Sainte-Lucie : Les producteurs de bananes appellent à un changement du système de quotas Winfresh

Les producteurs de bananes de Sainte-Lucie, actuellement la seule île produisant des bananes parmi les quatre îles du Vent, se plaignent amèrement de la récente mise en œuvre d'un système de quotas par Winfresh pour l'achat de leurs bananes qui affecterait leur activité. Par conséquent, ils demandent au gouvernement de forcer Winfresh à revoir son système de quotas afin que le secteur de la banane, actuellement en difficulté, puisse s'améliorer.

Selon les agriculteurs concernés, sans les quotas, ils seraient en mesure de mieux approvisionner le marché britannique qu'avec le quota fixé de 6000 boîtes par semaine. Plus tôt cette semaine, ils ont réitéré leur position sur la question litigieuse lors d'une émission-débat locale, dans laquelle le ministre de l'Agriculture Ezechiel Joseph était l'invité.

Commentant le système de quotas, le ministre a déclaré que Sainte-Lucie n'était pas en mesure pour le moment de satisfaire son allocation de bananes à Winfresh, mais a ajouté que le gouvernement ne soutient pas un tel système. « Nous n'atteignons pas notre quota. Nous ne sommes pas à la hauteur... » a -il déclaré à l'auditoire, citant des chiffres à l'appui. Il a expliqué qu'au cours des dernières semaines, Sainte-Lucie a fait l'impasse sur  2 000 à 3 000 caisses de bananes par semaine.

« Quand nous avons entendu parler du système de quotas, nous avons immédiatement pensé que cela n'avait pas de sens. En effet, nous sommes tous convaincus qu'un tel système ne peut pas fonctionner », a ajouté Joseph.

La raison de la pénurie de l'offre de bananes sur le marché britannique est due au grand nombre d'agriculteurs non certifiés pour la vente de bananes à la National Fair Trade Organization (NFTO), qui est chargée par Winfresh de vendre des bananes sur le marché britannique. Les producteurs de bananes non certifiés vendent leurs bananes au marché local et régional.

Selon le ministre, seulement 10 % des agriculteurs de l'OFAO sont certifiés chaque année, ce qui, selon lui, préoccupe le gouvernement. Pour qu'un agriculteur soit certifié, sa plantation doit répondre à des standards spécifiques et produire des bananes de qualité supérieure.

En réponse au ministre, un interlocuteur de l'émission a déclaré que le système de quotas Winfresh décourageait les agriculteurs de se lancer dans la culture de la banane.

Outre la vente sur le marché britannique, un certain nombre d'agriculteurs certifiés vendent également leurs bananes sur le marché local et régional ; certains affirment d'ailleurs que c'est plus rentables pour eux en raison du système de quotas mis en place. 

Source : loopslu.com

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)