Le marché biologique européen a doublé de taille en une décennie

Au cours des 10 dernières années, le marché des produits biologiques dans l'Union européenne a doublé de taille et continue de croître à un rythme significatif (11 % en 2017 par rapport à 2016), indiquant qu'il n'a pas encore atteint son stade de maturité. Concrètement, en 2017, il s'élevait à 34 300 millions d'euros, ce qui représente 37 % du marché mondial, qui a atteint 92 000 millions d'euros.

Comme le révèle l'étude de marché sur l'agriculture biologique dans l'UE, la pénétration des produits alimentaires biologiques varie considérablement selon les pays. Les plus grands marchés biologiques de l'UE sont l'Allemagne avec 10 milliards d'euros et la France avec 7,9 milliards d'euros.

En outre, entre 2010 et 2017, la superficie des terres agricoles de l'UE consacrées à l'agriculture biologique a considérablement augmenté, tandis que les importations jouent également un rôle important. Plus précisément, la superficie totale des terres agricoles de l'UE consacrées aux produits biologiques était de 7 %, ce qui représente une augmentation de 70 % par rapport à 2009. Cette croissance de la consommation intérieure est complétée par un secteur d'importation robuste, avec une demande particulièrement importante de fruits tropicaux et de noix biologiques.

Comme l'explique le rapport, l'un des moteurs de cette croissance a été la prime de prix relativement élevée que les produits biologiques peuvent obtenir, car ils sont commercialisés jusqu'à 150 % plus chers que les produits conventionnels.

Globalement, en 2016, il y avait près de 250 000 exploitations biologiques dans l'UE et le nombre total d'exploitations biologiques a augmenté. Au total, il y a eu 14 000 nouveaux venus dans le secteur biologique entre 2010 et 2017, bien que cela ait été partiellement compensé par le retour à l'agriculture conventionnelle de 10 000 anciens exploitants biologiques. Les principaux catalyseurs de ce retour à l'agriculture non biologique sont les restrictions de production ou les années de mauvaise récolte.

Quant aux importations communautaires d'aliments biologiques, elles s'élevaient à 3,4 millions de tonnes en 2018, la Chine étant le premier fournisseur avec plus de 415 000 tonnes de produits livrés sur le marché européen, soit 12,7 % du marché total. L'Équateur, la République dominicaine, l'Ukraine et la Turquie détenaient des parts de marché importantes. Les principaux produits importés étaient les fruits tropicaux, les céréales et les tourteaux.

Les importations constituent une part importante du marché biologique et élargissent le choix des consommateurs. Cela s'explique en partie par le fait qu'ils fournissent souvent des biens pour lesquels le terrain de l'UE n'est pas adapté ou pour lesquels il existe un décalage dans le temps sur le marché. Le rapport souligne que ces écarts pourraient être plus difficiles à combler pour la production biologique, car la période de conversion de trois ans augmente l'écart entre la demande accrue et les fournisseurs de l'UE qui peuvent augmenter leur production.

En conclusion, le document note que « le marché des produits biologiques n'est pas encore mûr et que l'on peut s'attendre à une nouvelle croissance. Pour répondre à l'augmentation attendue de la demande, on s'attend à une croissance à la fois de la production intérieure et du volume des importations entrant sur le marché européen. » 

Source : financialfood.es 

 


Date de publication :



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)