Cia Romagna analyse la tendance régionale

Italie : Plus de cerises et d'abricots, moins de pêches

En Émilie Romagne, les pêches et les nectarines sont moins nombreuses, tandis que les abricots et les prunes sont en augmentation. Voici l'instantané fourni par le rapport annuel de la Cia Romagna sur 2018. L'analyse a été menée au niveau régional, en particulier dans les provinces de Forlì-Cesena, Ravenne et Rimini.

« La tendance à l'expansion des surfaces en abricot et en cerisier se poursuit. Nous avons enregistré une tendance légèrement similaire pour les pommes et les prunes, alors que la tendance est plus stable pour les poires. En revanche, les hectares consacrés à la culture des pêches et des nectarines ont chuté de 10 % en moyenne annuelle. En 2017, il y avait 10 600 hectares. Aujourd'hui, les nectarines sont inférieures à 6 900 hectares et les pêches à environ 4 300 hectares. En ce qui concerne la production, les rendements, les prix et la rentabilité, l'abricot est l'un des fruits qui connaît le plus de difficultés en termes de quantité, de qualité et aussi de PLV décevantes. »

En ce qui concerne la cerise, la production a été inférieure de 30 %, mais la qualité était bonne. Le Forlì-Cesena est la plus grande zone, comptant plus de 530 hectares sur un total de 2000 hectares régionaux. La variété la plus cultivée est la Corniola. Cependant, on a assisté à une baisse de la production et les prix ont été plus bas que prévu.

En ce qui concerne la pomiculture, Ravenne possède les plus grands champs : plus de 1 270 hectares. Les poires connaissent une situation particulière. En 2018, la production dans cette zone a enregistré une hausse de +15 % par rapport à 2017.

La production de pêches et de nectarines a chuté de 15 % en moyenne dans toute l'Émilie-Romagne, en adéquation avec la baisse nationale (-16 %), tandis que l'Europe enregistre un recul de 8 %. En ce qui concerne les recettes, l'année n'a pas été mauvaise.

Les prunes se rétablissent légèrement. La Romagne détient plus de 60 % de la surface de prunes dans la région : plus de 2 740 hectares sur les 4 100. En Romagne, la production a chuté de 13 % en moyenne - 20 % de moins que la production d'été sino-japonaise en 2017. En ce qui concerne les variétés européennes, la production a augmenté de 20 %. Les prix de départ étaient plus élevés que les autres années - avec une moyenne de 50 cents de plus par kg.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)