L'Argentine veut empêcher l'UE d'imposer plus de barrières contre ses agrumes

Les entrepreneurs producteurs d'agrumes regroupés au sein de Federcitrus, ainsi que des techniciens du Service National de la Santé et de la Qualité Agroalimentaire (Senasa), tiendront des réunions avec des techniciens phytosanitaires de l'Union Européenne pour arrêter l'imposition de nouvelles barrières à l'entrée des agrumes dans ce bloc économique.

L'UE prépare l'application d'exigences accrues en matière phytosanitaire qui pourraient entraver l'accès des produits d'agrumes de l'Argentine. 

« Nous voulons prendre des précautions supplémentaires pour tranquilliser les autorités de l'UE, afin d'éviter des représailles pour la détection de la maladie dite des points noirs qui pourrait éventuellement affecter les fruits. » 

L'argument de Federcitrus est que l'UE adopte des mesures de plus en plus strictes pour empêcher l'entrée de la tache noire des agrumes sur son territoire, qui est exempt de ce fléau. « Cependant, les mesures ne sont pas scientifiquement justifiées et manquent de fondement technique, car selon les experts, les fruits infestés (sans feuilles) ne présentent pas de risque phytosanitaire important. » 

Cette année, le nombre de détections de taches noires dans les envois d'agrumes argentins a augmenté lors des inspections de routine effectuées à l'arrivée dans les ports de l'UE.

« Ce n'était pas une augmentation dramatique, de 5 interceptions (inspections) de points noirs, nous sommes passés à 7, puis à 17. Après cela, ils ont inspecté chaque envoi à la loupe », se plaint Federcitrus.

Face à ces inspections rigoureuses (qui reflètent la pression des producteurs locaux qui veulent empêcher l'entrée de marchandises en provenance de l'extérieur de l'UE), Senasa et Federcitrus ont décidé de prendre des mesures proactives dans les plantations et les lignes de conditionnement en Argentine. Ils ont augmenté le nombre de contrôles dans les établissements avant la saison des récoltes et dans le reste de la chaîne de production, jusqu'à l'expédition. « Nous le faisons pour qu'ils n'augmentent pas le nombre de mesures visant à restreindre l'accès de nos marchandises, comme ils l'ont fait pour l'Afrique du Sud », a déclaré un dirigeant de Federcitrus.

L'Argentine exporte environ 210 000 tonnes d'agrumes vers l'UE chaque année, à raison de 1 000 dollars la tonne (le citron et les mandarines sont plus chers, tandis que les oranges sont légèrement moins chères). C'est-à-dire, c'est une entreprise qui vaut 210 millions de dollars par année.

Les hommes d'affaires locaux reconnaissent que les contrôles les plus importants de l'UE sont également dus au fait que, à la suite de la dévaluation, les fruits argentins sont devenus plus compétitifs sur ce marché.

 

Source : clarin.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)