatement mis à jour au prix du dollar, « mais ne baissent pas lorsque le prix de la monnaie américaine baisse. » 

D'autre part, les membres de la Chambre de l'ail ont mis en garde contre le marché chinois qui « avance à pas de géant » et qu'il n'y a aucune possibilité de concurrence dans les circonstances actuelles. « Aujourd'hui, ils ont 400 millions de boîtes d'ail dans des chambres froides et exportent à 4,50 dollars la boîte. Quant à nos boites d'ail, elles nous coutent au minimum 8 dollars, frais et main d'oeuvre inclus », ont-ils affirmé.

Source : diariouno.com.ar


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)