En les pressant, les clients diminuent la durée de vie des avocats

Une étude qui fut réalisée par Hort Innovation Australia a révélé que 97 % des acheteurs d’avocat admettaient les avoir touchés et pressés avant de les acheter. Pire encore, il a été découvert qu'en moyenne, les acheteurs touchent et pressent trois fois plus d'avocats qu’ils n’en achètent réellement. Ainsi, alors que les producteurs d’avocats et les détaillants s’efforcent à ce que leurs fruits soient parfait état avant de se rendre chez les acheteurs, il s’avère que c'est lorsqu'il est à leur disposition qu'il est le plus susceptible de pourrir et de s'abîmer.

Le chercheur principal, le professeur Daryl Joyce, a déclaré que le fait de serrer, ou un « événement de compression » comme il l'appelle lui-même, causait généralement beaucoup de dommages et abîmait fortement toute la chair du fruit. Il a fallu environ 24 heures à l'avocat pour que les meurtrissures se développent et deviennent visibles sur la chair du fruit : « Il a été constaté que les acheteurs appliquaient de fortes forces de compression allant de 3 à 30 Newtons sur des fruits d’avocat mûrs lors de l’évaluation de la maturité. » 

Selon le professeur Daryl Joyce, une « toute légère » compression du pouce de 10 Newtons appliquée à un fruit mûr ou ferme peut provoquer de fortes meurtrissures sous 48 heures quand il se trouve dans un environnement ayant une température d'environ 20 °C. Cependant, la grande majorité des acheteurs ne réalisent pas que le problème des avocats abîmés est due à cause de la manipulation des fruits par d'autres personnes.

La directrice générale de l'Avocat Néo-Zélandais, Jen Scoular, a déclaré que le fait de presser un avocat avant de l'acheter était un gros problème en Nouvelle-Zélande. Elle a ajouté que les avocats australiens étaient tous vendus dans des plateaux différents, selon qu'ils étaient prêts à manger, dans les 1-2 jours ou dans les 3-5 jours. Cela a bien évidemment fortement stimulé les ventes, mais ça a aussi engendré beaucoup plus de travail pour les détaillants.

Ce système a été testé en Nouvelle-Zélande il y a quelques années et a bien fonctionné, même si les ventes trop irrégulières ont fait que les détaillants n'ont pu continuer. Par exemple lors d'une journée ensoleillée, les ventes d'avocats mûrs peuvent être soudainement quatre fois plus élevées car tout le monde à envie de se préparer une petite salade.

Selon stuff.co.nz, une autre façon de pouvoir connaître la maturité de l'avocat est de retirer la tige et de regarder dans le trou afin de voir sa couleur qui révèle comment est le fruit à l'intérieur. Cependant ils reconnaissent que cette technique n'est pas adaptée car elle abîme fortement le fruit. En effet, Scoular a expliqué que faire cela avant d’acheter le fruit, puis le laisser en décidant de ne pas le prendre, laisse un avocat abîmé qui aurait pu être acheté au lieu d'être gaspillé. « La tige est quelque chose qui fait partie de l'avocat. Par exemple nous ne cassons pas la tige du brocoli avant de l'acheter, comme on ne retire pas celle de la pomme. »  a-t-il expliqué.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)