Les prix du poivre vert explosent en raison de la canicule et des dommages causés par les brûlures de soleil

Afrique du Sud : Grandes perspectives d'exportation pour les melons

« L'année a été difficile, mais meilleure que 2017 », a déclaré Tinus Venter de Janlouis Boerdery, de la rivière Mogalakwena, dans la province de Limpopo, à deux pas du Botswana.

La rivière est à sec depuis onze mois, mais au début du mois de décembre, il a plu 70mm pendant plus d'une semaine et dans le veld, les feuilles poussent sur les arbres et l'herbe se répand, à la grande joie des animaux sauvages qui vivent en grand nombre dans leur ferme.

C'est une ferme aux multiples facettes interdépendantes : cette année, par exemple, le succès de leur campagne rapide d'ouverture de la saison de la pastèque leur a donné la marge pour nourrir leur antilope, aux prises avec la sécheresse. Obtenir une récolte de pastèque si tôt après l'hiver est un risque important et difficile en termes de rendement, de taille et de gestion de l'eau, mais qui a porté ses fruits cette année.

Le marché du melon s'améliore
Sur leurs deux lignes quasi continues, poivrons et melons, le marché a commencé à se redresser.

Pendant le mois d'octobre et début novembre, le marché du melon ne prenait pas la taille 9, ni même la taille 8, mais seulement des tailles plus grandes (6 et 7). Maintenant, ils envoient même des tailles 10, qui n'intéressent normalement pas le marché. L'entreprise expédie des produits jusqu'à Noël, lorsque d'autres producteurs de melons ont déjà cessé de livrer, et à l'approche des fêtes, la demande et les prix augmentent.

Janlouis Boerdery envoie tous ses melons sur les marchés de produits frais de Pretoria et de Johannesburg (en dehors de leurs programmes de supermarchés) où les exportateurs achètent des quantités importantes de leurs fruits pour des marchés comme Maurice, Dubaï et aussi la République démocratique du Congo.

On lui a même envoyé une copie d'écran de leur boîte de melon derrière Jamie Oliver dans le cadre de sa série Naked Chef.

« Une quantité incroyable de nos melons sont envoyés vers l'île Maurice, mais nous ne nous occupons pas de l'aspect exportation des choses. Notre production est certifiée GlobalG.A.A.P mais pas notre magasin d'emballage, donc nous ne pouvons emballer que pour le marché intérieur. Nous avons reçu tellement de demandes de renseignements pour nos melons, particulièrement de Singapour ; nous serions ouverts à un partenariat d'exportation si la bonne offre se présentait. Avec l'affaiblissement du rand sud-africain et l'augmentation du salaire minimum qui pèse lourdement sur nos coûts de production, les exportations ont un sens. »

Les brûlures dues aux coups de soleil ont réduit l'approvisionnement

Brûlures causées par le soleil sur les poivrons et les melons (photos fournies par Tinus Venter)

 Pendant la canicule de la mi-novembre, des températures proches de 50°C ont été mesurées dans leur région. Cela a causé beaucoup de coups de soleil et Tinus raconte comment, lorsqu'il a ouvert un melon directement du champ, un melon qui semblait parfaitement fin à l'extérieur, la chair en ébullition est sortie en coulant.

Leurs poivrons verts de pleine terre ont également souffert des coups de soleil, mais pas les poivrons jaunes et rouges sous filet. « Nous aimerions aussi avoir nos poivrons verts sous la moustiquaire », dit M. Tinus, « tous les revenus excédentaires sont consacrés au montage des filets. Il y a tellement d'avantages en termes d'économie d'eau, d'intensité du soleil et de pression parasitaire. »

« En ce moment, les prix des poivrons verts, rouges et jaunes sont les mêmes, ce qui n'est pas habituel », poursuit-il. « Les prix des poivrons verts grimpent en flèche et c'est dû à 100% à l'incidence des coups de soleil dans le Limpopo pendant la vague de chaleur. Fin octobre, les prix étaient encore très bas, mais après la vague de chaleur, les poivrons verts sont rares sur le marché. »

Dans des conditions de chaleur excessive, les poivrons verts de pleine terre commencent facilement à rougir et comme le marché rejette les poivrons verts, les producteurs doivent les laisser rougir complètement, ce qui a pour effet d'inonder le marché en poivrons rouges.

En général, il remarque une croissance de la demande de poivrons chez les consommateurs noirs, en particulier pour le poivron vert, parce qu'ils sont généralement moins chers que le jaune et le rouge et qu'ils sont plus piquants, moins doux.

La ferme produit également des noyers cendrés de mai à fin août ou début septembre.

« L'année a été difficile, mais 2017 a été une année épouvantable. Le rendement était faible, les prix étaient bas, nous avons perdu près de 70 % de nos pastèques à cause des maladies racinaires. Cette année encore, nous avons pu constater la valeur de la diversification. Les noix ont fait mieux que l'an dernier et les pastèques nous ont donné un coup de pouce au moment où nous en avions le plus besoin. »

Poivrons colorés sous filet

Pour plus d'informations :
Tinus Venter
Janlouis Boerdery
Tel : +27 82 472 0111
Courriel : tinus@janlouis.net


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)