Place aux fruits rouges écossais sur le marché européen ?

Les entreprises britanniques de fruits rouges se concentrent de plus en plus sur la croissance internationale. Angus Softfruit est devenu un acteur international. Mila den Engelsman et Piet Meerkerk d'Angus Soft Fruits nous parlent des développements sur le marché, de l'importance croissante des relations et de l'importance de la créativité et des connaissances pour lutter contre le changement climatique.

L'histoire d'Angus Softfruit commence en 1994, lorsque le fils du fermier britannique Lochy Porter décide de commencer à cultiver des fraises de façon indépendante. Il a commencé petit, sur un hectare, en Angleterre et en Ecosse. « Il voulait approvisionner directement le commerce de détail, ce qui était révolutionnaire à l'époque », explique Mila. Le jeune producteur, qui a fêté ses 50 ans l'an dernier, a réussi à intéresser les supermarchés à ses fruits rouges. Aujourd'hui, l'entreprise a rejoint 22 producteurs au Royaume-Uni, dont dix membres de la famille des propriétaires Porter et Gray.

Réseau mondial
Avec un chiffre d'affaires d'environ 150 millions de livres l'an dernier, Angus Softfruit peut se considérer comme l'une des plus grandes entreprises de fruits rouges au Royaume-Uni. « En Ecosse, nous cultivons sur une péninsule avec une température très stable. Notre saison de production est longue parce que nous utilisons des tunnels », explique Mila. Il y a quelques années, ils ont fait un pas à l'étranger à la demande des clients. Au début, ils venaient d'acheter des produits à l'étranger, mais l'entreprise a ensuite décidé d'investir dans la production. « La chaîne d'approvisionnement se raccourcit », ajoute Piet. « En tant que société de production et de marketing, vous avez aussi besoin de productions dans d'autres pays et parties du monde. » Angus Softfruit investit dans des co-entreprises au Chili et au Maroc, où ses propres variétés sont cultivées. « Nous voulons aussi être la source », dit Piet.

Depuis trois ans, le contact avec les producteurs contractuels de la péninsule ibérique et du Maroc est maintenu depuis un bureau en Espagne. Le bureau du Chili est responsable des fruits rouges d'Amérique latine. Dans les années à venir, ils investiront également dans la production de myrtilles en Afrique australe. En 2015, Edward van den Eijnden a ouvert le bureau de vente aux Pays-Bas. Ces dernières années, la succursale néerlandaise a littéralement pris de l'expansion par rapport à son bâtiment. En juin 2018, l'entreprise a déménagé dans un bâtiment plus grand situé sur la Handelsweg à Barendrecht.

Station d'emballage à Barendrecht
Dans le passé, tous les fruits rouges étaient emballés au Royaume-Uni, mais avec le déménagement, une ligne d'emballage est également arrivée à Barendrecht. « L'entreprise s'efforce de s'internationaliser et, grâce à l'étroite collaboration avec nos producteurs, le volume disponible pour l'Europe est maintenant plus important », explique Mila. Cependant, les ambitions de l'entreprise sont bine plus grandes. Au cours des dix prochaines années, l'entreprise veut avoir plus de contrôle sur la production. « Les connaissances opérationnelles et agronomiques sont très importantes pour les baies. Au Royaume-Uni, nous avons une équipe très compétente, nous voulons la même chose aux Pays-Bas », poursuit Mila. Piet mentionne les connaissances qu'ils ont acquises au sein de leur équipe : Edward est un « homme aux fraises », Mila a de l'expérience dans la commercialisation et la vente de fruits rouges, et Piet est un acheteur expérimenté. Au total, 11 personnes travaillent dans le bureau de Barendrecht.

« Les conditions climatiques deviennent de plus en plus extrêmes et beaucoup de variétés plus anciennes sont encore utilisées, en particulier dans le nord de l'Europe », explique Mila. En Norvège, par exemple, la variété Glen Ample est encore beaucoup cultivée, même si elle a dépassé son apogée en Europe depuis quelque temps déjà. « La production devient aussi de plus en plus professionnelle. Les tunnels sont plus souvent utilisés pour la production. » La connaissance des différentes variétés et des meilleures conditions de production devrait profiter aux producteurs. Quelles sont les variétés qui s'adaptent le mieux aux serres et celles qui s'adaptent le mieux à l'extérieur ? Dans quel ordre les variétés doivent-elles être plantées ? Quelles sont les conditions et les sols idéaux pour une plante ? Les réponses à ces questions déterminent le succès des agriculteurs. Mila dit qu'une variété peut bien réussir dans certaines circonstances, mais moins bien dans d'autres conditions.

Fruits rouges écossais
« Nous voyons des opportunités en Ecosse pour Angus », poursuit Mila. Les producteurs écossais fournissent plus de baies que le marché local ne le demande. « Les variétés sont bonnes, nous voyons donc de multiples possibilités d'internationalisation. » Piet revient sur la saison qui s'est terminée à la semaine 41 : « La saison des myrtilles vient de se terminer. Elle fut bonne parce que l'Ecosse a aussi eu un temps meilleur que la moyenne cet été. » En septembre, Angus a fourni des myrtilles aux détaillants sur le continent pendant quelques semaines.

Le Royaume-Uni est principalement un marché d'importation, mais les organisations de fruits rouges se tournent de plus en plus vers le marché international. « Dans la production, l'accent est surtout mis sur le marché britannique, mais les entreprises constatent qu'il est trop restrictif », explique Piet. Trop de concentration sur le marché intérieur peut entraver la croissance des entreprises britanniques. Le continent européen est un marché relativement facile pour ces exportateurs, avec 400 millions de personnes dans le nord-ouest du continent. « Dans le domaine des fruits rouges, les Britanniques sont en avance sur le continent », sait-il. Le Brexit joue d'ailleurs son rôle pour ces entreprises. « Il est certain que nous aurons plus de produits de l'Angleterre et de l'Ecosse, mais les volumes seront encore limités. » 

Changements de saisons Nord-Sud
Cette internationalisation est également importante compte tenu des conditions climatiques de plus en plus extrêmes. Il devient de plus en plus difficile de prédire les récoltes, et les écarts s'accentuent également à cause de cela. « Les produits locaux passeront toujours en premier, mais il y a de la place pour d'autres régions de production », explique Mila. Le bureau de vente néerlandais se concentre principalement sur l'Europe du Nord. L'Allemagne, la Scandinavie, les Pays-Bas et la Belgique sont les marchés les plus importants.

On observe également un changement dans les régions de production. Angus a investi, entre autres, dans la production au Zimbabwe. « Je suis convaincu que nous n'aurons pas besoin d'importer depuis l'Amérique du Sud en Europe d'ici dix ans », déclare Piet. Il prévoit un déplacement vers des connexions Nord-Sud. « C'est plus efficace, les produits sont plus frais et plus durables. En théorie, nous pouvons déjà satisfaire ce désir tout au long de l'année », poursuit-il. L'année civile commence avec l'approvisionnement à partir de l'Afrique du Sud, après quoi la production se déplace vers le nord. « Le Maroc, l'Espagne, le Portugal, les Pays-Bas, la Belgique, l'Allemagne, la Pologne, les pays baltes et l'Ecosse », résume M. Piet en résumant les régions de production jusqu'en octobre. C'est ce mois-là que la récolte reprend en Afrique du Sud et au Zimbabwe. « Le volume n'est pas encore tout à fait là, mais ce n'est qu'une question de temps. » 

Pour plus d'informations :
Angus Soft Fruits
Mila den Engelsman
mila.denengelsman@angussoftfruits.com 

Piet Meerkerk
piet.meerkerk@angussoftfruits.com 
www.angussoftfruits.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)