Le service d’immigration de la Nouvelle-Zélande représenté par Peter Devoy et l’inspecteur-détective Mike Foster parlent de l’enquête sur la traite des êtres humains et l’esclavage dans le secteur de l'horticulture de Hawke’s Bay. Des accusations combinées d'esclavage et de traite d'êtres humains ont été portées pour la première fois de son histoire alors que l'immigration néo-zélandaise réprime ce qu'elle prétend être une escroquerie majeure impliquant des migrants provenant des îles Samoa.

L’ancien policier Peter Devoy, enquêteur en chef de l’immigration néo-zélandaise, a qualifié cette affaire Hawke's Bay de « nouvelle impasse. » Un Samoan de 64 ans, résident en Nouvelle-Zélande, a été inculpé à la fois de traite d'êtres humains et d’esclavage. La première infraction est soumise à une peine de 20 ans d’emprisonnement tandis que la dernière est de 14 ans. Il s’appelle Viliamu Samu, mais il est également connu sous le nom de Joseph Matamata. Les accusations résultent d'une enquête de deux ans menée par une équipe de 15 membre de la police et du service d'immigration.

L'homme devait comparaître lundi devant le tribunal : Hastings District Court et la suppression de son nom devrait être demandée. Il a été arrêté chez lui à Hawkes Bay très tôt ce matin. Devoy a déclaré que l'homme aurait importé des travailleurs migrants des îles Samoa depuis les années 1994 pour travailler dans des groupes de ramasseurs de fruits.

Devoy a déclaré que cet homme avait une « certaine réputation » aux îles Samoa, mais qu'il ne dirait pas s'il détenait un titre de matai. Foster a décrit ses victimes comme « vulnérables », affirmant qu'elles avaient souvent une éducation vraiment limitée et des compétences linguistiques médiocres.

Dix victimes présumées ont accepté de témoigner sur la manière dont elles ont été traitées. Le service d’immigration indique que les travailleurs prétendent que l’homme aurait confisqué leurs passeports, les aurait sous payés, les aurait soumis à des agressions et à des menaces. Ils disent aussi que tout leurs mouvements étaient fortement contrôlés et qu'ils n'étaient libres de rien.

«Lorsque en général nous parlons d'exploitation, cela signifie qu'il y a des éléments de contrôle... ces contrôles mis en place peuvent être par exemple de garder les gens isolés, leur enlever leurs passeports, mais il peut aussi s'agir de violences physiques ou des menaces concernant le fait qu'ils seront expulsés - il y a toujours des éléments de contrôle pour subjuguer une personne et l’exploiter », a déclaré Devoy.

Au cours de la récente enquête Big Scam sur la fraude en matière d'immigration, des sources ont déclaré à Stuff que le secteur de l'horticulture était très sujet à de telles escroqueries, en particulier parmi les sous-traitants qui sous-traitaient leurs rivaux en payant leurs travailleurs en espèces et en dessous du salaire minimum.